Culture

Grand Kallé immortel, une musique au service de la concorde!

La rencontre qui s’organise au Centre interdiocésain à Gombe entre les signataires de l’Accord de la Cité de l’Union africaine et les non signataires reste une préoccupation de tous. Le vœu de chacun est de voir ces pourparlers entre la Majorité, l’Opposition et la Société civile aboutissent au bon résultat. Les contributions fusent de divers sens, comme c’est le cas de Muena Mpala, président médiateur général d’Afric’ambiance qui recommande aux acteurs politiques quelques œuvres du chanteur, auteur-compositeur RD-congolais Grand Kallé, décédé, exhortant à la concorde ainsi qu’à la paix.    
 
Et si on écoutait différents messages contenus dans les œuvres de Joseph Kabasele Tshamala dit Grand Kallé, un des pères de la musique RD-congolaise moderne? Cette question vaut réellement son pesant d’or. Etant donné que, de son vivant, cet artiste abordait très souvent des thèmes à caractère de l’unité, de fraternité, de la concorde, etc. Bref, une musique qui prônait la paix. L’artiste ne meurt jamais, dit-on. Kallé Jeff reste encore immortel dans les esprits des uns et des autres. Aussi les problèmes qu’il évoquait demeurent encore d’actualité. Sur le plan politique, le patron d’African Jazz ne manquait surtout pas d’occasion pour apporter des messages d’apaisement aux acteurs politiques de l’époque. Voilà aujourd’hui, ses œuvres interpellent encore.
Au moment où une frange de la classe politique RD-congolaise se retrouve encore pour quelques heures au Centre interdiocésain, un compatriote apporte à distance et à sa manière, sa modeste contribution aux discussions. Il s’agit de Muena Mpala, président médiateur général et bi-autorité morale d’Afric’ambiance -Kinshasa-, des Bantous des capitales et de SOS Salsa -Brazzaville.
Dans un courrier adressé aux parties prenantes -Pouvoir en place, Rassemblement, aux Premiers ministre entrant et sortant, à la CENCO-, ce dernier a aussi annexé le texte de deux chansons de Grand Kallé, à savoir: «Toyokana, Tolimbisana na Congo» -pour l’entente et la concorde au Congo-, et «Matata masila na Congo» -Que cesse les troubles au Congo. Ces messages pertinents invitent les participants au dialogue qui se tient sous les auspices des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO- à y réfléchir. Et surtout que le dernier virage des travaux s’annonce avec peu d’incertitude chez certains analystes.
«Nous sommes tous habitants du Congo, plaçons en vous notre confiance, ô vous tous les parlementaires du Congo. Sauvez votre pays… Entendez-vous, vivez dans la concorde. Mettez fin à vos guerres fratridicides…», voici les recommandations de Kabasele Tshamala, à travers ses œuvres, aux signataires de l’Accord de la Cité de l’Union africaine et aux non signataires présents au Centre interdiocésain. Espérons que ces enseignements seront pris en compte. Si tel est le cas, la mémoire de Kallé sera vivement honorée, préconise l’auteur de la correspondance. Grand Kallé devrait servir d’exemple aux artistes musiciens de nos jours. Par ailleurs, dans sa lettre, Muena Mpala insiste sur le contact continu entre gouvernants et gouvernés tout en se concentrant sur des questions majeures s’il faut aider la République.
 
Patrick NZAZI        
 
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer