ActualitésDossier à la UneSanté

L’INRB met au point un anticorps «monoclonal 114» contre Ebola

Le directeur de l’Institut national de recherche biomédical -INRB-, le Professeur Jean Jacques Muyembe Tamfum, a dit avoir mis au point un anticorps dénommé «monoclonal 114» dans la perspective de la lutte contre Ebola en RD-Congo, lors de son intervention au ministère de la Santé publique, à l’occasion de sa 6ème épisode du programme d’explication de cette maladie.
L’anticorps «monoclonal 114» pourrait contribuer à la lutte, a noté le Pr Muyembe, soutenant qu’après avoir pris le sang d’un convalescent d’Ebola et transfusé ensuite chez le malade atteint, il s’est avéré que sur huit malades traités autrefois à Kikwit, dans la province du Kwilu, sept ont été guéris et ont survécu, a-t-il relevé.Le Professeur Muyembe a souligné l’apport de l’INRB dans cette lutte tout en mettant en évidence l’appui qu’il reçoit de l’Institut national de recherche des Etats-Unis, jusqu’à mettre au point ledit anticorps à partir d’un survivant RD-congolais.
Le «monoclonal 114» a été essayé chez les singes infectés et il est susceptible de guérir jusqu’à 100% des singes, a-t-il dit. C’est un produit très puissant qui est à sa phase clinique. Il a été déjà essayé avec succès chez les humains aux USA, et prochainement il y aura des essais cliniques en RD-Congo en cas d’une nouvelle apparition d’Ebola.
L’équipe de la RD-Congo possède une expertise et une grande expérience en matière de lutte contre la maladie à virus Ebola, a, pour sa part, affirmé le docteur Gabriel Nsakala, expert en Communication pour la santé, ajoutant que les essais du Professeur Muyembe en cours d’expérimentation donneront accès à un traitement curatif dans les prochains jours. Pour lui, l’INRB, un laboratoire national de santé publique, a apporté une contribution appréciable dans la confirmation de diagnostic sur le terrain, dans la surveillance et la prise en charge des patients et dans l’avancée de la recherche scientifique sur Ebola.
Ayant découvert le virus Ebola en 1976 à Yambuku dans l’actuelle province de la Mongala, le Pr Muyembe a rappelé que l’épidémie d’Ebola était une maladie négligée. C’est depuis l’épidémie de 2014 en Afrique de l’Ouest que le monde occidental et le reste du monde ont senti la menace avec l’intrusion des cas d’Ebola en Europe et aux Etats-Unis. Aujourd’hui, elle n’est plus une maladie négligée, mais une maladie qui intéresse finalement les scientifiques et les acteurs du monde entier.
ACP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer