ActualitésPolitiqueSociété

Kinshasa : Ngobila interdit la marche de l’UNC

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, vient de réserver une fin de non-recevoir à la demande du secrétaire général a.i de l’Union pour la nation congolaise -UNC-, Aimé Boji Sangara. Ce dernier l’avait saisi pour l’organisation d’une marche pacifique ce vendredi 07 août afin de réclamer la libération de Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, condamné à 20 ans des travaux forcés pour détournement des fonds dans le procès 100 jours.

Tout en remerciant le SG de l’UNC de la saisine, Ngobila a évoqué dans sa correspondance les raisons sanitaires liées à la Covid-19 qui n’autorisent pas de déverser des masses de gens dans les rues de peur d’occasionner de contaminations massives. «A ce propos, tout en louant le mérite de votre démarche, je ne saurai prendre acte de votre activité qui, au regard des restrictions édictées par l’OMS et les autorités du pays, est susceptible d’entraîner une contamination massive de la Covid-19», a tranché le gouv’ Ngobila.

Ne pas prendre acte, veut tout simplement dire que cette marche est interdite. L’autorité urbaine a chargé pour cela le Commissaire provincial de la Police nationale congolaise de la ville de Kinshasa ainsi que les bourgmestres des communes situées sur l’itinéraire qu’allait prendre cette marche d’appliquer sa décision. Comme quoi, les fans de Kamerhe ne marcheront pas.

Entre-temps, la Cour de cassation -dernière instance- s’est déclarée incompétente pour connaître l’appel formulé par Vital Kamerhe. Néanmoins, Me Jean-Marie Kabengela, avocat du Dircab de Fatshi, reste convaincu que «la privation de la liberté dont son client est victime ne repose pas sur des règles de droit». «Nous allons en tirer les conséquences de droit à certaines instances internationales», a-t-il annoncé.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Fermer
Fermer