ActualitésNation

RDC: L’ambassadrice Isabel Tshombe se fait gronder par le VPM Lutundula

Les relations sont tendues entre le patron de la diplomatie RD-congolaise et l’ambassadrice de la RD-Congo en France. Dans une correspondance datée du 1er novembre de l’année en cours, Christophe Lutundula, vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, gronde Isabel Tshombe pour insubordination et refus d’obtempérer aux instructions de la hiérarchie. En clair, l’ambassadrice Isabel Tshombe refuse de recevoir les 20 diplomates affectés par Kinshasa à Paris, préférant envoyer ses propres listes des gens à nommer. Fâché, Christophe Lutundula n’a pas tardé à recadrer l’ambassadrice Isabel Tshombe en lui brandissant quelques dispositifs légaux qui devraient servir de référence pour la fille de Moïse Tshombe dans l’exercice de ses fonctions.

«La gestion des ambassades et représentations diplomatiques de la RD-Congo auprès des pays tiers et des organismes internationaux relève, au terme des dispositions de l’ordonnance n°22/003 du 07 janvier 2022 fixant les attributions des ministères des Affaires étrangères, aujourd’hui dirigé par le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères que je suis. Cette attitude découle de la disposition spécifiée au tiret 1 de la même ordonnance qui confie au ministre des Affaires étrangères, dans le cas présent au vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, la charge de l’animation et du suivi de la politique étrangère de la RD-Congo et de sa diplomatie», rappelle Christophe Lutundula.

Et de renchérir: «il ressort ainsi clairement de cette ordonnance que la gestion des ambassades et l’affectation des diplomates en leur sein relève du seul pouvoir du ministre des Affaires étrangères. C’est ce que j’avais eu à vous rappeler devant le Chef de l’Etat, lui-même, en vous précisant que le ministère des Affaires étrangères et, ainsi compris, son titulaire n’assurent pas la tutelle des ambassades, mais bien leur gestion. En conséquence, vous êtes tenues d’exécuter les ordres qui vous sont intimés dans l’intérêt du service». Le VPM des Affaires étrangères s’appuie également sur l’article 6, alinéa 3, de l’ordonnance n°78-0448 du 16 novembre 1978 portant règlement d’administration relatif au corps des diplomates de la RD-Congo, qui stipule que le ministre décide de l’affectation des agents à l’étranger.

A l’en croire, il s’agit d’un texte règlementaire qui ne fait aucune allusion à un avis ou une consultation préalable du chef de la mission diplomatique auprès duquel ces agents sont affectés. Un autre dispositif qui réconforte son pouvoir c’est la note circulaire n°004 du 9 juin 2003 relative au déroulement de la carrière et avantages accordés au personnel diplomatique et consulaire. Celle-ci précise, dans son article 2 alinéa 3, que le chef de poste diplomatique ou consulaire nommé ne peut pas choisir ses collaborateurs lors de sa mutation. Cette prérogative étant exclusivement réservée aux autorités centrales du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale.

Selon le VPM Lutundula, l’ambassadrice de la RD-Congo en poste à Paris a fait fi de cette règlementation, aussi claire que précise, en lui soumettant par sa lettre n°132/49/A1/516/2022 du 31 août 2022 une liste de 20 candidats, parmi lesquels des membres de sa famille qu’elle veut recruter comme dans une entreprise privée, selon ses propres critères. Christophe Lutundula renseigne que parmi les 20 candidats, deux d’entre eux ont été sélectionnés et proposés, sans qu’elle n’en ait le droit, par elle-même et les deux autres sont des agents de niveau universitaire, prestant déjà comme engagés locaux à l’ambassade de la RD-Congo à Paris. «Ils ont été affectés comme diplomates, hors cadres, au regard de leur profil afin de permettre à l’ambassade de continuer à bénéficier de leurs expertise et expérience», a-t-il indiqué.

Et d’ajouter: «je relève également à votre attention qu’en dépit de votre réaction désobligeante et non fondée, toutes les affectations opérées au sein des ambassades, et ce, pour la première fois depuis plusieurs décennies dans le cadre de la rotation exigée par l’ordonnance portant règlement d’administration relatif au corps des diplomates, en son article 6 alinéa 5, sont aujourd’hui unanimement saluées, aussi bien par la majorité des agents du ministère des Affaires étrangères que par d’autres chefs des missions diplomatiques de notre pays. Vous êtes, sans surprise, au regard de votre comportement ci-haut décrit, le seul ambassadeur à les avoir décriées par saute d’humeur ou par frustration personnelle, tout simplement du fait que tous vos 20 candidats proposés, que vous avez été chercher ci et là, même au sein des entreprises commerciales, sans tenir compte des exigences de la profession, n’ont pas été retenus sur la liste des agents affectés à l’ambassade de la RD-Congo en France».

Usant de tout son pouvoir, le VPM Lutundula engage Isabel Tshombe en tant que chef de la mission diplomatique à Paris de prendre toutes les dispositions pour assurer la mise en service de tous les agents, de carrière ou hors cadre, porteurs des ordres de mutation, affectés régulièrement au sein de l’ambassade de la RD-Congo près la République française. Il met en garde l’ambassadrice Isabel Tshombe contre toute manœuvre ou toute tergiversation de sa part pour retarder la prise des fonctions de ces diplomates.

OK

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page