Claudel Lubaya plaide pour l’érection d’une stèle en mémoire de Mamadou Ndala

0

2 janvier 2014 – 2 janvier 2020, six ans se sont écoulés depuis l’assassinat mystérieux du Colonel Mamadou Ndala, officier RD-congolais très engagé dans la lutte contre les rebelles dans l’Est du pays. A l’occasion de la célébration du sixième anniversaire de son assassinat, Claudel-André Lubaya, député national élu de la ville de Kananga, rend hommage à ce vaillant combattant mort arme à la main en défendant la cause nationale. Dans un message diffusé sur ses comptes facebook et twitter, Lubaya salue sa bravoure et son martyr.

Le 02 janvier 2014, alors que les RD-Congolais venaient de célébrer la Bonne année, une nouvelle bouleversante les a surpris: le Colonel Mamadou Ndala est tombait au champ d’honneur au cours d’un accrochage avec l’ennemi, présumé ADF-Nalu. Six ans après cette triste nouvelle, l’élu de Kananga, Claudel-André Lubaya se souvient de lui. «Gloire éternelle à Mamadou et à tous les martyrs de la Nation», peut-on lire  sur ses différents comptes dans les réseaux sociaux. Puis: «Lors de l’opération au cours de laquelle il tombait l’arme à la main, Mamadou avait tout le loisir de s’abriter au QG et d’envoyer ses hommes réduire la résistance ennemie. En vaillant soldat dévoué pour l’intérêt général, il a préféré être le guide de son unité et mourir en martyr». Puis encore: «En rendant ici hommage à ce grand patriote, je veux rendre hommage à l’officier d’hier qu’il incarne et à l’officier d’aujourd’hui et de demain qu’il aura peut-être contribué à inspirer, car je souhaite de tout cœur que les nouvelles générations prennent exemple sur lui, sur les valeurs qu’il a incarnées, portées et défendues au détriment de l’intérêt personnel». Cet hommage constitue aussi, pour l’élu de Kananga, une interpellation non seulement pour ceux qui dirigent le pays mais aussi tout le peuple RD-congolais car, au nom du patriotisme, ils sont appelés à défendre au prix de leur vie la nation RD-congolaise tant enviée par le monde entier pour ses nombreuses richesses du sol et du sous-sol. «Nous avons envers ce héros comme à d’autres avant et après lui, un devoir d’hommage national et solennel. Il mérite notre respect et notre reconnaissance. Il constitue notre fierté et sa famille doit recevoir les marques concrètes de notre reconnaissance», souligne cet ancien gouverneur de l’ex-Kasaï Occidental, qui ne tarit pas de propositions. «Je propose qu’une stèle soit érigée à sa mémoire à l’endroit où il est tombé», écrit-il. Puis: «En ce jour, je pense à l’amertume qui étreint celles et ceux d’entre nous RD-Congolais qui n’ont pas oublié, à l’idée que, chez nous, les nôtres partent dans l’anonymat et dans une totale indifférence et dont on n’évoque jamais la mémoire». Lubaya se pose également cette question: «Faut-il rappeler que la grandeur d’un pays et de ses dirigeants, quels qu’ils soient, se mesure au pied de la mémoire et se démontre à ce genre d’occasions?». Et de répondre: «les militaires, les policiers tombés en plein service s’en vont avec les honneurs dus aux héros victimes du devoir. Ils quittent la scène en même temps que le pays se fige pour leur rendre hommage. Drapeaux en berne et brassards noirs marquent le temps de l’adieu. C’est aussi de cette manière  qu’un État consolide sa crédibilité et nourrit sa mémoire».

La mémoire du Colonel Mamadou Ndala restera à jamais gravée dans les cœurs des RD-Congolais. Le mois de janvier est plein de signification pour la défense et la sécurisation de la RD-Congo. Il rappelle les martyrs du 4 janvier 1959, l’assassinat du premier Premier ministre Patrice Emery Lumumba au Katanga le 17 janvier 1961, l’assassinat du Président Mzee Laurent-Désiré Kabila au Palais de marbre à Kinshasa le 16 janvier 2001. Et ce mois marque également la première alternance politique pacifique intervenue au sommet de l’Etat en RD-Congo le 24 janvier 2019.

Octave MUKENDI