ActualitésEcofin

RDC: Mayo Mambeke indique un ralentissement de la dépréciation monétaire

Au cours de la réunion du Comité de conjoncture économique présidée mardi 23 juillet 2020 par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, les membres de cette structure ont noté une décélération du rythme de formation des prix et un ralentissement de la dépréciation monétaire. A en croire le ministre du Budget, Baudouin Mayo Mambeke, il est indispensable de préserver le cadre macroéconomique afin de pérenniser cette ralentissement. «Il y a eu quelques notes satisfaisantes notamment: la décélération du rythme de formation des prix et le ralentissement de la dépréciation monétaire. Mais nous ne sommes pas à l’abri. Nous devons préserver absolument le cadre macro-économique», a-t-il déclaré. Et de préciser: «c’est dans ce cadre que Monsieur le gouverneur de la Banque centrale du Congo a fait un ensemble de propositions et des mesures pour que nous puissions préserver le cadre macro-économique. Ces mesures seront traduites d’abord dans ce qui a été appelé protocole de gestion des politiques budgétaires et monétaires entre la Banque centrale du Congo et le gouvernement représentée par un certain nombre de ministères sectoriels dont les Finances et le Budget».

Les membres du Comité de conjoncture économique se sont réunis mardi 23 juin 2020 à la Primature autour du Premier ministre Ilunga Ilunkamba pour apprécier la situation économique du pays. La réunion a connu la participation des ministres du Budget, du Plan, de l’Économie nationale, du Commerce extérieur, des Mines, des Finances ainsi que de la Banque centrale du Congo -BCC. Au cours de cette réunion, il a été question de l’examen de trois dossiers, à savoir: la note de conjoncture présentée par la vice-Premier ministre chargée du Plan, Elysée Munembwe; la note d’information du ministre des Mines, Willy Kitobo, en rapport avec son secteur stratégique et la note du gouverneur de la Banque centrale, Deogracias Mutombo, proposant des mesures d’encadrement de la situation économique. Dans son compte-rendu, le ministre du Budget a indiqué quele rythme de formation des prix connait présentement une décélération et la dépréciation monétaire quant à elle ralenti. «Il y a eu quand même quelques notes satisfaisantes notamment la décélération du rythme de formation des prix, le ralentissement de la dépréciation monétaire. Mais nous ne sommes pas à l’abri. Nous devons préserver absolument le cadre macro-économique», a-t-il déclaré. Et de préciser: «c’est dans ce cadre que Monsieur le gouverneur de la Banque centrale du Congo a fait un ensemble de propositions et des mesures pour que nous puissions préserver le cadre macro-économique. Ces mesures seront traduites d’abord dans ce qui a été appelé protocole de gestion des politiques budgétaires et monétaires entre la Banque centrale du Congo et le gouvernement représentée par un certain nombre de ministères sectoriels dont les Finances et le Budget». Outre la question liée au comportement du franc congolais face au dollar américain, le ministre du Budget a indiqué le bon comportement des principaux produits d’exportation, essentiellement miniers, où l’on a noté l’apparition du diamant sur le tableau des exportations. «Nous avons aussi égard au comportement de nos produits principaux d’exportation, qui sont essentiellement miniers dont le cuivre, le cobalt, le zinc, l’or. Aujourd’hui, le diamant est apparu sur le tableau. En ce qui concerne le cuivre, nous avons constaté une tendance haussière des prix sur le marché international tandis que, pour le cobalt, il y a quelques frictions qui risquent de ramener le prix à la baisse. L’étain, quant à lui, se comporte bien ainsi que l’or malgré que celui-ci ne se traduise pas dans le payement des opérateurs du secteur dans le Trésor public. Mais cela ne traduit pas le niveau des prix et le ministre des Mines a été invité à ouvrir l’œil et à procéder à quelques enquêtes la dessus», a-t-il lancé. Au cours de cette réunion,  il a aussi été question de la pandémie du Coronavirus pour laquelle Baudouin Mayo a vanté les efforts du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi. «Dans l’ensemble, la situation demeure dominée par la Covid-19 qui n’épargne pas notre économie, mais il faut dire aussi que celle-ci est en train de résister grâce l’action conjuguée de Son Excellence Monsieur le Président de la République et de son gouvernement», a-t-il conclu. La ministre d’État, ministre du Travail et prévoyance sociale a été conviée à cette réunion, se joignant ainsi à la Fédération des entreprises du Congo -FEC- et l’Association nationale des entreprises du publique -ANEP-, qui y prennent part depuis le début de la crise sanitaire due au Coronavirus.

Brice NLANDU

Articles similaires

Fermer
Fermer