Culture

Le cinéma se fête à la Halle de la Gombe

Il s’organise, depuis mardi 5 juillet à l’Institut français de Kinshasa, Halle de la Gombe, la 3ème édition du Festival international du cinéma de Kinshasa -FICKIN. Au total, plus de 40 films sont à l’honneur. Déjà, lors de la cérémonie d’ouverture, les cinéphiles présents à la grande halle étaient bien servis par des œuvres cinématographiques de qualité non seulement sur le plan artistique mais aussi en ce qui concerne les thématiques. D’autres projections sont encore programmées tout au long du ce festival qui va se clôturer le 9 juillet prochain par une soirée de remise des prix.
Dans le but de faire rayonner le cinéma RD-congolais et surtout de proposer au public une rencontre cinématographique qui se veut à la fois professionnelle et populaire, Bimpa Production organise pour la troisième fois consécutive le Festival international du cinéma de Kinshasa. Plusieurs pays prennent part à cette grand-messe du 7ème art, à savoir: la RD-Congo, le Congo-Brazzaville, la France, la Chine, le Madagascar, la Réunion, le Sénégal, les USA, l’Estonie, la Grèce, la Russie, l’Allemagne… Mardi 5 juillet lors de la cérémonie d’ouverture organisée à la grande halle de l’IFK, quatre films ont été proposés au public. Il s’agit de: «Rod Zegwi», film expérimental du Mauricien Azim Moollan; «Alma», fiction du Camerounais Christa Ekaassam; «S.O.S», fiction du RD-Congolais Tshoper Kabambi; et «Meta», fiction du RD-Congolais Pitchou Tshiovo. Parmi d’autres films attendus, l’on a entre autres «Kin la belle», documentaire de Cecilia Zoppelleto; «The Kid» de Charlie Chaplin; «Congo! Les crimes oubliés», documentaire de Gilbert Balufu; «Ame noire» d’Armel Pululu; «Coach» de Ben Adler…«Haraka» de Jonathan Noir; «Cocaïne Light» de Patrick Kuba, etc.
Tout au long de ce festival, le public va découvrir des films de tout genre -court et long métrage, documentaire, fiction, film expérimental- dont pour la plupart réservé exclusivement aux projections dans des salles et non pour la diffusion à la télévision. Au total, une quarantaine de films sélectionnés seront sur l’écran géant de l’Institut français jusqu’au 9 juillet, date de la clôture de cette fête du cinéma qui sera caractérisée par la remise des différents prix aux lauréats de la présente édition. Notamment le prix du meilleur film FICKIN; le prix du meilleur scénario; meilleurs rôles masculin et féminin; meilleur son; meilleure image; et meilleur montage.
Contrairement aux précédentes éditions où FICKIN se déroulait également dans des espaces publics, entre autres la Place Echangeur à Limete, cette année, les organisateurs ont préféré l’organiser seulement à l’Institut français de Kinshasa pour diverses raisons. Selon les organisateurs, ce changement fait suite, d’abord, par les contraintes budgétaires. Ensuite, FICKIN ambitionne faire découvrir à l’ensemble de la population RD-congolaise des belles œuvres cinématographiques en organisant simultanément le festival dans plus ou moins quatre villes du pays dont Kinshasa, Matadi, Lubumbashi et Bukavu. Il serait alors important de travailler avec les réseaux déjà existant de l’Institut français, car le FICKIN bénéficie, depuis sa première édition, d’un appui important de l’ambassade de France en RD-Congo. Dès la prochaine édition, sauf changement de dernière minute, les habitants de quatre villes précitées découvriront aussi la programmation du FICKIN.
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer