EcofinSociété

Kinshasa : FEC sensibilise les agriculteurs de cultures vivrières à utiliser plus des engrais naturels

La Fédération des entreprises du Congo –FEC, de la section des cultures vivrières- a organisé le week-end dernier, une journée d’échange et de partage dans l’enceinte de la Foire internationale de Kinshasa -FIKIN-. A cette occasion, Claude Kabangi, chef de division de service national des fertilisants et intrants connexes-Senafic- a exhorté les agriculteurs de cultures vivrières à utiliser plus des engrais naturels en lieu et place des engrais chimiques dans la production agricole. Selon Claude Kabangi, l’objectif de cette matinée consiste en la mise à la disposition des participants, des techniques et méthodes simples et faciles devant faciliter l’utilisation efficiente des engrais naturels.

Le chef de division de SENAFIC a en outre précisé que l’usage des engrains naturels contribue à augmenter la production locale sans causer de préjudice aux consommateurs ni à la nature. D’après lui, la voie de sortie de cette problématique de l’utilisation des engrais chimiques consiste à identifier les matières premières que l’on trouve facilement dans l’environnement le plus proche tel que: les herbes, les déchets de viande, des volailles que l’on peut traiter par des procédés de transformation plus simples et moins coûteux. «Ces matières vont permettre aux agriculteurs de cultures vivrières, de futurs entrepreneurs d’augmenter leur production agricole avec les moyens de bord sans détruire la nature et nuire à la santé humaine de la population RD-congolaise», a-t-il dit.

De son côté, Eliane Matata, l’une des organisatrices de cette activité, a fait savoir que la pratique des engrais chimiques dans plusieurs pays en voie de développement dans le domaine de l’agriculture est à la base de l’insécurité alimentaire observée présentement en RD-Congo. Elle a ajouté qu’il a fallu mettre en cause cette pratique pour trouver des solutions adéquates qui vont permettre aux agriculteurs de sécuriser la santé humaine de la population et de protéger la nature.

Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer
Fermer