Culture

Fally Ipupa, Ferre Gola & Fabregas dans un album: un projet démentiel!

Quel featuring aimeriez-vous consommer dans les prochains mois? Fally-Ferre? Ferre-Fabregas? Fally-Fabregas? Ou encore Fally-Ferre-Fabregas? C’est la question que Cinardo Kivuila, manager du www.eventsrdc.com, site spécialisé en événementiel, a posé dans le cadre d’un sondage d’opinions sur la tweetosphère. Le résultat est sans appel. 100% des mélomanes sur Tweeter ont faim, ils veulent du lourd, un son de «Ouf» pur jus, qui mettraient ensemble les trois «F», actuelles sommités de la rumba RD-congolaise: Fally Ipupa Dicap la Merveille, Ferre Gola Jésus des nuances et Fabregas le Métis noir. Imaginez un instant ce que serait cet album: juste démentiel. N’est-ce pas?
On aurait d’un côté Fally Ipupa, que le site «Le Monde Afrique» appelle dans un article publié le 2 septembre de 2016 «Le Prince congolais de la rumba mondialisée». En dix ans de carrière solo depuis son départ du Quartier latin international, trois albums lui ont suffi pour conquérir d’abord la cruelle ville de Kinshasa, où il n’était pas évident de se faire rien qu’une petite place aux côtés des mastodontes telles que Werrason et JB Mpiana, les grands rivaux d’avant, ou encore Koffi Olomide, et ensuite le grand continent africain. Et dorénavant, El Magnifico, c’est comme ça qu’il se surnomme également, s’est fixé le challenge d’être la première vedette rd-congolaise à conquérir le marché mondial. En clair, Fally veut aller plus loin que Papa Wemba.
A voir son parcours, le défi semble plutôt possible, très. Il a déjà le mérite d’avoir collaboré avec plusieurs stars de la musique mondiale, notamment le chanteur R’n’b R-Kelly dans la chanson «Hands cross the World» avec 7 autres artistes africains dont le Nigérian 2Faces Idibia, la chanteuse américaine Olivia, le Nigérian J Martins, la zoukeuse Lyncha, et on en passe.
Pour son prochain opus, Fally réserve de grandes et belles surprises: un featuring avec le rappeur français B2O -Booba. Le site internet de la chaine musicale «Trace TV» a mis en ligne un morceau de leur clip la semaine dernière. Et un autre duo avec R-Kelly en mode Rumba mondialisée. Fally a fait, lui-même, cette confidence au cours de l’émission «Coke Studio» à laquelle il a pris part aux côtés d’autres stars montantes de la musique africaine.
De l’autre côté, il y a Ferre Gola Chair de poule, le Padre, Jésus des nuances. Ce transfuge de Wenge Musica Maison Mère qui a fait un bref passage au Quartier latin international, est à Fally ce que JB Mpiana était à Werrason: un rival de taille. Il a également trois albums à son actif. Il attend très prochainement son quatrième disque «Qu’est-ce que j’avais dit?». Ce virtuose de la chanson RD-congolaise n’a rien à envier de son ami-ennemi Fally, sauf peut-être une ambition encadrée par un entourage branché et visionnaire.
Cependant, il ne fait pas de doute que grâce à sa voix enchanteresse, son sens hallucinant du rythme et sa Rumba RD-congolaise pure sang, Ferre Gola a déjà inscrit son nom en lettres d’Or au Congo et même en Afrique. Il compte lui aussi plusieurs collaborations dont une avec le rappeur français Dry produite par Wati B, et une autre avec le nigérian J-Martins «Ekelebe».
Entre les deux rivaux, il y a Fabregas, le roi de Ya Mado, du nom du tube qui lui a valu un succès continental. Désormais, il faut également compter sur lui. Chanteur à la voix délicieusement enjouée, Fabregas est, lui aussi, chouchouté par les demoiselles kinoises. Il a le vent en poupe. La preuve, juste huit mois après la sortie de ses deux opus «Je Pense/Poison» et «Je Pense/Antidote», le Métis noir a reçu son disque d’Or.
Il a réussi à vendre plus de 50.000 exemplaires. Plus de 10.000 en physique, plus de 5.000 téléchargements légaux et plus de 50.000 en streaming dont 1.500 correspondent à une vente. Sans nul doute, Fabregas est l’un des artistes RD-congolais les plus banquables de l’année. Le Maestro de la musique africaine a également réalisé des featuring intéressant à son actif entre autres, le tube «Dokoloss» avec le groupe musical composé uniquement des Congolais de deux rives, Bana C4.
Un autre sondage effectué également sur Twitter a démontré que ce le trio FFF qui est le plus attendu.
Le tableau on ne peut plus éloquent. Mis en ensemble, les trois artistes actuellement les mieux vendus de la RD-Congo ne pourront que casser la baraque. Mais qui misera? Certes, Kinshasa regorge des artistes talentueux, mais il lui manque des vrais businessmen, des producteurs dignes de ce nom qui sachent lire les signes du temps et prendre des risques au moment M.
Kinshasa manque aussi des artistes dont l’ambition dépasse l’illusion de leur petite personne. Leur côté «Grands prêtres» jouent contre eux, les emprêchant de fusionner leurs forces quand il le faut. Ici, l’idée d’un featuring entre des grands est perçue comme un aveu de faiblesse. Or, c’est cela qui fait la force de la musique made in USA aujourd’hui. Fally, Ferre et Fabregas rateront probablement l’occasion de marquer leur siècle comme ça été le cas avec les ainés JB et Werra. Le spectre de «Wake-Up» y est peut-être pour quelque chose.
Hugo Robert MABIALA
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer