Culture

Marrakech du rire 2016, Abelle Bowala, l’explosive de la soirée du 4 juin prochain

Fondé par l’humoriste français d’origine marocaine, Jamel Debouzze en 2011, le Festival international d’humour «Marrakech du rire» est à sa 6ème édition. Elle se tiendra à Marrakech, au Maroc du 1er au 5 juin prochain. C’est pour la première fois qu’un RD-Congolais soit programmé à ce rendez-vous du rire, depuis sa création. Il s’agit d’Abelle Bowala, la jeune humoriste RD-congolaise, et la seule fille de la team du Festival international d’humour de Kinshasa «Toseka». Dans une interview exclusive accordée au Trihebdomadaire «AfricaNews», l’invitée de la 4ème soirée, qualifiée bombe de la soirée du 4 juin parmi les humoristes Fadily Camara et Ouedraogo, n’a pas manqué d’exprimer ses sentiments et reconnaissances à l’équipe de «Marrakech du rire» et principalement à Jamel, son initiateur pour le choix qu’ils ont porté sur elle. Abelle a aussi témoigné sa reconnaissance envers la grande équipe qui l’a propulsée, «Toseka» et son initiateur Ados Ndombasi.        
Pendant cinq jours, soit du mercredi 1er au dimanche 5 juin, il se tiendra dans la ville de Marrakech, au Maroc, la 6ème édition du Festival international d’humour «Marrakech du rire». Lors de la 4ème soirée de cette grand’messe culturelle internationale, la jeune humoriste RD-congolaise Abelle Bowala dit la Cléopâtre représentera son pays natal. Ayant une présence scénique à couper le souffle, Bowala figure parmi les poids lourds de l’humour africain. Dans une publication surprenante sur des réseaux sociaux, le Français Jean Michel Joyeau, directeur artistique à la Debjam Comedy et organisateur de «Marrakech du rire» a placé cette dernière parmi les bombes de cette soirée. «Nos 3 bombes: Fadily Camara, Abelle Bowala, Roukiata Ouedraogo, sur la grande scène du théâtre Royal, le samedi 4 juin 2016, à 21h au Festival du rire de Marrakech avec les stars du rire des pays d’Afrique, Gohou, Agalawal, Defunzu, Oualas…», a-t-il confirmé. Exprimant ses sentiments au journal du quartier Beau-Vent, l’épatante Bowala a avoué que prester sur la scène de Marrakech fait partie de ses plus grands rêves d’antan. «Il y a des choses dans la vie auxquelles l’on a longtemps attendu peut-être, et quand ça arrive, on se dit est-ce que ce n’est pas trop tôt. Un moment ça me fait flipper, je me dis représenter la RD-Congo sur le plan culturel particulièrement en humour au Marrakech du rire, c’est quand-même un grand fardeau. Parce que tout le monde a les yeux sur moi. Ils se disent qu’est-ce qu’il va faire là-bas. Il y en a qui connaissent déjà mon talent et ils croient en moi. Je pense que j’ai en même temps le sentiment de joie et de peur. Mais, je suis en train de me préparer moralement, physiquement et artistiquement pour que ce défi soit vraiment relevé. Le théâtre Royal, c’est une grande scène à travers le monde. Avec ma petite taille et ma voix fine, je serais là prestant devant des milliers de personnes et je vais essayer de surmonter la frousse. J’en suis sûre», a reconnu Abelle. Et de poursuivre: «comme tout artiste rêveur, je l’ai toujours rêvé, bien que c’est venu au moment où je ne l’attendais pas. Heureusement, je me suis toujours préparée en conséquence, car je me disais que si ce que je rêve arrive, que je sois à mesure de me défendre. Je pense que le moment est venu. Je ne peux que l’assumer. Dieu seul sait. Jean-Michel a fait une publication qui m’a vraiment fait battre le cœur. Si le Marrakech du rire m’a retenu, je crois que c’est par rapport à ma prestation au spectacle Made in Congo inclus dans la dernière édition du Festival Toseka. Donc, je me dis que je vais donner ces sketches-là. Je pense que le message est international avec «Affaire visa», «Différence entre les blancs et les noirs» et tant des surprises».
Reconnaissante
Débordée de joie, Abelle n’a pas hésité une seule fois pour remercier les siens. «Un grand merci à Jamel Debouzze, l’initiateur de ce grand rendez-vous de l’humour pour avoir aménagé une grande messe spectaculaire de l’humour en Afrique. C’est un vrai coup de pouce qu’il nous donne en tout cas. Je le félicite aussi d’avoir jeté un œil du côté de l’Afrique noire et coup de chapeau à lui pour avoir pensé à moi qui suis une femme, merci énormément. Il ne sera pas déçu de son choix. Bravo à lui également pour la peine qu’il se donne en formant les jeunes dans le «Stand-up». On voit des figures qui changent à chaque édition et saison de Jamel comedy club -JCC-, c’est un honneur», a-t-elle noté. Puis: «qu’il vive pour toujours!».
Elle a aussi exprimé sa gratitude à son équipe mère. «Un grand merci aussi à ma team Toseka, mon premier amour, en tout cas, continuons à nous aimer comme on le fait toujours et à bosser. Et, si le grand public me reconnais aujourd’hui, je dois l’avouer que c’est grâce à Ados Ndombasi, coordonnateur et initiateur du Festival international d’humour Toseka.   Ainsi que Kody Kim qui nous a outillés en nous apprenant certaines techniques. Ce que je suis aujourd’hui artistiquement, c’est grâce à lui», a-t-elle encore reconnu.
Diplômée de l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa, option Communication visuelle, Abelle avait la préférence pour d’autres choses. A en croire ses propos, le cinéma, la comédie… ont été ses rêves d’enfance. Elle comptait se lancer dans la comédie. Chose faite. Après les études, Abelle a intégré le groupe «Afrik’art création» du comédien Rock Bodo pour matérialiser son rêve. L’humoriste RD-congolaise reste adepte du travail.
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer