Dossier à la UnePolitique

Trafic d'influence: un document scandale circule à l’hémicycle

Samedi au Palais du peuple, les membres du Caucus des députés du Kongo Central ont distribué le courrier portant proposition du député Emmanuel Mbuela, où des annotations du président de l’Assemblée nationale sont visibles. Certains députés veulent savoir comment leurs collègues ont fait pour intercepter ce document interne et fustigent cette attitude assimilée au trafic d’influence voire une manière de salir l’image du speaker
Une lettre du Caucus des députés du Kongo Central portant proposition d’un candidat 2ème vice-président de l’Assemblée nationale transmise au speaker Aubin Minaku et dont les auteurs se plaisent à assurer la distribution à l’hémicycle depuis samedi tourmente les esprits au Palais du peuple. L’affaire suscite interrogations et critiques acerbes.
Ça en devient étrange. Un document, un courrier du Caucus des députés du Kongo Central signé de la main de son président ai, César Lubamba Ngimbi, daté du 18 mai 2016 et adressé le même jour au président de la chambre basse, Aubin Minaku, a été mis en circulation samedi à l’hémicycle par un groupe des députés de cette province, peu avant le lancement lundi de la campagne de l’élection du 2ème vice-président de l’Assemblée nationale, en remplacement du doyen Timothée Kombo Nkisi, décédé en avril à Paris. Un document scandale tant il reprend des annotations «Dircab, Accuser réception, Urgent pour appréciation», du président de l’Assemblée nationale à l’adresse de son directeur de cabinet, reprises par le Caucus du Kongo Central pour faire du trafic d’influence et faire croire et aux concurrents et à tous les députés que le candidat du Caucus, Emmanuel Mbuela, est le favori du président de l’Assemblée nationale et, donc, de la Majorité présidentielle. Dans un scrutin où, à en croire des sources, la coalition au pouvoir n’a pas donné des consignes de vote de manière formelle, la mise en circulation de ce courrier portant «proposition remplacement 2ème vice-président du Bureau de l’Assemblée nationale», notamment le député Emmanuel Mbuela Yimbu, élu UDPS de la ville côtière de Moanda, fait jaser. Des questions fusent. La principale est: «pourquoi proposer un candidat d’un Caucus au président de l’Assemblée nationale alors que l’élection est libre et ouverte?» Subsidiairement: «Pourquoi le Caucus du Kongo Central a choisi de distribuer ce document compromettant aux députés, à l’hémicycle, à quelques heures du lancement de la campagne et du vote, si ce n’est pas faire du trafic d’influence et faire croire aux concurrents et à tous leurs collègues que le candidat Mbuela est le favori de Minaku et de la Majorité présidentielle? Comment les collègues du Caucus du Kongo Central ont fait pour avoir accès à cette correspondance devenue interne au cabinet du speaker?»
La version a beau être contestée au Caucus du Kongo Central où l’on dénonce la sape contre leur candidat, des collègues députés dénoncent cette pratique qui frise la tricherie et tend à ternir l’image du président de l’Assemblée nationale dont «les annotations n’ont consisté qu’à donner des indications claires à son directeur de cabinet en vue des dispositions administratives appropriées». Logique dans la mesure où la réponse de Minaku à César Lubamba ne dit pas que le président de la chambre basse ou la Majorité présidentielle soutiennent la candidature de Mbuela. Quand bien-même les annotations étaient en faveur de son candidat, le Caucus, qui pèche par indiscrétion, devait garder l’affaire secrète. A l’évidence, si la Majorité était tentée d’accorder une attention particulière à cette proposition du Caucus, elle a découvert la vraie nature du candidat.
«Ça me révolte et fait sourire en même temps. Les auteurs de cette lettre à la base de cette imposture sont des manipulateurs», a asséné un député du Nord-Kivu croisé samedi au Palais du peuple. «Il faut sanctionner cette pratique honteuse», a demandé un autre demandant à Mbuela de se retirer à cause de cette tentative de tricherie.
Cet épisode, révélé à quelques heures du lancement de la campagne et de l’élection du successeur de feu Kombo Nkisi pourrait donner du poil à gratter aux 11 autres candidats inscrits dans la course. Au total, 12 députés membres du groupe parlementaire UDPS et Alliés se sont lancés dans la bataille.
Tino MABADA
 
3142
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer