ActualitésDossier à la UneNation

RDC: les diplomates 3 mois impayés, l'image du pays écornée à l'étranger

Pendant ce temps, le corps de Benoît Lukunku, ministre conseiller à Lisbonne décédé il y a quelques mois, attend toujours d’être rapatrié et enterré à Kinshasa… alors que les représentations diplomatiques nationales alignent six mois de retard dans le virement de frais de fonctionnement…

Lors de son discours d’investiture, le 24 janvier 2019, le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a souhaité impulser une meilleure présence de la République démocratique du Congo dans les instances internationales. Il a encore déclaré ceci: «Nous allons mener une politique de coopération économique basée sur l’investissement et amélioration de l’image de notre pays».

C’est ainsi que dans le programme du gouvernement de coalition pour la période 2019-2023,sollicitant les élus en vue de l’investiture de l’exécutif par le Parlement réuni en session extraordinaire, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba a, pour sa part, déclaré son ambition de faire de la République démocratique du Congo un vaste chantier articulé autour de 15 piliers, dont le troisième est: «Redynamisation de notre diplomatie et réhabilitation de son image de marque». Et de poursuivre: «Le gouvernement va-t-il dans les jours qui viennent examiner un programme de réorganisation de notre représentation diplomatique à travers le monde, en vue, d’une part, de rajeunir les rangs de notre Diplomatie et, d’autre part, de rendre à nos Ambassades et à notre personnel diplomatique, un peu plus de dignité».

Aujourd’hui, le constat est amer: rien de tout ce qui a été dit n’a été appliqué et les Représentations diplomatiques RD-congolaises à travers le monde sont devenues la risée de la Communauté internationale. Les faits ci-après en disent long. Les diplomates de la République démocratique du Congo accusent trois mois d’arriérés de salaires et six mois de retard dans le virement de frais de fonctionnement. Conséquence: le personnel diplomatique clochardisé n’est plus en mesure de remplir la mission pour laquelle le pays l’a envoyé à l’étranger. Le non virement des frais de fonctionnement a pour conséquence le non-paiement des charges de la Mission diplomatique -loyers, électricité et gaz, télécommunications, entretien du charroi automobile, émoluments du personnel local, etc.

Avec l’arrivée de la Covid-19 et le confinement qui s’en est suivi, les Missions diplomatiques se sont vues privées de maigres recettes qui les permettaient de fonctionner pour pallier au non virement des frais de fonctionnement, le gouvernement ayant, par ailleurs, interdit la délivrance des visas…

À l’heure actuelle, les diplomates du pays de Félix Tshisekedi sont déguerpis, dans certains pays, des habitations qu’ils occupent et d’autres sont sous préavis de déguerpissement… «D’autres ont vu leurs enfants expulsés des écoles privées où ils étaient inscrits faute de non-paiement des frais scolaires. Pire, dans certaines Missions diplomatiques, l’électricité, le téléphone ainsi que l’internet ont été tout simplement coupés. Il faut ajouter à ce calvaire le fait que les diplomates soient contraints d’aller dans des cybercafés pour communiquer avec la Centrale, avec le risque que cela comporte pour la sécurité du pays», commente un témoin ahuri.

Alors que le journal va sous presse, des sources rapportent que la dépouille du compatriote Benoît Lukunku Sampu, ministre Conseiller à Lisbonne décédé il y a quelques mois, attend toujours son rapatriement et ses obsèques au pays!

Les observateurs en appellent donc au sursaut du gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République afin que la situation des diplomates de la République démocratique du Congo soit urgemment examinée…

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer