Culture

Mpongo Love, 24 ans dans l’au-delà

Mpongo Love, l'une des mélodies envoûtantes de la RD-Congo
Mpongo Love, l’une des mélodies envoûtantes de la RD-Congo

Décédée le 15 janvier 1990 à l’âge de 34 ans, la chanteuse RD-congolaise Mpongo Love vient de totaliser 24 ans depuis sa mort. Le mercredi 15 janvier 2014, les parents, amis et connaissances d’Alfride M’Pongo Landu mieux connue sous le nom de M’pongo Love ont commémoré sa disparition. Sa fille ainée, Sandra Mpongo et Armel Bonsemie, administrateur de la fondation Mpongo Love préparent un grand événement pour honorer la mémoire de cette chanteuse de charme qui a marqué son époque et a laissé les belles chansons dans les annales de la musique RD-congolaise moderne. Ce grand événement qu’elles entendent organiser avec faste aura lieu le 15 janvier 2015 lors de la célébration du 25ème anniversaire de la disparition de la charmante Mpongo Love.

En marge de la commémoration de 25ème anniversaire de la chanteuse Mpongo Love, sa famille biologique, particulièrement sa fille ainée Sandra Mpongo, à travers la fondation portant le nom de celle qui a valablement donné ses lettres de noblesse à la musique RD-congolaise, envisage organiser une activité en mémoire de l’illustre. Une façon de louer ses qualités artistiques. Chanteuse RD-congolaise et patronne du groupe Tcheke Tcheke Love, M’Pongo Love est née le 27 août 1956 à Boma dans la province du Bas-Congo. Elle est décédée le 15 janvier 1990 dans la ville de Kinshasa.
Avec Abeti Masikini, une autre chanteuse de sa même génération, elles sont considérées comme les grandes dames de la musique RD-congolaise moderne. A 34 ans, cette artiste musicienne a laissé derrière elle des œuvres artistiques qui ont marqué les esprits dans toute l’Afrique et continuent à émerveiller les mélomanes du monde entier. Sa belle voix féminine, elle la mettait à profit. M’pongo Love chantait en lingala et son style musical est celui de la rumba.
Ancienne secrétaire de direction dans la société Districars de feu Dokolo, concessionnaire automobile, elle se convertit à la musique grâce à l’une de ses amies qui était une proche de Empompo Loway, saxophoniste de renom œuvrant au sein de l’orchestre Afrisa International du feu Tabu Ley Rochereau, l’icône de la rumba RD-congolaise et un des monstres sacrés de la musique RD-congolaise. Empompo Loway devient rapidement son encadreur.
Il lui recrute des musiciens et compose pour elle ses premières chansons. A 19 ans, elle se baptise du nom de scène comme M’pongo Love et crée sous la férule d’Empompo Loway, son propre orchestre qu’elle nomme le Tcheke Tcheke Love. Avec l’expérience qu’elle a acquise auprès d’Empompo,  elle compose sa première chanson avec un titre capturant «Pas possible Maty» sortie en 1976, et cela, lui procure un grand succès immédiat et admirable. Le grand public est ému par cette nouvelle voix pure et limpide d’une jeune fille de la grande beauté naturelle malgré son handicap physique.
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer