EducationPolitiqueSociété

Recouvrement WIGUP logé au compte 13010110182511109 : le ministre Nengbanga mis en cause

RECOUVREMENT WIGUP LOGé AU COMPTE 13010110182511109 : ministre Nengbanga mis en cause
Après avoir découvert et combattu l’instauration illégale des frais d’identification des élèves par le ministère de l’EPSP, le député Floribert Luboto suspecte une nouvelle arnaque à l’Enseignement technique et professionnel et pointe du doigt le ministre
Tous pourris? Il y a des jours où la tentation de tomber dans cette caricature est grande. Après le ministre Maker Mwangu, indexé dans l’affaire des frais illégaux d’identification des élèves, le député PALU Floribert Luboto, membre de la socioculturelle de l’Assemblée nationale, fait part d’une autre maffia organisée, selon lui, avec la bénédiction du ministre de l’Enseignement technique et professionnel -ETP-, Jean Nengbangba. Il s’agit, révèle-t-il, de la transmission des formulaires des données pour la plateforme Wigup, une plateforme du savoir des technologies éducatives et créatives lancée à partir du Canada, et le recouvrement, à un mois de la fin de l’année scolaire 2015-2016, des frais d’inscription à ce programme fixés à 5.000 francs congolais par élève à verser sur le compte 13010110182511109 du ministère provincial de Kinshasa logé à Procrédit Banque! «Comment lancer, à un mois de la clôture de l’année scolaire, un programme qui requiert essentiellement des équipements informatiques, des antennes et des postes récepteurs du genre télévision, des téléphones, un accès à internet et une interconnexion pour des écoles dépourvues d’outils informatiques et de connexion internet pour la plupart alors que l’enseignement au niveau primaire est réputé gratuit sans s’attirer des suspicions?», interroge le député Luboto, convaincu que «l’opération, telle qu’envisagée et menée, s’apparente à une vaste escroquerie organisée avec la collaboration active du ministre de l’ETP et n’en vaut pas la peine pendant cette période».
Le député Floribert Luboto, membre de la commission socioculturelle de l’Assemblée nationale et président du Comité des parents du Collège Bonsomi de N’Djili, dénonce «l’arnaque dans l’installation de la plateforme du savoir Wigup RD-Congo dans les écoles de Kinshasa et de la RD-Congo». Il dit avoir été alerté, avec certains de ses collègues, par une correspondance du coordonnateur national en charge de recouvrement pour Wigup RD-Congo, Valère Ustha Opese, adressée aux responsables des écoles de la capitale, dans laquelle ils sont informés de la transmission des formulaires de collecte des données pour la plateforme Wigup et le recouvrement des frais d’inscription fixés à 5.000 francs congolais par élève.
Le courrier révèle que ce réseau est lancée «sur base du protocole signé en mai entre respectivement, la ville de Kinshasa, le ministère de l’Enseignement technique et professionnel et Wigup corporation du Canada portant l’intégration de la plateforme du savoir des technologies éducatives et créatives dans des écoles de Kinshasa d’une part et celles de la RD-Congo d’autre part».
Il y est également signalé que deux autres accords ont été complétés par la Note circulaire du ministre de l’ETP, Jean Nengbangba et la Note circulaire de Madame la ministre de l’Education de Kinshasa déterminant la clé de répartition des frais d’inscription, 5.000 francs congolais.
«Compte tenu du retard cumulé pour le lancement du processus de mobilisation des frais d’inscription d’une part, et d’autre part du retard y découlant pour les élèves d’avoir des codes d’accès à la plateforme après paiement, un délai de 10 jours vous est assigné pour organiser le recouvrement au sein de votre école dès réception de la présente afin de faciliter à vos élèves de bénéficier pleinement des avantages liés pour cette année scolaire 2015-2016», écrit Valère Utsha Opese aux responsables d’écoles.
Puis: «Une attestation de paiement des frais d’inscription à la plateforme vous sera accordée après nivèlement de vos déclarations de paiement apurées avec vos versements sur le compte du ministère des Finances provincial logé à Procrédit 13010110182511109». Depuis, les préfets et les directeurs sont victimes d’une traque sans nom et désertent leurs bureaux, apprend-on, pendant que l’année scolaire 2015-2016 touche à sa fin dans quelques jours.
Des objectifs nobles certes mais irréalisables pour l’heure compte tenu de la situation des écoles…
Selon le site canadien qui l’a créé, Wigup est un réseau interscolaire créatif. Il a été conçu en vue d’inspirer les jeunes âgés de 9 à 14 ans à devenir qui ils sont réellement. Pour rester avec eux, pour répondre à leurs préférences et les engager dans le processus d’apprentissage, Wigup est une ressource inestimable pour vos jeunes… et pour vous. Sa mission est d’offrir le meilleur contenu éducatif en développement personnel et en construction identitaire en ligne auprès des jeunes de 9 à 14 ans afin de les aider à trouver leur voie et leur mission dans la vie… Wigup privilégiera tous les enfants en leur présentant du contenu inspirant grâce à des outils interactifs et motivants. Les enfants, en retour, se réjouiront de leurs différences et de leur unicité et sauront ainsi apporter leur contribution au monde qu’ils habitent… Wigup diffuse des webisodes et des reportages donnant ainsi la chance aux élèves de vivre des expériences uniques… Wigup est une vitrine qui expose les projets scolaires exceptionnels et innovateurs en vue de faire honneur à l’unicité de chaque élève. Wigup est un réseau social sécuritaire permettant d’agrandir l’espace francophone et l’interconnexion de tous les jeunes de 9 à 14 ans… Wigup est aussi un canal Web qui offre un contenu intelligent et captivant afin d’inciter l’échange et le partage dans la communauté francophone mondiale…
Des objectifs nobles certes mais irréalisables pour l’heure compte tenu du contexte dans lequel évoluent les écoles de Kinshasa, en particulier, et de la République Démocratique du Congo, en général, assène Luboto. «Comment lancer, à un mois de la clôture de l’année scolaire, un programme qui requiert essentiellement des équipements informatiques, des antennes et des postes récepteurs du genre télévision, des téléphones, un accès à internet et une interconnexion pour des écoles dépourvues d’outils informatiques et de connexion internet pour la plupart alors que l’enseignement au niveau primaire est réputé gratuit sans s’attirer des suspicions?», interroge le député PALU, convaincu que l’opération, telle qu’envisagée et menée, s’apparente à une vaste escroquerie et n’en vaut pas la peine pendant cette période.
Prié dimanche au téléphone de répondre à la question du député, Léopold Tanganagba, conseiller à la Coopération internationale du ministre de l’ETP, a cette réponse: «On a lancé cet appel depuis septembre 2015, peu après la rentrée scolaire. On a fait quelques réaménagements au mois d’octobre en attendant l’arrêté de la ville fixant les frais scolaires. Et les frais d’inscription à la plateforme Wigup y sont incorporés. Le compte y relatif a été ouvert par la ville province de Kinshasa».
Puis, à propos du démarrage du projet à quelques jours de la clôture de l’année scolaire: «Wigup RD-Congo a élaboré un plan d’activités dans lequel il se plaignait du retard et ses responsables nous ont assuré que les frais récoltés cette année auront leurs effets à partir de l’année prochaine». Puis encore: «Wigup RD-Congo a, dans son plan d’action, le projet d’installer les équipements informatiques et d’interconnexion dans les écoles».
Les explications du ministère de l’ETP sont loin de convaincre. Le conseiller Tanganagba parle de l’incorporation des frais Wigup dans les frais scolaires alors que la lettre du coordonnateur national de Wigup RD-Congo datée du 2 février 2016 ne le dit pas et demande, au contraire, aux responsables d’écoles de procéder à leur recouvrement dans un délai de 10 jours, riposte Luboto faisant également remarquer que rien ne garantit le respect de cette promesse. Le député PALU se fait fort de rappeler l’engagement -jamais tenu?- Maker Mwangu de rembourser les frais d’identification des élèves illégalement instaurés et perçus pour le compte du ministère de l’EPSP via un compte logé à TMB. Il doute également de la fiabilité de Wigup RD-Congo, qui donne l’impression de compter sur l’argent des parents d’élèves pour l’acquisition et l’installation des matériels informatiques dans les écoles, alors qu’il doit, lui aussi, apporter sa contribution. «Pourquoi ne pas organiser le volet technique avant de lancer le recouvrement des frais?», questionne encore l’élu de Masimanimba. Pour la bonne gouvernance, c’est une claque.
Comme Luboto, d’autres membres des différents comités des parents d’élèves, inquiets, disent ne pas comprendre le bienfondé du lancement de Wigup aux frais des parents en cette période de fin d’année scolaire et pourquoi le ministre Nengbangba tient à y associer uniquement les élèves de l’Enseignement technique et professionnel -entre 12 et 13 ans- alors que les initiateurs canadiens de la plateforme Wigup l’ouvrent aux élèves âgés de 9 à 14 ans.
Natine K.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer