Culture

Les Francofolies de Kinshasa, retour en force

francofolies
Réputée capitale africaine de la musique, Kinshasa abrite, pour la première fois, le Festival «Les Francofolies». Reportées à maintes reprises depuis 2014, ces rencontres musicales reviennent cette fois-ci avec des nouveaux défis dont Francos des enfants-Francos juniors qui est un engagement original et inédit vers l’enfance. A en croire Jean Steffens, son coordonateur, cette 1ère édition aura bel et bien lieu du 7 au 13 septembre prochain.
Selon les organisateurs, le festival produira plus de 60 concerts exceptionnels à travers la ville de Kinshasa. Ces concerts seront livrés dans plus de 10 sites à travers la ville, notamment Théâtre de verdure, Centre culturel M’eko, Centre Wallonie-Bruxelles Hôtel Invest et tant d’autres. C’était au cours d’un point de presse tenu samedi 27 juin 2015, au restaurant le Balcon, dans la commune de Kintambo, en présence du ministre provincial de la Culture et des arts ainsi de la ministre provinciale du Genre, famille, enfant et de l’éducation, que les organisateurs ont annoncée cette nouvelle.
 
Une grande première. Sous la houlette de l’ASBL Afrodiziak, il se tiendra à Kinshasa, capitale RD-congolaise, un festival de musique intitulé «Les Francofolies de Kinshasa». Cette grand’messe musicale est à sa 1ère édition. Contrairement aux rendez-vous manqués, autrefois, cet événement grandiose, les Francofolies de Kinshasa reviennent avec des nouveaux défis, notamment Francos des enfants-Francos juniors, Tous ensemble contre le paludisme et tant d’autres. D’après un communique de presse de l’organisation, «Francos des enfants-Francos juniors sont les Francofolies des enfants, destinées aux enfants dont l’âge varie entre 6 et 9 ans seront organisées au Théâtre de verdure. Et les Francos juniors seront présentées vers l’après-midi, entre 13 heures et 16 heures, pour des enfants âgés de 10 à13 ans, en collaboration avec la ville de Kinshasa. Ces deux concepts tout à fait originaux, consacrés à l’enfance, et en particulier aux rapports des jeunes avec la musique comme vecteur de communication, de tolérance et de citoyenneté».
Quant au défi d’actions sociales et de santé publique, le communiqué rapporte que la volonté affichée du festival est de profiter de ce grand événement récurrent, pour sensibiliser l’opinion internationale à la gravité du fléau que représente aujourd’hui en Afrique le paludisme. La propagation de celui-ci vers les pays du Sud de l’Europe et d’Amérique du Sud constitue un enjeu majeur de santé publique. Hormis la vive présence du ministre provincial de la Culture et des arts; Thérèse Olenga, ministre provinciale du Genre, famille, enfant et de l’éducation a, elle aussi, marqué sa présence en saluant ce grand événement spectaculaire qui a, cette fois-ci, sollicité le concours de la jeunesse.
«Je suis contente que vous ayez réservé une part à la jeunesse. Quand vous voulez investir dans la durée, il faut investir dans la jeunesse ainsi vous verrez que les souvenirs accompagneront, grandiront et le projet restera longtemps dans les esprits. Je sais que le festival s’annonce dans la période scolaire. Nous prendront cette décision courageuse pour faire participer nos élèves à cette fête de musique», a-t-elle souligné. En attendant la programmation finale, l’organisation a fait savoir que les artistes prévus en 2014 pour ces rencontres, notamment La Fouine, Lokua Kanza, JB Mpiana, Youssoupha, Johnny Clegg, Fally Ipupa, Ferre Gola, Passi, Suarez, Jean Goubald, Lexxus Legal et tant d’autres seront recontactés. Parmi les artistes qui seront contactés, Jean Steffens, coordonateur dudit festival, a rassuré au public que l’artiste musicien RD-congolais qui a le vent actuellement, l’auteur de la chanson Mascara, Fabrigas, est présélectionné.
Selon les organisateurs, l’un des objectifs est celui de créer un nouvel espace culturel pouvant renforcer les échanges entre la RD-Congo, la Fédération Wallonie-Bruxelles -FWB- et l’ensemble de la Francophonie. Ce rendez-vous musical vise aussi à optimaliser l’image de la RD-Congo. «Ce pays en reconstruction peut ainsi bénéficier d’une caisse de résonance majeure et récurrente au niveau international, permettant de vendre son image dans le monde artistique, comme pays de référence en matière musicale», a mentionné le comité d’organisation dans son communiqué de presse. D’autres détails seront communiqués au fur et à mesure que le jour «j» s’approche.
 
René KANZUKU  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer