Actualités

RDC : Didier Tshiyoyo, l’homme qui résiste aux ordonnances du Chef de l’État et dont le trafic d’influence fait peur !

Débarqué de Suisse, cet ancien DJ il y a encore quelques mois et organisateur d’un concert trouble à Kinshasa de l’artiste Dadju qui a laissé plusieurs ardoises auprès de fournisseurs et sous-traitants, sieur Didier Tshiyoyo Mbuyi, c’est bien de lui qu’il s’agit, a été nommé Haut Représentant du Chef de l’État grâce à une dame qu’on dit influente auprès du Président de la République. Tshiyoyo a créé l’anarchie à grande échelle dans la structure Comité National des 9ièmes Jeux. Il terrorise tous ceux qui n’obéissent pas à ses instructions, lesquelles par ailleurs, ne respectent AUCUNEMENT LES TEXTES DES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE.

L’ordonnance numéro 21/004 le nommant et portant création, organisation et fonctionnement d’un service spécialisé au sein du Cabinet du Président de la République dénommé Comité National des IXèmes Jeux de la Francophonie de Kinshasa, est lue le 14 février 2021.

Le 2 mars 2021, plusieurs ordonnances sont lues à la TV et annoncent que le Chef de l’État en respect avec la structure de la CNJF, nomme les acteurs : 

Un Directeur National des Jeux, Nkoi Kimpoka Lolonga, et quatre directeurs adjoints.

Mais ces derniers depuis ces ordonnances, n’ont pas été installés dans leurs fonctions. Principale raison: le Haut Représentant a jugé que ces gens ne méritaient pas d’être nommés, il les a donc UNILATÉRALEMENT remplacés par d’autres personnes par une mise en place que lui a faite. Il a donc abrogé l’ordonnance présidentielle de nomination de ces cadres.

Tshiyoyo a donc rejeté l’ordonnance du Chef de l’État nommant sieur Lolonga et les autres directeurs adjoints !

Un tweet de Stanis Bujakera Tshiamala avec la photo de Monsieur Tshiyoyo, du 26 Mars 2021 à 10h54 dit : Anarchie au sein du staff des 9ièmes jeux de la Francophonie : l’homme qui a osé dévaluer l’Ordonnance du Président ( via Africa News ).

Après ce premier acte, silence radio du côté de la Présidence !

Tshiyoyo les a par la suite empêchés d’accéder aux locaux, et leur a mené la vie dure, disant qu’il est le seul à décider de tout sur cette institution qui est sous sa responsabilité unique selon sa lecture inique de l’ordonnance présidentielle le nommant. Ce qui est en contradiction avec l’ordonnance numéro 21/004 portant création, organisation et fonctionnement du CNJF.

Après ce deuxième acte, silence radio du côté de la Présidence !

Le Directeur National des Jeux dégradé, entreprend d’entrer en contact avec le cabinet du Président de la République pour signaler cette anomalie, il présente les évidences de ses propos et obtient l’attention du Directeur du Cabinet Nyembo, qui réagit quelques jours après pour le notifier de sa nomination en qualité de Directeur National des Jeux, en d’autres termes celui qui est l’exécutif de l’organisation de ces jeux.

Coup de théâtre, le courrier de notification arrive à Tshiyoyo. Le terrible bloque le courrier du Dircab et laisse dans le doute sieur Lolonga. informé que la correspondance a été transmise, ce dernier fait pression lors d’un face à face musclé et obtient de Tshiyoyo une copie de cette lettre de notification de sa nomination. Mais il reste sans effectivité de son rôle dans le CNJF afin de réussir ces 9ième jeux de la Francophonie qui compte tant pour le Chef de l’État afin de faire rayonner la RD-Congo.

20210421143731

Cependant, tous les autres directeurs adjoints n’ont toujours pas été notifiés. Parce que, dit Tshiyoyo à une de ses collaboratrices qui lui a suggéré de s’aligner aux ordonnances:

«Je suis en pourparlers avec le Chef de l’État pour changer ces ordonnances les nommant afin de nommer d’autres personnes!». Tshiyoyo a peut-être des relations personnelles avec l’individu Félix Tshisekedi, il est loin de devenir le Président de la République, Chef de l’État, et de lui disputer ses compétences constitutionnelles, parce que seul le Président a qualité notamment de changer ses ordonnances.

LES DESSOUS DE CARTES DE LA POSE DE LA PREMIÈRE PIERRE AU STADE TATA RAPHAEL

Tshiyoyo avait juré à tous ses sous-traitants à qui il promet des contrats sans aucune procédure qu’il ramènerait le Chef de l’État pour leur montrer qu’il est bien le seul en contact avec lui et que cela signifierait que tout ce qu’il présente, est avalisé par le Chef de l’État.

Le Village des Jeux qui devait être abrité à la FIKIN, devra finalement être construit autour du Stade, dans le complexe du STADE TATA RAPHAEL, là où se trouve l’ancienne piscine olympique jusqu’au niveau des installations où se trouve la police. Il a promis de construire des dizaines d’immeubles de 7 étages qui hébergeront tous les invités et athlètes durant les jeux. Ce qui selon lui, sera livré avant Juillet 2022 !

Il a promis de remettre les infrastructures à rénover à des entreprises avec lesquelles il est déjà en deal, alors que ces infrastructures, notamment le Stade des Martyrs et le Stade Tata Raphael, sont sous la tutelle du ministère des Sports, qui est déjà sous contrat avec d’autres entités privées selon nos informations, mais il se permet de donner désormais des instructions directement aux gestionnaires de toutes ces infrastructures sans passer par le ministère des Sports, ce que devrait refuser tout gestionnaire censé ! Bonjour les frustrations !

DEMANDE D’UN BUDGET DE 256 MILLIONS D’EUROS POUR ORGANISER LES JEUX!

Sans avoir travaillé avec le comité éxécutif des jeux, Tshiyoyo a présenté depuis deux jours un budget de 256 millions d’euros, dont 12.100.000 Euros pour fonctionnement et 252 886 400, 62 euros pour investissement… Il a ouvert tout seul un compte à la FNB 00014110002084208549 intitulé Comité National des Jeux de la Francophonie, avec qui comme signataire ? Lui c’est sûr, alors qu’il n’a aucun pouvoir de le faire selon les textes voir article 6 de l’Ordonnance Présidentielle.

CONTRAT-DE-BAIL-7B

Entretemps, il a déjà ponctionné près de 100 000 dollars dans un compte à Afriland First Bank avec sa seule signature et a signé un contrat de location d’une résidence personnelle qu’il fait payer à l’organisation. Coût du loyer: plus de 5600 dollars le mois.

Est-ce que le pays a réellement besoin de dépenser autant d’argent pour ces jeux ?

N’y a-t-il pas déjà plusieurs signaux qui révèlent un mauvais casting qui risque de créer plusieurs scandales au vu de toutes ces informations vérifiées que nous vous partageons avec cette investigation ?

Tshiyoyo est-il là pour organiser les jeux ou pour servir de ramasse cash à la dame qui l’a emmené auprès du Chef afin de le nommer Haut Représentant ? Parce qu’une personne qui se met en conflit avec des ordonnances du Chef de l’État, de son équipe et d’autres entités qui ne répondent pas de lui simplement en brandissant son titre qui doit faire plier tout le monde à son service, ne rassure pas sur le professionnalisme qui doit accompagner ce genre de projets.

Plusieurs courriers circulent avec sa signature, et les contenus aussi peu élaborés que non prouvés, nous laisse penser qu’il est encore temps de corriger le tir, avant une honte nationale qui frapperait la République, dans les mois qui viennent.

À l’actif de ce monsieur, quelques concerts ratés remplissent sa fiche d’expérience professionnelle, mais plusieurs photos avec des artistes français pour le crédibiliser auraient-elles prévalu pour faire de lui le HAUT REPRÉSENTANT DU CHEF DE L’ÉTAT pour organiser LES 9IÈMES JEUX DE LA FRANCOPHONIE ?

LES 9ièmes JEUX DE LA FRANCOPHONIE SONT EN DANGER !

Lorsque les catastrophes arriveront, inutile de chercher un autre bouc émissaire. Le choix n’a pas été bon.  Et si Tshiyoyo ne respecte pas les textes de la République et continue d’user de trafic d’influence, rien de bon ne se fera, mis à part les scandales, et le Rwanda récupérera ses jeux avant que l’OIF ne les restructure pour l’avenir.

Cette fois au moins, il ne faudra pas blâmer les Rwandais.

Amba Tukuambila

Correspondance particulière

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer