RDC: Trafigura et ses filiales SPK-SCP se déconsidèrent dans une affaire de délation contre Ibrahim Issaoui

0
39

Pour avoir fabriqué un faux jugement au profit du groupe pétrolier et ses filiales, des juges et la greffière condamnés! La triche découverte après la dénonciation faite par un magistrat du Parquet de Grande Instance/Gombe dont le nom a été faussement utilisé comme ayant assisté au prononcé qui n’a jamais eu lieu, en tous cas pas en audience publique, faits corroborés par les aveux de la greffière Joëlle Lukodi, sanctionnée pour avoir collaboré à l’altération de la vérité… 

A Davos, le Président Félix Tshisekedi avait accordé une audience aux délégués du groupe Trafigura, à leur demande. Les hôtes du Chef de l’Etat étaient allés lui exposer le dossier de leurs filiales RD-congolaises, SPK et SCP, aux prises devant les instances judiciaires nationales avec la société Ghasby Corp BVI et son responsable, Ibrahim Ahmad Issaoui. Manipulant les responsables politiques et judiciaires ainsi que la presse et l’opinion publique, ils sont allés jusqu’à accuser Ibrahim Issaoui d’avoir corrompu les magistrats du Tribunal de commerce de Lubumbashi pour obtenir un jugement sur mesure lui donnant l’autorisation de vendre des biens immeubles de SPK-SCP. Le coin de voile est finalement levé. Il se révèle que c’est plutôt Trafigura et SPK-SCP qui ont monté une vaste entreprise de délation contre leur adversaire Ibrahim Ahmad Issaoui après avoir négocié un faux jugement avec la complicité du personnel judiciaire. Des documents auxquels AfricaNews a eu accès le font constater.

Dans ses investigations, le journal la pu accéder au jugement rendu par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe siégeant en matière répressive au premier degré le 3 mars 2020. Ce jugement a établi «en faits comme en droits l’infraction de faux en écriture» orchestré par Trafigura et SPK-SCP, aidées dans leur mésaventure par la greffière Lukodi Mayilanga Joëlle. Cette dernière, bénéficiant «de larges circonstances atténuantes» a été condamnée à un mois de servitude pénale principale».

Le faux en écriture concerne un jugement rendu le 18 novembre 2019 sous RCE 6361/6362 du 18 novembre 2019 par le Tribunal de commerce de la Gombe. Ce jugement, un vrai faux, a été rendu «alors qu’il ne s’est tenu aucune audience à cette date et qu’il a été mentionné dans ce jugement le nom de Monsieur Emmanuel Kitenge comme ministère public ayant participé au prononcé dudit jugement alors que celui-ci n’y était pas». Par conséquent, le Tribunal a ordonné «la confiscation et la destruction du jugement RCE 6361/6362 du 18 novembre 2019».

Voici que le jugement du Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe rétablit sieur Ibrahim Ahmad, accusé faussement d’avoir corrompu les magistrats du Tribunal de commerce de Lubumbashi pour obtenir un jugement sur mesure lui donnant l’autorisation de vendre des biens immeubles de SPK-SCP. Les avocats de l’homme d’affaires saluent le professionnalisme de la Justice alors que dans la cause sous RCE 6361/6362 les sociétés SPK-SCP ont réclamé plus de 2 millions de dollars à leurs clients.

Aidés par «la complicité procédurale de certains juges du Tribunal de Commerce de Kinshasa/Gombe», les adversaires d’Ibrahim ont monté un «faux jugement RCE 6361/6362 dénoncé par le magistrat du Parquet de Grande Instance/Gombe dont le nom a faussement été utilisé comme ayant assisté au prononcé qui n’a jamais eu lieu, en tous cas pas en audience publique, faits corroborés par les aveux du greffier». La greffière coupable sanctionnée, tous ses complices magistrats impliqués dans ce sale dossier sont en débandade. 

Ce faux jugement détruit anéantit le plan des sociétés du Groupe Trafigura qui voulaient en tirer profit de manière illicite. «Le temps a ainsi fini par lever le voile et restituer la vérité en replaçant chacun dans sa véritable nature. Certains étant ainsi rattrapés et mis à découvert par la force du temps et la justice congolaise», se réjouit-on dans le camp d’Ibrahim.

Laurent OMBA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here