Ecofin

Kin-kiey-Bahala, un duo contre la fraude dans le secteur des télécoms et des TIC

Le ministre des PT-NTIC est très déterminé à atteindre les assignations au Budget 2014 concernant son secteur
Le ministre des PT-NTIC est très déterminé à atteindre les assignations au Budget 2014 concernant son secteur
Tryphon Kin-kiey, le ministre anti-fraude du gouvernement Matata qui joue et gagne contre les gangs financiers dans les secteurs des médias et des télécommunications, vient de se faire rejoindre dans la lutte par l’Abbé Jean-Bosco Bahala, président du CSAC, une institution citoyenne d’appui à la démocratie. Ahuri par ce qui se passe dans ces secteurs, le régulateur public des médias en RD-Congo n’a pas hésité un seul instant à rejoindre la légion «mains propres» menée par KKM   
Le Premier ministre Matata peut formellement compter sur la participation du secteur des télécommunications et des Technologies de l’information et de la communication au budget 2014. Son ministre sectoriel, Tryphon Kin-kiey, déterminé à ramener au Trésor public même «le tout petit dollar» que peut produire son secteur, s’est vu encouragé, félicité et appuyé dans cette lutte par le régulateur public des médias en RD-Congo.
Vendredi 20 décembre 2013, au sortir de l’audience au ministère des PT-NTIC, Jean-Bosco Bahala, dans son style naturel, n’a pas fait la langue de bois sur des dossiers essentiels du secteur: la TNT, la télédistribution, la redevance, la gestion des fréquences et la fraude sur les appels internationaux entrants. Devant la presse, l’Abbé président du CSAC a affirmé être venu rencontrer avant tout un professionnel des médias, un homme d’Etat courageux, quelqu’un qui a pu redonner la puissance de l’Etat dans son secteur…plus encore, le ministre ayant en sa charge «le contenant» des médias et de ce fait, celui qui doit gérer la TNT. 
Quand le ministre des PT-NTIC rencontre le régulateur des médias et de la communication, ça finit par une harmonisation des vues, une conjugaison des forces, un sauvetage pour la République et pour les consommateurs des médias. Selon Bahala, la rencontre était tellement fructueuse que pour la première fois, lui et son vice-président, Alain Nkoy Nsasies, prenaient officiellement langue avec le ministre ayant en sa charge le contenant des médias. «Nous regrettons beaucoup le fait de ne l’avoir pas  rencontré à temps. C’est à lui que tout le monde s’adresse lorsqu’il s’agit d’avoir une fréquence. C’est également le cas pour le paiement de la redevance», fixe le président du CSAC devant les médias.
Comme pour dire, sans fréquences, on ne parlerait pas des médias… audiovisuels. Evoquant la question relative à la TNT, Jean-Bosco Bahala n’a juré que par la transparence dans le processus d’opérationnalisation de migration: «Nous rencontrons la même vision avec le ministre des PT-NTIC. Nous tenons à ce que demain, avec la TNT, nos médias offrent une image de qualité à nos téléspectateurs… parce qu’il s’agit d’une question économique, le choix de l’opérateur qui doit fournir les multiplex se fasse de façon très très très claire et surtout que cela soit transparent. C’est un principe de la bonne gouvernance. Ce recrutement doit passer par appel d’offre et devrait être validé par le Conseil des ministres avant d’être entériné par le régulateur. On ne peut pas signer des contrats à gauche et à droite sans passer par un appel d’offre international». Ça fait penser, en même temps que ça fait débat! Ça sent mauvais. Pour le président du CSAC donc, pour l’heure, c’est le décret du Premier ministre nommant la Commission qui doit accompagner la migration qui est à l’ordre du jour. Il s’agit-là d’une matière transversale, éminemment nationale et internationale. D’où, le professionnalisme et la transparence sont requis.
La toute-puissance de l’Etat
Chaque jour qui passe, Tryphon Kin-kiey force l’admiration de tous ceux qui ont la passion de la RD-Congo, ceux-là qui manifestent le souci de voir le pays se libérer des gangs qui le pillent dans tous les secteurs. Le vendredi, il n’y a pas que la NTNT qui a occupé la majeure partie de l’entretien entre Tryphon Kin-kiey et Jean-Bosco Bahala. La lutte contre les sims box aussi! Pour le président du CSAC, il fallait bien à ce poste un homme aussi courageux que Kin-kiey.
Des années durant, aucun des ministres qui ont défilé à ce poste n’avait osé s’attaquer à cette maffia qui a tellement poussé des racines. Au bout de deux mois de traque, deux mois des risques quotidiens…les résultats forcent aujourd’hui l’admiration. De traditionnels 20 millions de minutes sur les appels internationaux entrants par mois déclarées par les opérateurs des télécommunications, le score est passé à 42 millions des minutes.
Incroyable! Voilà ce qui a motivé Jean-Bosco Bahala à apporter tout son soutien au ministre des PT-NTIC dont le courage, le professionnalisme et la parfaite maitrise du secteur des télécoms et des TIC a fini par l’emporter sur les gangs qui s’enrichissent au détriment du Trésor public. D’ailleurs, cette semaine, apprend-on des sources proches du ministère, tous les sims-boxeurs arrêtés depuis le début de cette opération seront officiellement présentés devant la presse. Une véritable opération coup de poing!

HMK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer