Culture

Le sculpteur Isaac Mondele expose ses œuvres d’art à l’Institut français de Kinshasa

L’artiste sculpteur RD-congolais Isaac Mondele expose, depuis le mois d’octobre dernier jusqu’à ce jour, ses œuvres d’art portant essentiellement sur la présentation de quelques mouvements du corps dans la salle d’exposition de l’Institut français de Kinshasa -Hall de la Gombe.

Cette exposition «Customiser» qui se clôturera en ce mois de novembre, est organisée dans le cadre du mois des célébrations des 50ème anniversaire de l’Organisation internationale de la Francophonie -OIF. Dans la réalisation de ses œuvres, l’artiste qui se sent entre les sculptures géantes et petits formats, courbe ses clous pour s’inscrire au cœur d’une des valeurs fortes de la francophonie qui est le sport et ses pratiques.

Dans le cadre de ladite exposition, Isaac Mondele explore les gestes de sportifs de légendes, boxeurs, golfeurs, lanceurs, athlètes… En sortant ses grands formats de la salle d’exposition de l’Institut français de Kinshasa, souligne-t-il, donne aux corps une existence publique en les invitant à une réflexion sur la politique du sport et de sa pratique en société.

«L’artiste sculpte toujours sans modèle. Sa matière, il la récupère, mieux il l’invente…»

Diplômé d’Etat à l’Institut des beaux-arts de Kinshasa, section Architecture d’intérieur, Isaac Mondele est né en 1984, le 14 février, et baigne dans l’art depuis son enfance. Attiré par les matériaux de récupération, il s’oriente très vite vers la sculpture.

En 2008, il décroche son diplôme de graduat en Arts plastiques, option Sculpture, de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa. Depuis 2007, il participe à de nombreuses expositions en RD-Congo et en dehors de ses frontières où il obtient de nombreux prix. En 2010, il a reçu le prix «Espoir Wallonie-Bruxelles du cinquantenaire», lui décerné par le Centre Wallonie international.

Membre d’honneur du jury du marché de l’art «Artiste dans la rue 6ème édition» à Casseneuil -France- en 2013 avec comme thème: «Vent dans les étoiles», l’artiste transporte son art au-delà des frontières de son Congo natal. Sa vie, autant que son œuvre, est aujourd’hui profondément ancrée dans son pays et l’homme toujours au centre de ses préoccupations artistiques. Il sculpte toujours sans modèle. Sa matière, il la récupère, mieux il l’invente.

Cette matière est, pour lui, une œuvre en elle-même une matière qui rend presque aussi heureux que la sculpture elle-même. Il l’applique sur une ossature faite de fer, de clous ou de tiges, laissant à la nature et au matériau sa part de liberté, ouvrant la porte à l’imprévu. Avec une âme résolument tournée vers le bien, l’artiste s’efforce toujours de dépasser les limites de la simple contemplation des choses pour en ressortir les fonctions positives. En ce sens, son œuvre se conçoit comme une véritable «thérapeutique artistique».

Contrairement aux fétiches à clous du type Nkondi dans l’art Kongo dont le but était de faire du mal à ses adversaires par transfert d’intention malveillante, les clous dans les sculptures d’Isaac Mondele, telles pointes d’acupuncture, véhiculent des énergies vitales destinées à guérir l’homme des maux de la société. Ainsi donc, les clous, les couteaux, les chaines et autres sont utilisés dans son art pour soigner, harmoniser, rassembler…

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer