ActualitésNation

RDC : Mboso apaise la délégation de l’ANAP sur la pension de retraite et de la rente de veuvage des anciens députés

Le souci des anciens députés est que leurs pensions de retraite ainsi que la rente de veuvage soient versés à la banque au lieu de les mêler dans les frais de fonctionnement de l’Assemblée nationale

La situation sociale des anciens députes élus était, jeudi 17 décembre 2020, au centre des entretiens entre le président du bureau d’âge de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, et la délégation de l’Association nationale des anciens parlementaires -ANAP. «Le président du bureau provisoire de la Chambre basse a été très réceptif à toutes nos doléances. Il a même promis de faire ce qui est possible pendant les temps qu’il va passer aux commandes du bureau. Nous rentrons très satisfaits dans la mesure où le bureau provisoire nous a donné des réponses rassurantes», a souligné le président de l’ANAP, le député honoraire Mutombo Sonsola, élu de 1982-1987.

A cette réunion, le président Christophe Mboso était avec les deux autres membres du bureau d’âge, à savoir:  Gaël Bussa et Aminata Namasia respectivement premier secrétaire et deuxième secrétaire du bureau. Au nombre des problèmes que la délégation des anciens députés composée essentiellement des veuves, figurent au premier plan le retard dans la paie de la pension de retraite et la modicité de ces frais.

«Avec les membres du bureau, nous avons parlé notamment du retard que l’on connait dans le payement de la pension de retraite et la rente de veuvage. Nous avons ainsi six mois, Et sur les 6 mois d’impayement, certains ont touché un mois, d’autres deux. Ceux qui en ont touché beaucoup, c’est trois mois. Il y a même de ceux qui n’ont encore rien perçu. Voilà un problème», a expliqué Mutombo Sonsola, président de l’ANAP.

Le souci des anciens députés est que leurs pensions de retraite ainsi que la rente de veuvage soient versés à la banque au lieu de les mêler dans les frais de fonctionnement de l’Assemblée nationale. «Parce que, quand cette enveloppe arrive, on l’utilise pour le fonctionnement sans penser aux députés honoraires. Voilà pourquoi nous avons demandé qu’on puisse séparer notre enveloppe à celle liée au fonctionnement de l’Assemblée nationale», a-t-il suggéré.

Et de poursuivre: «en outre, nous avons parlé de la modicité de la pension de retraite que l’on paie. Et pourtant, la loi dit que cette pension doit suivre l’évolution de ce que touchent les députés actifs. En principe si les émoluments des actifs augmentent la pension de retraite doit l’être aussi automatiquement. Mais jusqu’ici, ce que nous touchons ne représente rien par rapport aux émoluments des députés actifs».

Dans leurs échanges avec les membres du bureau d’âge de l’Assemblée nationale, les veuves des anciens parlementaires ont également abordé la situation de leurs arriérés qui datent des lustres.  «Nous avons encore parlé des sommes dues aux anciens élus nationaux qui ne sont pas payées depuis des années. Des arriérés. Ces arriérés qui ont été certifiés et inscrits dans le livre de la direction générale de la dette publique ne sont pas toujours payés. Nous leur avons demandé de faire en sorte que les anciens parlementaires puissent être payés dans le temps qu’ils sont ici surtout qu’il y a de ceux qui sont décédés laissant intacte cette situation», a déploré le président de l’ANAP.

Au cours de cette réunion, les obsèques de l’ancien président des anciens parlementaires décédés voilà trois mois et dont le corps traine encore à la morgue ont été également évoqués. Saisissant la balle au bond, la délégation de l’ANAP a demandé aux membres du bureau provisoire de la Chambre basse du Parlement RD-congolais de mettre à la disposition de la famille du défunt la contribution financière en vue d’enterrer avec dignité cet ancien député.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer