ActualitésPolitique

RDC : Le plaidoyer pro-Islam de Moïse Moni Dela

Moïse Moni Dela, musulman pratiquant, salue le Centenaire du Kimbanguisme et l’engouement autour de cette manifestation. Mais, il en profite aussi pour demander aux autorités gouvernementales de mettre en lumière l’Islam, environ 10 millions de fidèles à travers la République Démocratique du Congo. Moni Dela estime que Kinshasa la coopération avec les pays comme le Maroc et le Qatar, dernière destination à l’étranger du Président de la République Félix Tshisekedi, peuvent contribuer à exploiter cet autre gisement. Lisez plutôt Moni Dela à travers ce message adressé à la Nation via les confrères du quotidien Forum des As.

Très cher Éditeur du journal Forum des As, dans l’optique de capitaliser  le rayonnement et la notoriété de la Cité de Nkamba sans empiéter au principe sacro-saint de la laïcité de l’Etat congolais que vous avez intitulé l’éditorial de ce mardi 26 avril 2021: “Le Kimbaguisme encore un gisement inexploité”.

En effet, je salue le centenaire de l’église Kimbanguiste au nom de la laïcité de l’Etat congolais qui sous entend qu’il n’existe pas une religion d’État en République démocratique du Congo. Toutes les religions sont logées à la même enseigne dans notre pays.

Par ailleurs, je souhaite aussi la même mise en lumière de l’Islam en RDC  dans votre prochain édito  qui pourrait aussi bien d’intitulé :  “l’Islam, un gisement inexploité en RDC”.

En effet, notre pays peut bien aussi capitaliser ses relations avec les pays musulmans et arabes, plus particulièrement le Maroc. Le Président a aussi fait un déplacement fructueux au Qatar, un des pays musulmans. Les contrats y arrachés viennent renforcer le présent plaidoyer.

La RDC regorge en son sein plus de 10 millions de musulmans, selon les estimations. La plupart des pays musulmans et arabes n’atteignent pas ce nombre. Le territoire de Kasongo dans la province du Maniema, fut le premier État islamique au cœur de l’Afrique Centrale, dix ans avant la création de l’Etat indépendant du Congo -EIC. L’Islam peut à cet effet établir un trait d’union entre les pays musulmans et  arabes avec la Rdc en surfant sur les liens historiques, politiques, économiques, touristiques et séculaires qui ont existé entre les États arabes et le Congo-Zaïre.

Le récent voyage du président de la République au Qatar et les succès retentissants qui en découlent avec la signature des accords crédibles et ambitieux avec ce royaume chiffrés à des milliards de dollars, si on en fait un bon usage, vont permettre la relance de notre économie  en créant des milliers d’emplois pour nos jeunes et ainsi améliorer tant soit peu le mieux-être des Congolais.

Un tel réajustement peut constituer un détonateur, un changement de paradigme dans les relations avec les pays musulmans et arabes qui  accordent des fonds sans des conditionnalités draconiennes qu’on connaît avec la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et d’autres bailleurs de fonds traditionnels.

Ces pays arabes et musulmans peuvent permettre aussi le rayonnement de l’Islam au Congo-Zaïre. L’homme et la femme congolais dans leur diversité, dans leur différence et même dans leur divergence parallèle sont une grande richesse. Il n’y a des richesses que l’homme.

Moise Moni Della Idi Saluka Onya

Porte parole du peuple.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer