ActualitésDossier à la UneSondage

Olive Lembe, Denise Nyakeru, Agnès Mwad, Chantal Safu… dans le top 20 de femmes influentes (Sondage)

En ce mois de mars dédié aux droits des femmes dans le monde entier, l’institut de sondage «Les points» a, du 4 au 5 mars 2019 à Kinshasa, mené un coup de sonde auprès des Kinois pour identifier les femmes qui continuent de faire bonne presse en RD-Congo, à travers leurs différentes activités. Olive Lembe Kabila, Denise Nyakeru Tshisekedi, Chantal Safu, AngèsMwad, Léonie Kandolo… sont dans le top 20 des femmes prises pour modèles par les Kinois.

Selon le sondage «Les Points» réalisé du 4 au 5 mars 2019 à Kinshasa, les femmes figurant dans le top 20 sont celles, selon les Kinois, qui ont innové et changé les choses dans le sens de l’amélioration de la société RD-congolaise dans leurs domaines respectifs. Elles ne sont pas les seules, mais elles sont considérées comme des modèles parmi tant d’autres. Deux d’entre elles ont eu le privilège d’être les épouses de Chefs d’Etat, il s’agit de l’ancienne première dame, Mme Olive Lembe Kabila et de l’actuelle première dame, Mme Denise Nyakeru Tshisekedi. Selon les répondants, Olive Lembe Kabila est une femme au grand cœur. L’ancienne première dame a marqué son temps et restera dans l’histoire comme celle qui a fait tout ce qu’elle a pu pour aider les pauvres. Sur l’ensemble du territoire national, ses actions sociales sont légion et indéniables. En cas de sinistre ou de drame de toute nature, les victimes sollicitent son intervention. Elle est appréciée par les Kinois pour avoir réhabilité des maternités, pris en charge des orphelins et soigné gratuitement des enfants souffrant des infirmités. Olive Lembe a aussi payé des frais
scolaires et académiques pour des enfants issus de familles très pauvres, sans oublier des initiatives agricoles qu’elle a entreprises et qui ont inspiré de nombreuses femmes à Kinshasa et dans les provinces. Deuxième au classement, la première dame Denise Nyakeru Tshisekedi a séduit les Kinois pour avoir accompagné son mari, le Chef de l’État Félix Tshisekedi, durant tout
son combat politique. Les Kinois la décrivent comme une «femme au grand cœur, sensible et rigoureuse». Infirmière de formation qui a fait ses études à Londres et à Bruxelles, la première
dame est polyglotte et parle couramment entre autres, le français, l’anglais, le swahili, le flamand, le tshiluba et le lingala. Chantal Safou, ministre du Genre, Enfant et Famille, a pour sa part été retenue à cause de son implication dans l’amélioration des conditions de vie de la femme et de la
jeune fille. Classée troisième, elle a accordé de l’aide aux jeunes filles rendues mères et aux femmes rurales. Elle a mis en place le portail de signalement sur internet des abus commis sur les enfants ou encore la sensibilisation de différents bourgmestres, des préposés de l’Etat civil et
des chefs de service de la ville de Kinshasa sur le nouveau code de la famille qui ont plaidé sa cause. Quatrième au classement, le Directeur général de la Caisse nationale de la sécurité sociale
-CNSS-, Agnès Mwad, est déclaré mandataire public exemplaire. Alors que beaucoup d’entreprises ont été secouées par la vague de contestations sociales au lendemain de l’investiture
du nouveau Président de la République, la CNSS n’a enregistré ni grève, ni mémo, encore moins de manifestation. Le personnel est bien pris en charge par le comité de gestion chapeauté par le DG Agnès Mwad. Pour les Kinois, cette dernière est l’une des rares mandataires publics RD-congolais qui sont considérés comme de bons gestionnaires surtout grâce à sa politique de la gestion de proximité. Outre les différents ouvrages en infrastructures réalisés sous sa gestion et la mise en place très prochainement de l’atelier orthopédique, Agnès Mwad compte à son actif
également la télé déclaration, l’obtention de la loi sur les règles relatives au régime général de la sécurité sociale, une première pour la RD-Congo dans ce domaine. Le Professeur Marie-Thérèse
Kenge Ngomba Tshilombayi, doyenne de la faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, est la première femme à occuper ce poste dans la faculté de droit au sein de cette alma mater. Les Kinois la classent 5ème pour sa rigueur et son management axé sur les résultats. Elle a remis de l’ordre à la grande faculté de droit de la «colline inspirée» depuis son élection par ses pairs professeurs en 2015. A en croire les répondants, elle est un exemple de femmes qui se sont imposées par leur capacité au milieu des hommes. Docteur en droit et Professeur ordinaire, Marie-Thérèse Kenge Ngomba Tshilombayi dispense des cours en graduat et au troisième cycle à l’Université de Kinshasa et à l’Université protestante au Congo -UPC.

Avocate, elle est aussi membre de la Commission nationale des Droits de l’homme et de la Commission permanente de réforme du droit RD-congolais.

Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer