Dossier à la UnePolitique

RDC : Bahati dans les bras de Tshisekedi

L’autorité morale de l’AFDC-A a affirmé avoir apporté sa contribution à la réflexion sur la pacification de cette partie du pays

En séjour de trois jours à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a consacré la journée de mardi 06 octobre aux échanges avec les acteurs locaux dont les élus nationaux de cette partie du pays et les chefs coutumiers. Les échanges ont tourné autour de la situation sécuritaire dans ce coin de la RD-Congo. C’est ainsi qu’après ces rencontres, le Chef de l’Etat a présidé la réunion du Haut commandement militaire axée sur la situation sécuritaire. Il a également reçu en audience l’ambassadeur des USA, Mike Hammer, qui s’est expliqué sur sa présence à Minembwe. Enfin, Félix Tshisekedi a participé par visioconférence à la réunion du bureau de la Conférence de l’UA.

Le mardi 06 octobre, deuxième jour de son séjour dans le Nord-Kivu, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a échangé avec les différents responsables sur l’épineuse question sécuritaire dans l’Est de la RD-Congo afin de trouver une solution durable. Le Président de la République a reçu le sénateur Modeste Bahati Lukwebo, mardi 6 octobre à Goma. L’autorité morale de l’AFDC-A est allée apporter sa contribution à la réflexion autour sur la pacification de l’Est de la RD-Congo. Ce moment, Bahati l’attendait depuis l’investiture de Fatshi.

Dans cette optique, le caucus des députés nationaux du Nord-Kivu a présenté au Chef de l’Etat sa contribution sur la question sécuritaire. A en croire le député national Singoma Mwanza, porte-parole de ce collectif, la fin de l’insécurité dans l’Est de la RD-Congo requiert des moyens militaires et non militaires. A cette occasion, ces élus ont également évoqué les questions sociales et économiques qui préoccupent la population en cette période de crise sanitaire due au Coronavirus.

Après les élus nationaux, c’était le tour des autorités traditionnelles de s’entretenir avec le Président de la République. Ces derniers ont présenté au Chef de l’Etat leur plan de sortie de crise. C’était, pour eux, une occasion d’expliquer les raisons de la persistance de l’insécurité dans leur province et ont assuré Félix Tshisekedi de leur totale implication pour sortir de cette crise sécuritaire ayant des conséquences néfastes sur la vie socio-politique des populations contraintes au déplacement massif et au massacre sans précédent.

Réunion sécuritaire

Le même mardi, le Président de la République a aussi présidé une réunion du Haut commandement militaire axée sur la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu. «Le commandant suprême des forces armées a donné des instructions claires et précises sur la poursuite des opérations en cours dans cette partie du pays», a rapporté la presse présidentielle. Puis: «Le Président de la République a également reçu l’ambassadeur américain Mike Hammer».

Se confiant à la presse au sortir de cette audience, le diplomate américain s’est expliqué sur sa présence à Minembwe où l’installation du bourgmestre de cette commune rurale dans la province du Sud-Kivu a créé une vive polémique au sein de l’opinion nationale qui appelle au sursis de cette installation. Mike Gammée a affirmé avoir été à Minembwe pour des «raisons humanitaires».

Toujours en activités intenses, en sa qualité de Premier vice-président de l’Union africaine, Félix-Antoine Tshisekedi a participé, par visioconférence à la réunion du bureau de la Conférence de l’UA. «En interaction avec le Président sud-africain Cyrille Ramaphosa et le Président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, le Chef de l’Etat RD-congolais a échangé sur la gestion de la pandémie de la Covid-19 en Afrique ainsi que sur l’avenir des relations Afrique-UE apres la fin de l’Accord de Cotonou en 2021. Ce mercredi 07 octobre, Félix Tshisekedi va présider, par visioconférence, le mini-Sommet des Chefs d’Etat de la sous-région. Les Présidents rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Kaguta Museveni y prendront part. On attend la confirmation du Président burundais Evariste Ndayishimiye et son homologue angolais Joao Lourenço.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer