Culture

1ère édition des «Nuits des chœurs» dans les annales

Les portes de la première édition du Festival «Nuits des chœurs» se sont refermées. Cette première édition rentre désormais dans les annales de l’histoire de la musique chorale en RD-Congo. Déroulé durant trois jours, soit du 3 au 5 septembre 2015 au Théâtre de verdure à Mont-Ngaliema, ce rendez-vous culturel a offert aux acteurs de la musique chorale une scène pour laisser exploser leurs talents et mettre ainsi en valeur ce style musical pris en sandwich dans un pays où la Rumba et le Ndombolo battent leur plein. Il a pris son envol jeudi 3 septembre avec au programme 15 chorales, avant d’atterrir en toute douceur le samedi 5 septembre. «Chorale sans frontière» a été le thème retenu pour cette 1ère édition de «Nuits des chœurs».
Le  samedi 5 septembre 2015, les rideaux sont tombés sur le premier numéro du Festival Nuits des chœurs, démarré depuis le jeudi 3 septembre. Cette messe culturelle a accueilli, pendant trois jours, les différentes chorales venues de divers horizons: confessions religieuses et indépendantes, au cours d’une liturgie culturelle de la musique chorale.Placé sous le haut patronage du ministre de la Culture et des arts, Baudouin BanzaMukalayi, en synergie avec la Fédération congolaise de la musique chorale, Axiologique communication -AC- et ABKM, ce rendez-vous a offert à 15 chorales une tribune d’expression de leur savoir-faire.
A la première soirée, Vox disposa, Brebis de Jésus, La victoire, Bilenge de l’EJCEV-Bima, et Bienheureux Joseph Allamano ont successivement enflammé le Théâtre de verdure avec les voix angéliques des chantres de ces chœurs. Et le public venu savourer les merveilleuses mélodies de ces chorales, satisfait jusqu’à la moelle épinière, a trouvé gain de cause et n’a pas regretté son déplacement, à en croire les cris de joie lancés ça et là dans le milieu de la tribune.
24 heures après, cinq autres chorales vont électriser à leur tour l’amphithéâtre du Mont-Ngaliema. Ce sont notamment les chorales Résurrection, Lisanga et Miséricorde divine de la Paroisse Saint François de Sales. Et aussi Cantate dominos et Sol des anges. Emballé complètement, le monde présent en ce deuxième soir des Nuits de chœurs a su satisfaire ses oreilles au rythme des morceaux des illustres musiciens comme Hendel, Stromae, et tant d’autres.
Vaut mieux la fin d’une chose que son commencement, dit-on, la dernière rencontre du Festival Nuits des chœurs a été sensationnelle avec à l’affiche des orphéons de grandes envergures comme Chœur la Grâce, Luc Gillon de Notre dame de la sagesse et Les Rossignols de Saint Albert. En plus d’elles, il y avait aussi Peace and love et Cali mass choir. Quelle ambiance bon enfant! Celle-ci a caractérisé la troisième et dernière soirée de son début jusqu’à son terme.
Grâce à l’initiative de Axiologique communication -AC-, cette rencontre musicale a rassemblé différentes chorales n’ayant jamais eu l’occasion de prester ensemble sur un même podium vu la différenciation de leurs confessions religieuses.
A en croire LecoeurMutshipayi, coordonnateur dudit festival, les Nuits de chœurs sont une initiative originale signée Agence conseil en communication -AC-, production audiovisuelle et événementielle qu’il dirige.«Dans un pays comme la RD-Congo où le Ndombolo et la Rumba battent leur record, nous avons opté pour la promotion de la musique chorale, source de toute autre», a-t-il expliqué lors de la conférence de presse inaugurale organisée dans la matinée du 3 septembre 2015, avant de renchérir: «nous devons honorer ce genre de musique. L’idée de cet événement m’est venue lorsque j’ai remarqué qu’il n’y avait pas des grandes messes culturelles consacrées à la musique chorale. Et, j’ai opté pour sa promotion. Cette musique ne semble intéressée que les églises. Il n’y a pas que Nuits des chœurs. On a également eu à réaliser un film documentaire consacré à la chorale Chœur la grâce toujours dans cette optique».
René KANZUKU       
Laurent OMBA
 
 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer