Dossier à la UnePolitique

Bal tragique au Rassemblement: Katumbi fait radier Katebe

Il n’y aura pas deux crocodiles dans le marigot dénommé Alternance pour la République. Juste après cette passe d’armes mouchetée par des partenaires interposés entre les deux frères, deux ténors de l’Alternance pour la République, Delly Sesanga et Jean Bertrand Ewanga, ont été reçus à bras ouverts à Limete par Félix Tshisekedi
Il y a juste deux mois, et ce n’est pourtant pas si vieux, Raphaël Soriano Katebe Katoto, l’ainé, défendait encore Moise Katumbi Chapwe, le cadet, dans ses ennuis judiciaires contre le Pouvoir, évoquant des procès politiques. Aujourd’hui, à cause du changement âpre et musclé de leadership au Rassemblement, leurs relations se sont gâtées, chacun, prêt à partir sur sa route, pour soi et pour son propre destin, revendique ses rapports avec Etienne Tshisekedi, l’ancien président du Comité des sages décédé le 1er février 2017 à Bruxelles.

Au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, la date du samedi 4 mars 2017 a été plein de rebondissements. Raphaël Katebe a rejeté le nouveau commandement de ce regroupement politique qualifiant la désignation de l’UDPS Félix Tshisekedi et du G7 Pierre Lumbi «d’arrangement entre copains», clamant sa longue amitié avec Etienne Tshisekedi dont il s’est réclamé le seul et unique candidat Premier ministre.
Dans un message d’une rare violence publié le même jour, Moïse Katumbi, sûr de lui, a enfilé la casquette de chef de l’Opposition et de successeur de Tshisekedi dont il a pris l’engagement de poursuivre et faire aboutir «l’œuvre», prenant la défense de l’unité du Rassemblement, appelant à faire allégeance au duo Félix Tshisekedi, nouveau président du Rassemblement, et Pierre Lumbi, remplaçant d’Etienne Tshisekedi au Comité des sages, et sommant dans un élan comminatoire les réfractaires de quitter le mouvement. La succession du charismatique Tshisekedi s’avère très disputée, musclée, âpre.
Radiation de Katebe de l’AR et sa déchéance, éléments détonateurs du grand schisme
Mais le grand schisme s’opère le mardi 7 mars 2017. L’Alternance pour la République, l’une des plateformes qui soutient la candidature de Katumbi à la présidentielle, prend la terrible décision de radiation de Katebe de l’Alternance pour la République et de sa déchéance comme l’un des représentants de ce regroupement politique au sein du Conseil des sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.
Dans cette décision portant entre autres la griffe de Delly Sesanga, trois principaux griefs sont retenus à charge de Katebe: déclarations intempestives contre l’Alternance pour la République et le Rassemblement en dépit de sa suspension à titre conservatoire et le devoir de réserve auquel l’astreignait son statut; entreprise d’instrumentalisation de certains membres de l’Alternance pour la République en vue d’introduire les divisions et la discorde en s’aliénant auprès de certaines factions d’autres plateformes de l’Opposition récupérées par les forces obscures; multiples prises de position téméraires, vexatoires et récidivistes dans les médias.
Katebe, son parti, l’Union des Libéraux Démocrates -ULD-, et ses membres sont également interdits d’engager directement ou indirectement l’Alternance pour la République auprès des tiers.
Déclarations fracassantes et nuisibles
Si Katebe, contacté par la presse, a crié à l’irrégularité évoquant l’exclusion précédente de Delly Sesanga de l’AR, il est clair que ses sorties commençaient à s’avérer dangereuses et nuisibles pour Katumbi, candidat président de la République, réputé autorité morale de l’Alternance pour la République, et surtout pour ses relations avec ses autres partenaires favorables au nouveau leadership du Rassemblement. Comme il n’y a point de cohabitation entre deux caïmans dans un même marigot… l’un devait nécessairement être mis hors d’état de nuire. Sans nul doute, la chasse aux taupes est lancée au Rassemblement.
Il y a juste deux mois, et ce n’est pourtant pas si vieux car les cendres incandescentes sont encore chaudes, Raphaël Katebe défendait toujours bec et ongles son jeune frère Moïse Katumbi dans l’affaire des mercenaires et le dossier judiciaire contre le Grec Alexandros Stoupis, évoquant des procès politiques. Aujourd’hui, à cause du changement âpre et musclé du leadership au Rassemblement, leurs relations se sont gâtées, chacun, prêt à partir sur sa route, pour soi et pour son propre destin, revendique ses rapports avec Tshisekedi.
Sauf à capitaliser politiquement cette rupture par un éventuel rapprochement avec la Majorité présidentielle, Katebe vient de subir la colère de son jeune frère via ses lieutenants et porte une responsabilité directe dans cette bataille aux allures d’un bal tragique. Mais la roue continue de tourner, même vite. Juste après cette passe d’armes mouchetée par personnes interposées entre les deux frères, Delly Sesanga et Jean Bertrand Ewanga ont été reçus à bras ouverts à Limete par Félix Tshisekedi.
AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer