CultureDossier à la UneNationSports

9èmes Jeux de la Francophonie: L’avis du Comité international était défavorable au 15 juin, le niveau des préparatifs fait craindre le pire (Rapport)

Au Comité international des Jeux de la Francophonie -CIJF-, c’est désormais l’inquiétude voire un quasi scepticisme. Les responsables s’expriment à tour de rôle après avoir examiné l’avancement des préparatifs des XIèmes Jeux de la Francophonie de Kinshasa, et aucun ne s’est montré favorable à l’organisation actuelle et à l’état actuel des choses. Dans son rapport du 15 juin 2021 dernier portant suivi des recommandations de la 19ème réunion du Conseil d’orientation tenue le 28 avril 2021, la Directrice du CIJF, Zeina Mina, rapporte que le Comité national des Jeux de la Francophoine -CNJF- lui a transmis des documents qui attestent d’une incontestable volonté d’aller de l’avant dans les préparatifs des Jeux. Mais, elle s’alarme aussitôt: «L’analyse des documents fait cependant apparaitre que le dispositif organisationnel actuel du CNJF reste fragile et manque de maitrise. Les conditions dans lesquelles les contrats de construction et de réhabilitation des infrastructures ont été conclus -gré à gré, appel d’offres restreint- ne satisfont pas l’exigence de transparence inhérente aux grands évènements internationaux.

Le CIJF exprime ses vives inquiétudes quant à la capacité du CNJF de mener à bien les préparatifs et livrer les infrastructures dans les délais impartis».

Zeina Mina fait également des observations accablantes relevant des fraudes sur des marchés importants conclus hors normes internationales et des passation des marchés publics en République Démocratique du Congo. L’annexe 2 au rapport du 15 juin signale entre autres: «La nomenclature des appels d’offres et les contenus des contrats constituent une plage d’incertitudes renfermant des erreurs, à défaut des fraudes maquillées». L’annexe 3 enfonce le clou: «Aucune assurance raisonnable sur la qualité et la rationalité comptables des opérations financières réalisées…».

Rapport-suivi-préparatifs-Jeux-CPF-150621

Tableau sombre, les autorités de Kinshasa sous pression

Dans un courrier transmis le 7 juin à la Directrice internationale des Jeux de la Francophonie, Hervé Girard, Gestionnaire des projets au Cabinet Baltus Architecte, est formel: «Depuis notre dernier rapport du mois de mars 2021, nous n’avons eu aucun retour sur l’évolution du projet. Comme mentionné ci-avant, les documents graphiques sont absents: les contrats ne s’y réfèrent pas dans leur libellé, et par voie de conséquence ceci rend leur lecture caduque. À nouveau, nous avons été noyés sous une diversité de documents incomplets, incohérents et contradictoires, aussi bien au niveau de la répartition des sites que sur les montants des contrats».  Et de révéler la sanction: «En conséquence de quoi notre avis reste, à ce jour, défavorable. À ce niveau de l’organisation d’un évènement international, cela soulève en effet de vives interrogations sur la capacité des équipes en charge à gérer convenablement le projet jusqu’à le conduire à son terme». Ça fait crainde le pire. 

Annexe-2-Experts-architectes-CIJF-JF-22-rapport-suivi-07-v2

La Direction internationale des Jeux signale dans le même rapport que dans les contrats conclus avec les sociétés pour la rehabilitation et la construction des infrastructures, les experts architects du CIJF soulignent des incohérences ou des manquements susceptibles de fragiliser le dispositive. «Les chronogrammes et délais d’exécution ne sont ni complets, ni précis et présentent également des incohérences. Cette situation n’est pas de nature à dissiper les craintes exprimées par le Conseil d’orientation du CIJF par rapport au respect des échéances des livrables avant les Jeux et au risqué de retards dans les livraisons», se plaint Zeina Mina recommandant entre autres la transmission au CIJF des contrats manquants de certains travaux comme ceux des stades de football, de jonglerie et hip hop ainsi que la transmission des chronogrammes d’exécution signés et certifies avec chaque société sous contrat.

Zeina Mina demande aussi la revision de tous les contrats pour plusieurs raisons évidentes dont celles liées à la procedure de publication des appels d’offres selon les norms nationales ou internationals et au référencement des adjudicataires. Elle réclame en plus une nouvelle planification générale et sectorielle pour, explique-t-elle, pouvoir revenir aux échéances du cahier des charges, estimant qu’une avancée notoire des travaux devra être constatée avant le prochain CPF prévu le dernier trimester 2021.

Selon la Directrice international des Jeux, près de 90% des documents attendus du CNJF ont été transmis à travers trois envois reçus respectivement le 31 mai, le 2 et le 9 juin 2021. Le tableau est sombre. Les autorités de Kinshasa sont indubitablement sous pression. Un camouflet pour le Comité national des Jeux conduit par le Haut représentant du Chef de l’État Didier Tshiyoyo Mbuyi. Les chantiers ont pris du retard. «Peu à peu, le pays de Félix Tshisekedi prend du recul et perd ses chances d’organiser la prochaine édition des Jeux de la Francophonie», s’exclame un député intéressé par le dossier.

Annexe-3-Expert-finances-CIJF-Note_doc_financiers_06.2021

Le rapport de Zeina Mina contraste cependant avec le contenu du communiqué publié par le Comité Tshiyoyo le 10 juin à l’issue de la visite que les ambassadeurs des pays francophones accrédités à Kinshasa ont effectué sur les sites de construction des infrastructures devant abriter les IXèmes Jeux de la Francophonie. A en croire ce communiqué, sur les sites du Stade Tata Raphael où se concentrent l’essentiel des travaux notamment le Village de Jeux avec 12 bâtiments de 7 étages pour abriter les différentes délégations, l’hébergement et certaines compétitions, les ambassadeurs ont visité le chantier et écouté attentivement la présentation faite par l’équipe du Comité National d’Organisation et l’entreprise qui exécute les travaux. Sur les 12 bâtiments du Village des Jeux, 6 fondations sont déjà réalisées en un mois grâce aux équipes mobilisées sur place, qui travaillent en relais 24 heures sur 24 afin respecter les délais fixés par le Comité International. L’entrepreneur a rassuré du respect des délais de livraison, prévus en avril 2022.

AKM   

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer