Actualités

Une délégation d’étudiants de Harvard Africa Caucus largement édifiée sur la RD-Congo

Le Salon bleu de l’immeuble du gouvernement a servi de cadre, le lundi 11 mars dernier, aux échanges entre quelques membres du gouvernement de la RD-Congo et une délégation des étudiants de Harvard Africa Caucus. Selon des informations en provenance du milieu proche du gouvernement, cette délégation était composée d’une trentaine d’étudiants de Harvard Kennedys School qui ont choisi la RD-Congo comme un cas d’études dans toutes ses facettes. Quant aux échanges, elles ont porté sur plusieurs thématiques correspondant au domaine de chaque ministre présent sur le lieu, à savoir: le ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya; le ministre de la Santé, Hygiène et Prévention, Roger Kamba; la ministre des Mines, Antoinette Nsamba ainsi que la ministre d’État, ministre de l’Environnement et Développement durable, Eve Bazaiba, sans oublier le vice-Premier ministre en charge de la Défense nationale, Jean-Pierre Bemba.

Concrètement, ces échanges ont eu comme points culminants entre autres, la RD-Congo ou pays solution choisi comme thème de leur immersion. Dans son mot d’introduction, le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, a circonscrit le contexte de ces échanges et de la présence de cette délégation d’étudiants et chercheurs de Harvard. «Le rôle central que joue la RD-Congo dans le monde. L’uranium qui a fabriqué la bombe atomique, venu de la RD-Congo. Dans vos téléphones et ordinateurs, il y a le coltan qui vient de la RD-Congo. Aujourd’hui, on parle du changement climatique et la RD-Congo a des bassins forestiers qui épargnent toute l’humanité», a indiqué le porte-parole du gouvernement RD-congolais.

Pour sa part, le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention a axé son message sur la Couverture de la santé universelle car, selon lui, il n’y a pas de développement si on n’a pas le capital humain en bonne santé. «Avec ses 100 millions d’habitants, la RD-Congo a une grande masse et elle doit avoir une bonne capacité de production. Le poids de la santé est très élevé dans le développement du pays surtout quand on regarde l’espérance de vie des RD-Congolais qui tourne autour de 60 ans, laquelle est inférieure de 3 ans à la moyenne africaine», a expliqué le patron de la Santé en RD-Congo, le Docteur Roger Kamba.

Ainsi, la Couverture santé universelle s’est assignée deux objectifs majeurs, à savoir: rallonger cette espérance de vie et contribuer au développement du pays. De son côté, la ministre des Mines a mis l’accent sur l’apport du secteur minier dans l’économie du pays. D’après elle, la RD-Congo reconnaît sa possibilité de booster son économie grâce au secteur minier. Antoinette N’samba a insisté sur une exploitation minière responsable qui respecte l’écologie. Aussi, un accent devrait être mis sur les énergies renouvelables, a-t-elle affirmé. Elle a enfin évoqué les différents contrats miniers dont certains ont été révisés. Ces échanges ne pouvaient pas manquer de s’intéresser au secteur de l’Environnement.

Eve Bazaiba est revenue sur le rôle essentiel de la RD-Congo par rapport à la transition verte et à la gestion abondante des ressources minières. Également sur comment les ressources actuelles du Bassin du Congo peuvent être améliorées pour garantir une conservation durable; quels sont les défis et opportunités associés à l’implémentation de mise en œuvre de projets REDD+; comment la RD-Congo bénéficie-t-elle du crédit carbone pour la réduction de gaz à effet de serre; comment les initiatives actuelles de protection du bassin du fleuve Congo peuvent être améliorées pour garantir une conservation durable. La ministre d’Etat en charge de l’Environnement a édifié cette délégation sur toutes ces questions.

Enfin, le vice-Premier ministre de la Défense est revenu sur la position stratégique de la RD-Congo au regard de tous les enjeux notamment sécuritaires auxquels le pays fait face. Harvard Policy Trake est une initiative des étudiants de Harvard Africa Caucus qui réunit trente universitaires d’Harvard comprenant des étudiants en troisième cycle et des professeurs pour une expérience d’immersion. Ce qui leur permet de comprendre à la fois les secteurs privé et public. Ces échanges ont permis à ces étudiants, issus de 11 nationalités, de comprendre le contexte géopolitique de la RD-Congo. Durant leur séjour, ils ont non seulement visité quelques sites touristiques mais aussi quelques institutions du pays. Ces discussions serviront de base à leurs travaux qui relateront l’histoire de la RD-Congo dans un nouveau narratif. Ils repartent suffisamment informés sur toutes les facettes du pays visité.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page