ActualitésDossier à la UneSondage

Sondage – Lutte contre le Covid-19: Muyej, Kitebi, Mwad, Tshikuya, Sessanga, Loando, Mpanda, Ebongo excellent

Entre-temps, 61 % des RD-Congolais ne croient plus à la présence du Coronavirus en RD-Congo.

Généralité

Alors que les cas des personnes atteintes du Coronavirus en RD-Congo ne cessent de plomber du jour le jour, un relâchement des gestes barrières s’est fait sentir en avril 2020. De plus en plus de RD-Congolais négligent carrément que cette pandémie fait de ravages à travers le monde. C’est ce que révèle notre quatrième baromètre d’une série de sondages sur le Covid-19, réalisé à Kinshasa et dans les chefs-lieux de provinces du pays par téléphone, sur un échantillon de 1000 personnes, représentatif de toutes les couches sociales. Cela fait exactement deux mois que l’épidémie mondiale du Coronavirus a été déclarée en RD-Congo. Les jours passent, les autorités politiques et sanitaires ont pris une série de mesures pour limiter sa propagation. Les frontières nationales ont été officiellement fermées aux passagers, les déplacements des personnes de Kinshasa vers l’intérieur du pays interdits; les commerces non essentiels officiellement fermés, l’état d’urgence déclaré et même prorogé, la commune de la Gombe confinée, etc. Toutes ces mesures semblent n’avoir pas fait prendre aux RD-Congolais toute la mesure de l’ampleur du Coronavirus.

Alors que le Secrétariat technique du Comité multisectoriel de riposte au Covid19 annonce la phase ascensionnelle dans la ville de Kinshasa, globalement, ils ne sont plus que 29% des RD-Congolais, au 09 mai 2020, à prendre au sérieux le Covid-19, soit une forte chute de 35% comparativement au dernier baromètre du 14 Avril 2020 -voir graphique 1. Cependant, 61% des répondants habitant la ville de Kinshasa affirment n’avoir pas encore vu une de leurs connaissances être déclarée positive au Covid-19. Même situation à l’intérieur du pays où le doute persiste encore sur cette pandémie et où carrément on considère le Covid-19 comme une «maladie des Kinois». D’autres raisons de cette chute de la confiance sont à chercher dans les ratés devenus habituels du Comité multisectoriel de riposte au Covid-19, la négligence des

gouvernements provinciaux, la forte centralisation du Secrétariat technique de riposte et dans l’insouciance de la population, qui semble être fatiguée des longues semaines de fermeture des activités auxquelles elle se livre habituellement. Pour ne rien arranger, 76% des habitants de Kinshasa interrogés affirment porter les masques par la peur de la Police et non par souci de se protéger du Coronavirus.

Voici le quatrième volet de notre série de sondages sur le Covid-19 dont l’objectif est d’une part, de prélever l’état d’esprit de la population par rapport à cette pandémie et, de l’autre, promouvoir toute action et ceux qui sont engagés dans la riposte afin de les encourager à faire plus. Dans la catégorie des personnalités engagées dans la riposte contre le Covid-19, on enregistre également une tendance à la baisse. A l’annonce de l’état d’urgence par le Chef de l’Etat, plusieurs personnes se sont engagées dans la sensibilisation de la population contre le Coronavirus. Environ deux mois plus tard, il s’observe un ralentissement des actions des bienfaiteurs, forcement épuisés financièrement, au regard du temps que prend la période de l’état d’urgence. Qu’à cella ne tienne, certaines personnalités, au regard de leurs responsabilités, se distinguent dans les efforts qu’elles fournissent pour lutter et protéger la population contre cette pandémie.

Provinces: le Lualaba se verrouille

En dépit du fait que Kinshasa est la première ville à être touchée et l’épicentre du Covid-19 et, qu’elle soit isolée du reste des provinces de la République, on assiste à des évolutions inquiétantes et remarquables de l’opinion que se font les citoyens de leurs dirigeants. La méfiance, autrefois considérée comme le train caractéristique des Kinois, semble s’étendre sur l’ensemble du pays. Ainsi, à l’exception du gouverneur du Lualaba, Richard Muyej, qui enregistre 73% d’opinions favorables, +2 points par rapport au dernier baromètre, la plupart de gouverneurs sont en dessous de la barre de 50%. Plus inquiétant, seuls ceux du Nord-Kivu, Carly Nzanzu, 68%, et dans une certaine mesure, celui du Haut-Katanga, Jacques Kyabula, -11 points en un mois, soit 53%, ont atteint la barre de 50%. Pour les répondants, le gouverneur du Lualaba a confirmé son statut de visionnaire en multipliant des initiatives visant à mettre ses administrés à l’abri du Covid-19. Les dernières en date auront été l’instauration d’un contrôle systématique dans les entrées de la province et la mesure portant organisation des prières sur toute l’étendue de la province. De son côté, Carly Nzanzu Kasivita aurait mérité mieux que ses 68% n’eut été les nouveaux cas importés détectés au Nord-Kivu après que les efforts fournis par son gouvernement provincial ait éradiqué les premiers cas déclarés. Pour sa part, Jacques Kyabula, pourtant bien parti au début de la pandémie, connaît une baisse et se retrouve avec 53% d’opinions favorables. Les répondants estiment que les mesures qu’il avait prises au début de la crise sanitaire n’ont pas porté les fruits escomptés. Ce qui expliquerait l’augmentation inquiétante des nouveaux cas dans le Haut-Katanga. Il en est de même du gouverneur du Kongo central, Atou Matubuana, qui a perdu 10% et se trouve en dessous de la barre de 50%. Là aussi, les répondants soutiennent qu’il y a eu un relâchement de la part de l’exécutif provincial.

Entreprises publique: le FPI se distingue

Dans les entreprises publiques, ce sont quatre mandataires publics qui ont convaincu les RD-Congolais en avril dernier, de par leur gestion pendant cette période économiquement difficile, en assurant la paie régulière de leurs travailleurs et en maintenant la paix sociale au sein de leurs entreprises et par leur capacité managériale. Il s’agit d’une manière globale, du comité directeur du Fonds de promotion de l’industrie

-FPI-, représenté par le Directeur général, Patrice Kitebi. Ce dernier voit ses efforts de recouvrement des créances auprès des débiteurs récompensés. En effet, les répondants qui lui sont favorables notent avec satisfaction que le comité directeur du FPI a mis en place une rigueur dans la gestion du FPI, laquelle a permis de mobiliser des millions de dollars nécessaires pour financer des projets industriels en cette période du Coronavirus. Agnès Mwad Katang de la Caisse nationale de sécurité sociale -CNSS- se maintien dans le baromètre pour la continuité du travail sans relâche, en assurant la paie des agents et cadre de cette caisse nationale. Il est en de même de son collègue de l’INPP, Maurice Tshikuya. Lucien Ekofo de la Socité nationale d’assurances -SONAS- clôture la liste. Ils ont respectivement 68%, 65%, 61% et 55% d’opinions favorables.

Parlement: Delly Sessanga l’infatigable

Au Parlement, c’est le député national Delly Sessanga, auteur de plusieurs dons outre ses émoluments cédés au Comité de riposte au Covid-19 ainsi que les matériels de protection, qui mène la danse avec 65% d’opinions favorables. Le célèbre sénateur Guy Loando se retrouve à la deuxième position avec 61% d’opinions favorables, non parce qu’il aurait lâché prise mais juste qu’il a préféré anticiper la gestion de l’après Covid-19, à travers une bonne proposition qu’il a présentée sous forme d’une tribune à haute facture intellectuelle, laquelle est passée presque inaperçue dans le chef du RD-Congolais Lambda, qui préfère des actions palpables et visibles à la place des réflexions scientifiques. Le député national Félix Kabange Numbi se maintien dans le baromètre grâce à sa

pédagogie sur la prévention de la lutte contre le Covid-19. Classé troisième, il obtient 60% d’opinions favorables. Henriette Wamu est présentée comme femme modèle dans la riposte au Covid-19. C’est

ce que soutiennent 58% des répondants qui disent soutenir les efforts qu’elle a fourni pour venir en aide aux habitants de certains quartiers de Kinshasa, en leur remettant de vivres et de matériels de protection contre le Coronavirus. Juste derrière lui se trouve Chérubin Okende, député national de la Lukunga, avec 54% d’opinions favorables.

Gouvernement: Paluku, la surprise

Au gouvernement central, les différents ministres ont été jugés par rapport à leur implication directe dans la lutte contre Covid-19. Julien Paluku Kahongya de l’Industrie fait une entrée spectaculaire qui bouscule les lignes dans notre baromètre Covid-19 en arrachant la première place. Selon la population, l’initiative qu’il a prise pour sauver les PME en cette période de crise sanitaire, en instruisant le FPI, qui a mis à leur disposition une enveloppe de 10 millions de dollars de crédits serait une action des grandes envergures pendant cette période de crise qui paralyse toute l’économie du pays et met le petit peuple en difficulté de s’approvisionner en produits de première nécessité. C’est ce qui expliquerait la première place obtenue par Julien Paluku avec 67% d’opinion favorables. Le ministre de la Recherche scientifique et innovation technologique, José Mpanda, reste l’un des membres du gouvernement les plus engagés dans la lutte contre le Coronavirus, selon 65% des RD-Congolais, soit 1 point de moins par rapport au dernier baromètre. Les répondants qui lui sont favorables soutiennent que son engagement auprès des scientifiques RD-congolais et de leurs collègues d’Afrique pour de solutions nationales et panafricaines au Covid-19 ont payé. Contrairement aux autres domaines dans lesquels les résultants peuvent être obtenus à l’immédiat, les recherches scientifiques demandent suffisamment du temps, ce qui expliquerait la lenteur dans la matérialisation de certaines innovations et recherches scientifiques RD-congolaises dans la riposte au Covid-19. Le secteur social de la population RD-congolaise subit, à l’instar d’autres secteurs, les conséquences de la pandémie du Covid-19. Dans ce contexte, les agents et fonctionnaires de l’Etat sont très touchés. Pas étonnant donc que la confiance de ces derniers puisse accroître à l’égard de la ministre de la Fonction publique, Yollande Ebongo, qui a gagné 1 points de plus. En effet, 64 % de RD-Congolais disent apprécier les mesures qu’elle a prises pour protéger les fonctionnaires de l’Etat en fixant des règles à suivre dans toute l’administration publique à traverser toute la République. A cela s’ajoute la prise des dispositions pour l’assainissement du milieu professionnel. Me Claude Nyamugabo, ministre de l’Environnement et du développement durable reste présents trois fois consécutives dans le baromètre de la lutte contre le Covid-19.

A son actif, on enregistre la désinfestation des bâtiments administratifs, avec l’appui de la direction d’assainissement de son ministère. Après l’Hôtel du gouvernement, le Palais du peuple et un nombre important des bâtiments publics dans la commune de la Gombe, cap sur les aéroports et autres édifices des points d’entrées du territoire national. Ce qui le classe en quatrième position, avec 63% d’opinions favorables. De son côté, la ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Néné Nkulu Ilunga voit la confiance des RD-Congolais à son égard croitre de 4 points. Elle a gagné en popularité au sein des masses laborieuses, avec 59% de RD-Congolais qui disent apprécier la mise en garde qu’elle a faite aux employeurs du secteur privé en ce qui concerne le licenciement des employés à la suite du confinement de la commune de la Gombe et le paiement de leurs salaires. Aussi, on apprécie les mesures qu’elle a prises pour sécuriser les travailleurs contre les infections dans les milieux du travail. Sa dernière décente dans le Haut-Katanga a démontré à quel point elle tient à la sécurisé du secteur de l’emploi en RD-Congo. Une rescapée qui partage son expérience et mobilise contre Covid-19, c’est le moins que l’on puisse dire de la ministre de l’Economie nationale, Acacia Bandubola. Durement touchée par cette pandémie dont elle a été testée positive avant d’en être déclarée guérie, non sans avoir perdu son frère et sa sœur, elle fait sans doute partie des RD-Congolais les plus touchés. Qu’à cela ne tienne, aussitôt rétablie, elle a repris le travail, s’est activée dans la sensibilisation de la population et s’est impliquée pour la normalisation des prix des denrées alimentaires et autres biens de première nécessité ainsi que la baisse du prix du carburant dans les stations services. Du point de vue de 56% des répondants, Acacia Bandubola est un exemple de courage et de détermination, qui a privilégié l’intérêt général au détriment de son propre bonheur. La ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza rentre dans ce baromètre avec 53% d’opinions favorables, essentiellement pour avoir mené et réussi les démarches de rapatriement de RD-Congolais bloqués à l’étranger dont ceux de Dubaï qui ont regagné le pays avec l’aide du gouvernement RD-congolais et des autorités saoudiennes.

Les Points

Articles similaires

Fermer
Fermer