ActualitésDossier à la UneJustice

RDC: Trade Plus avait plutôt reçu une commande de 5.394.135,72 dollars pour les médicaments des 100 jours

Trade Plus est l’une des sociétés citées dans l’affaire qui oppose le Ministère public à Vital Kamerhe. Selon l’Ordonnance du Tribunal de paix de Kinshasa/Matete rendue publique en date du 11 mars 2020, l’organe de la Loi la présente comme une société fictive et affirme qu’elle a reçu 10 millions de dollars pour la livraison des médicaments dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours. Contrairement à Samibo dont le patron, Samih Jammal, est cité à comparaître dès ce lundi 11 mai comme coaccusé du Directeur de Cabinet du Président de la République, les responsables de Trade Plus eux n’ont pas été attraits en Justice alors que, selon le Ministère public, cette entreprise a livré des médicaments périmés, donc impropres à la consommation. Omission? Erreur? Enquête non aboutie? Les questions restent posées pendant que les documents disponibles tendent à contredire les allégations du Ministère public relatives au caractère fictif la société de Trade Plus et au montant de la commande effectuée par le ministère de la Santé.

AfricaNews a eu accès à deux pièces clés susceptibles de remettre en cause les arguments du Ministère public et de renforcer le doute au sein du public. Il s’agit du Bon de commande dûment signé par les services compétents du Ministère de la Santé et des statuts de la société Trade Plus. Le premier atteste que les médicaments commandés étaient de 5.394.135,72 dollars alors que le Parquet parle de 10 millions de dollars non sans accuser Kamerhe d’avoir détourné cette somme.

Le Bon de commande renseigne davantage sur la modalité de paiement de la somme totale des produits commandés. 25% de cette somme devrait être versée à la commande, 40% à la livraison et 35% à la réception définitive. Puisque l’organe de la Loi affirme que les produits, bien que «périmés», ont été livrés, il ressort donc que Trade Plus a touché la totalité de la somme du Bon de commande. Est-il encore valide de croire aux allégations de détournement et justifier la mise en détention du Directeur de Cabinet du Président de la République?

La deuxième pièce, les Statuts, renseigne mieux sur l’objet social de Trade Plus: en plus d’assurer la production et le commerce dans le domaine de la quincaillerie, l’entreprise visée évolue aussi dans le secteur pharmaceutique.

L’article 3 des statuts de Trade Plus, qui tient son siège social sur l’avenue Kilela Balanda n°355, l’explicite: «La société a pour objet la production, l’importation, l’exportation et la commercialisation des produits notamment dans les domaines des quincaillerie, pharmacie, alimentation, électricité et électroménager, bois et divers».

Les statuts renseignent mieux sur l’identité de deux responsables de Trade Plus. Il s’agit d’un sujet tanzanien dénommé Dhanani Ali Moonaveri et de Saiyad Mustufahaider Jafarali, citoyen indien, vivant tous deux dans la ville de Lubumbashi. Est-il possible pour une société fictive d’avoir un siège social ainsi que des responsables bien identifiés?

Alors que s’ouvre, ce lundi, le procès opposant le ministère public à Vital Kamerhe, voici que la défense s’offre des nouvelles armes, à même de déséquilibrer l’accusation, pour renforcer son arsenal.

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer