Culture

Henri Kalama tient à la qualité de l’enseignement

Une ambiance festive a régné mercredi 16 mars dernier à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa. Cause: la traditionnelle cérémonie de remise et reprise, pratiquement très sobre, entre le comité de gestion entrant et sortant. La communauté estudiantine a réellement manifesté son enthousiasme en réservant un accueil chaleureux au peintre Henri Kalama Akulez, actuel directeur général de cette institution d’enseignement artistique, nommé par arrêté ministériel rendu public le 11 mars.
 
Devant les représentants du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, la nouvelle composition du comité de gestion de l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa -ABA- est entrée en fonction à l’issue de la remise et reprise qui a eu lieu, d’abord, entre le nouveau DG Kalama Akulez et le sortant Patrick Missassi Kabwith. Il en est aussi de même pour le Secrétaire général académique, le secrétaire général administratif et l’administrateur du budget. Passant le pouvoir à son successeur, en présence de la communauté estudiantine, Missassi a félicité Henri Kalama pour sa promotion tout en lui garantissant son accompagnement et son expertise, dans le but de faire rayonner davantage l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa. Pour sa part, l’actuel DG a promis de travailler avec tout le monde pour relever le défi. Il ne s’est pas arrêté là. Il dit inscrire son programme dans la vision du Chef de l’Etat Joseph Kabila, celle de la Révolution de la modernité ayant comme socle l’éducation. Pour y parvenir, Kalama a annoncé la création d’une cellule d’assurance qualité avec pour mission d’évaluer la qualité non seulement de l’enseignement mais aussi de l’environnement. «La main dans la main, nous allons remettre notre établissement supérieur à sa place aux côtés de grandes écoles d’art», a-t-il souhaité.
Restant toutefois modeste, le nouveau DG a reconnu le travail appréciable abattu par l’équipe sortante qui n’a pas du tout démérité. C’est dans ce contexte, qu’il compte poursuivre dans la même logique en vue de redynamiser le fonctionnement de l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa, lui donner un souffle nouveau et lui faire jouer son rôle d’académie supérieure. Les grandes lignes de son action projetées par Kalama seront étalées très prochainement à la communauté de l’ABA, a-t-il laissé entendre. Henri Kalama est accompagné dans cette lourde tâche de Patrick Missassi, secrétaire général académique; Jean-Pierre Nduwa Nawej, secrétaire général administratif.
 
Docteur en Arts plastiques
 
Né le 23 mars 1973 à Lubumbashi, Henri Kalama est Docteur en Arts plastiques de China Academy of Art en Chine. Grandi en RD-Congo, où il a reçu sa formation artistique académique en Peinture, Kalama est représentatif d’une tendance visant notamment à évoluer à partir de certains stéréotypes dans ce qui est généralement considéré comme l’art dit «africain». Kalama Akulez est, depuis 2007, responsable de «Kalama – Les ateliers et Réunis» où il est entouré de trois jeunes artistes dont l’avenir demeure prometteur, à savoir: Ange Swana, Benj Kinega et Eddy Budiongo. Le but de son atelier est de promouvoir l’art contemporain et surtout de ne pas dépeindre les occurrences perpétuées de certains sujets et symboles tribaux et primitifs et pour cette matière non existante.
 
Patrick NZAZI
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer