Culture

FESPACO 2017, les producteurs invités à soumettre des films

Après l’organisation, l’année dernière au Burkina Faso de la 24ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou -FESPACO-, les regards sont tournés à la tenue de la prochaine rencontre du 7ème art.
Les préparatifs de la biennale du cinéma africain, prévue du 25 février au 04 mars 2017 dans l’ancienne Haute Volta, ont déjà débuté. Et, comme à chaque édition, un appel à film de tout genre est lancé. Les producteurs, réalisateurs africains ont jusqu’au 31 octobre prochain pour soumettre leurs films avec plus de détails autour de l’œuvre.
Ayant pour thème: «Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel». La 25ème édition du FESPACO se tiendra du 25 février au 04 mars prochain à Ouagadougou.
Comme à chaque édition, les inscriptions sont ouvertes pour la sélection des films, renseigne un communiqué de la délégation générale de cette grand-messe du cinéma sur le continent. Deux sections sont concernées, à savoir: la compétition officielle et le hors compétition. La première est réservée aux films de réalisateurs africains et de la diaspora.
Elle comporte les catégories suivantes: fiction long métrage: durée minimale de 60 mn; fiction court métrage: durée comprise entre 1 minute et 35 minutes; film documentaire: durée minimale de 26 minutes; série télévisuelle: 3 épisodes de 13 à 26 minutes chacun; film des écoles africaines de cinéma: durée comprise entre 3 et 15 minutes. Alors que la seconde section est uniquement réservée aux films des cinéastes du monde. Tous les films soumis, poursuit la même source, ne doivent pas excéder deux ans d’âge au 31 décembre 2016, soit les films produits après le 1er janvier 2015. Le règlement est à télécharger sur le site officiel de l’événement.
Qui sera alors l’oscar du prochain FESPACO? s’interrogent les férus du cinéma et surtout les critiques du cinéma. Connaissant le professionnalisme de l’ensemble du comité de ce rendez-vous cinématographique, les compétitions seront sans nul doute serrées. Les belles œuvres seront primées.
Un programme varié s’articulera autour de la sélection des films, du 18ème Marché international du cinéma et de la télévision africain -MICA- et des rencontres professionnelles -colloque, table ronde, master class…-, axées sur les voies et moyens de faire valoir qualitativement l’activité cinématographique africaine.
MICA, un cadre de rencontres, de promotion…
Concernant le MICA, qui se tiendra dans la même période que le FESPACO, les organisateurs soutiennent qu’il s’agit non seulement d’un espace professionnel de vente et d’achat des œuvres cinématographiques et audiovisuelles, mais aussi d’un cadre de rencontres, de promotion et d’échanges ouvert aux professionnels du cinéma et de l’audiovisuel du monde entier. Notamment producteurs, distributeurs, diffuseurs et promoteurs de matériel numériques. Une belle opportunité offerte essentiellement aux jeunes africains qui se sont lancés dans ce secteur.
Cela permet, par ailleurs, à ces derniers d’inscrire des films pouvant être visionnés à la carte par les professionnels accrédités dans un espace aménagé à cet effet; de faire des projections à la carte; ainsi que de louer des stands pour présenter leurs produits. Espérons que les RD-Congolais ne manqueront pas à cette fête.
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer