Dossier à la Une

Acquitté, Fiston Saï-Saï reprend du service

Fiston Sai Sai
Le 20 mars 2015 restera une date inoubliable pour le comédien RD-congolais Fiston Mafinga communément connu sous le surnom de Saï-Saï. Il s’agit de son acquittement par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, siégeant en matière répressive au premier degré. Cette décision intervient après que le prévenu ait passé près de deux mois de détention à la Prison centrale de Makala -PCM. Poursuivi par le Ministère public -MP- pour viol sur mineure, Saï-Saï, assisté de ses avocats-conseil, a démontré au tribunal son innocence dans cette affaire. Et si la décision du tribunal a réjoui la défense, ce n’est pas le cas pour le MP qui pourrait interjeter appel contre ce jugement. Tenez! La défense et les proches de Saï-Saï, abordés par «AfricaNews» restent très confiant.
Une foule immense venue de différents coins de Kinshasa a pris d’assaut le Palais de justice à Gombe pour assister au verdict du TGI/Gombe. Véritable réconfort du public kinois au comédien. Annoncé pour 14 heures, c’est aux environs de 16 heures 30’ que le tribunal a rendu son jugement historique et très attendu par l’opinion. Alors que le public était déjà sur le lieu plusieurs heures avant sans se fatiguer, a-t-on constaté. Les membres de la famille du prévenu, ses collègues comédiens accompagnés de leurs épouses, ses admirateurs, les journalistes… étaient tous présents. Après l’instruction et la plaidoirie, les juges ont été suffisamment éclairés avant de dire le droit. Motivant sa décision, le tribunal a, dans son prononcé, fait savoir que les accusations du MP et celles de la Partie civile ne sont pas motivées.
Faute de tous ces éléments de preuve, le tribunal a trouvé utile d’acquitter Fiston Mafinga. Très émues par cette décision, certaines personnes n’ont pas pu retenir leurs larmes pour traduire leur sentiment de joie. Alors que Saï-Saï était absent à l’audience, parce que se trouvant dans sa cellule, c’est plutôt le pré-céans du collectif de ses avocats, Me Tony Mwaba qui était porté en triomphe par la foule scandant quelques chansons. Pourtant, à la Prison centrale de Makala, une marée humaine avait envahi les périmètres de ce lieu pénitencier pour attendre la sortie de Fiston et l’accompagner jusqu’à son domicile à Kintambo.
Chose faite! Chemin faisant, le comédien RD-congolais a eu droit aux encouragements. De leurs côtés, les comédiens se disent très satisfait de cette décision  prouvant à suffisance que la justice RD-congolaise tient débout. «La vérité a fini par triompher. Là tout le monde a compris que Saï-Saï n’était que victime d’une machination montée contre lui. Aujourd’hui, c’est la justice RD-congolaise qui triomphe et elle vient de prouver encore une fois à la face du monde qu’elle est capable de bien faire son travail avec toute impartialité et objectivité…»,  déclare le comédien et metteur en scène Faustin Sukari dit Elombe.
Quel sort pour Ketsia
Si la décision du tribunal a réjoui la défense, ce n’est pas le cas pour le MP qui aurait promis, pour sa part, d’interjeter appel. Une démarche normale. «Même si cela est le cas, on finira par arriver au bout. La vérité est que Saï-Saï n’a jamais violé cette fille», lâche Adolphe Yuma Lombala, connu sous l’appellation de Mpaka Lowi. Ce dernier n’a pas manqué de remercier tous ceux-là qui ont assisté leur collègue dans cette dure épreuve.
Par ailleurs, est-ce Fiston Saï-Saï initiera une action contre Etiti Moto Ketsia -la fille qui s’est passée victime du viol de la part du comédien RD-congolais en compagnie de quatre autres personnes- pour diffamation ou abandonnera carrément l’affaire? Voilà la question qui se pose dans les rues de la capitale RD-congolaise, voire ailleurs. La rédaction d’«AfricaNews» a tenté, sans succès, de joindre les membres du collectif des avocats de la défense pour répondre à cette question. Déjà, le père biologique de Fiston Mafinga, présent à l’audience, a laissé entendre à nos reporters que son fils étant chrétien, il a le sens du pardon. L’intéressé se prononcera surement là-dessus.
 
Patrick NZAZI
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer