Dossier à la UnePolitique

A l’OGEFREM, Kikwa se flatte d’avoir maintenu le cap en 2015

Le Directeur général de l'OGEFREM, Anatole Kikwa
Le Directeur général de l’OGEFREM, Anatole Kikwa
«Près de 60% de charge de l’entreprise vont au social du personnel, bien que nous ayons perdu 50% de la rétrocession des produits de la part du gouvernement», a expliqué Anatole Kikwa tout en affirmant que l’OGEFREM a battu record en payant les 16 salaires, ainsi que la prime de fidélité
A la faveur de la traditionnelle cérémonie d’échange des vœux, jeudi 15 janvier au siège social de la Gombe, le Directeur général de l’Office de gestion de fret multimodal -OGEFREM-, Anatole Kikwa, a brossé le parcours de l’OGEFREM en 2015. Un bilan positif, comme il l’a confirmé lui-même en évoquant plusieurs réalisations à travers le pays. Dans son adresse devant des agents, cadres et invités, Anatole Kikwa a également parlé de perspectives jugées bonnes pour 2016, avec le lancement, dès mardi prochain à Bukavu, au Sud-Kivu, des travaux de construction du siège provincial de l’OGEFREM.  
Jeudi 15 janvier 2016, c’est la date choisie par l’Office de gestion de fret multimodal -OGEFREM- pour la cérémonie d’échange des vœux. L’occasion faisant le larron, le DG Kikwa a évalué son bilan à la tête de cette entreprise durant l’année 2015. A l’en croire, son parcours a été séduisant avec plusieurs innovations et réalisations au profit non seulement de l’OGEFREM mais aussi de l’ensemble du personnel. «Près de 60% des charges de l’entreprise vont au social du personnel, bien que nous ayons perdu 50% de la rétrocession des produits de la part du gouvernement», a expliqué Anatole Kikwa. Le DG de l’Office de gestion de fret multimodal a battu record en payant 16 mois des salaires, ainsi que la prime de fidélité pour tous les agents qui ont fait cinq ans, et qui n’avaient qu’un mois de salaire. Il a aussi accordé des promotions régulières à tous ceux qui ont rempli les conditions.
Réalisations indéniables
«Nous avons réussi au mois de mars 2015 à terminer à Lubumbashi les travaux de construction de notre siège, l’un des plus beaux bâtiments de la ville de Lubumbashi en ce temps là. Il a été construit sur fonds propres à plus ou moins USD 3 millions. Nous avons eu aussi, au mois d’août, à terminer les travaux de Botour, où nous avons installé le Centre médical de l’OGEFREM avec ambulance, et nous avons aussi une pharmacie fournie en médicaments. C’est l’un des meilleurs centres médicaux, à mon avis, pour ce qui est des centres des entreprises de l’Etat», a laissé entendre le DG Kikwa. Et de poursuivre: «nous avons été à Lufu pour le lancement des travaux de construction de notre bâtiment, parce que c’est un coin qui a maintenant beaucoup d’entrées sur le plan du trafic entre l’océan Atlantique, le port de Luanda jusqu’à Songololo, l’autre centre frontalier de Lufu. Et ce bâtiment sera inauguré dans deux mois». Sous l’impulsion d’Anatole Kikwa, l’OGEFREM a commandé une deuxième auto-grille que ses équipes iront réceptionner dans deux semaines au port de Matadi. «Nous avons commandé cette deuxième auto-grille sur fonds propres et nous allons passer par Lufu pour évaluer les travaux qui avancent déjà bien. Elle est de marque terrestre et la deuxième que nous mettons au service de la nation pour le désengorgement du port de Matadi. Nous allons la faire louer, sur instruction du gouvernement, à l’ex-ONATRA pour lui permettre de doubler ses recettes», a renseigné le DG Kikwa notant qu’à travers cette acquisition, les missions de l’OGEFREM de facilitation d’assistance aux chargeurs seront consolidées et sa visibilité renforcée. Il a confirmé la bonne position actuelle de son entreprise, désormais à l’arbi des menaces de la Banque mondiale et d’autres institutions ainsi que de l’opinion tant nationale qu’internationale, comme c’est fut le cas il y a quelques années. «Les gens ont vu ce que nous faisons avec l’argent que nous récoltons. Aujourd’hui, l’OGEFREM n’est plus contesté. Au contraire, tous les parents veulent que leurs enfants viennent y travailler parce qu’il y a du sérieux», a-t-il renchéri.
Kikwa a aussi confirmé que toutes les constructions entreprises par OGEFREM suivent la procédure normale conformément aux exigences légales. «Quand un chantier est construit, l’OGEFREM d’Anatole Kikwa avec le PCA, suit la procédure la plus sérieuse possible. La direction générale de passation des marchés publics nous donne les lettres de confirmation du marché; et le ministre avalise. Et s’il y a des fissures ou de petits travaux, l’ingénieur a une année pour réparer», a-t-il précisé.
Actionnaire et co-fondateur de Congo Airways
L’année 2015 a été marquée aussi par la création de Congo Airways. Pour ceux qui ne le savent pas, l’OGEFREM y a investi USD 4 millions sur fonds propres et compte parmi les actionnaires et les membres du Conseil d’administration de la nouvelle compagnie aérienne nationale. «Une société qui fait la fierté du pays, nous avons acquis deux appareils A320 et nous allons recevoir dans les prochains jours, deux bombardiers qui vont faire les courts trajets entre Maniema-Kisangani, l’ex-Bandundu et Kinshasa… C’est aussi à l’actif de l’OGEFREM», a souligné Anatole Kikwa. Son mandat à la présidence de l’Union de conseil des chargeurs africains -CCA- a également contribué au rayonnement de l’OGEFREM en 2015. Il y a mené une des meilleures présidences depuis la création de l’UCCA il y a plus de 35 ans. Arrivé fin mandat, Kikwa a annoncé son déplacement pour Acra avec une petite délégation pour passer le flambeau au nouveau président qui devra prendre le relai. «Le bilan de l’OGEFREM sur les plans financier, consolidation en ressources humaines, l’augmentation de nombre des pays de l’UCCA, les études qui ont été menées et toute l’organisation des réunions tant statutaires sur le plan africain et international, est plus que positif. Je crois qu’au jour d’aujourd’hui, l’OGEFREM est l’une des locomotives de conseil des chargeurs en Afrique. Notre mandat a été bien mené au niveau de l’UCCA», a fait savoir le DG Anatole Kikwa. D’autre part, le comité Kikwa a signé plusieurs accords au profit de son entreprise. D’abord avec Auto port Fret au niveau de Mombassa où ils sont attendus pour aller installer la représentation de l’OGEFREM, et gérer le Fret RD-congolais de passage pour l’ex-Province Orientale, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu. Ensuite, avec les plateformes de Mozambique pour gérer le Fret RD-congolais au port mozambicain sur l’océan Atlantique. Le projet du port sec de Kasumbalesa n’a pas été en reste. Il a connu, selon Kikwa, une avancée très significative. «Nous avons, dans ce projet, décidé des études de rentabilités financière, économique, géologique, topographique, géographique… tout a été fait, j’ai pris des contacts avec des Sud-africains lors de mon dernier séjour à Johannesburg. D’ailleurs, un émissaire de notre entreprise se trouve déjà au Brésil pour que l’actionnaire majoritaire puisse commencer à faire venir les fonds nous permettant de lancer des travaux au cours du mois de février prochain», a-t-il indiqué.
L’avenir prometteur
Côté perspectives, le DG Kikwa s’envolera mardi prochain pour Bukavu au Sud-Kivu afin de lancer les travaux de construction du bâtiment devant abriter le siège provincial de l’OGEFREM. USD 2,5 millions ont été mobilisés pour ce chantier ainsi que l’acquisition du site. Les travaux prendront 6 mois et ne s’arrêteront pas, car 70% des fonds ont été mobilisés, a-t-il rassuré. Et d’ajouter: «nous remercions le gouverneur Marcelin Cishambo, lui-même enfant de l’OGEFREM, pour nous avoir donné ce bon terrain à côté du gouvernorat, avec une vue sur le lac Kivu». L’Office de gestion de fret multimodal va encore acquérir 12 véhicules dans quelques semaines en faveur de Boma, Muanda, Matadi, Lubumbashi, Kasumbalesa, Beni, Goma, Bukavu, Uvira, Maniema et Kinshasa. Le DG Kikwa a aussi parlé du patrimoine de l’OGEFREM qui s’est accru sérieusement. «Si on prend la valeur immobilière du siège de Kinshasa, Lubumbashi, le terrain de Kasumbalesa de 62 hectares, le bâtiment de Matadi ainsi que tous les autres travaux en cours, nous avons accru à près de USD 90 millions, compris les travaux de Bukavu. Tout ce patrimoine a été acquis sous notre gestion», a-t-il noté. L’année passée n’a pas été que rose pour le comité de gestion d’Anatole Kikwa. «Nous avons perdu aussi à Boma sur le plan interne, par rapport à la baisse du trafic liée à la dégradation de la nationale n°1 entre Kinzau Mvuete et Matadi. La situation du port de Boma ne nous a pas permis d’avoir de très bonnes entrées», a rappelé le DG Anatole Kikwa. L’OGEFREM a aussi concédé sur autorisation et instruction du gouvernement, la commission d’intervention qui a baissé presque de moitié pour les produits de première nécessité, à savoir: le riz, les chinchards, le sucre, les poulets. La cérémonie d’échange des vœux a été aussi l’occasion pour le DG Kikwa d’appeler ses collaborateurs à la discipline, au respect de la voie hiérarchique, à éviter le tribalisme, à avoir un endettement responsable. Peu avant son allocution, il a remercié le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange pour lui avoir donné la confiance en le plaçant à la tête de l’Office de gestion de fret multimodal.
Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer