ActualitésNation

Le VPM Lihau rassure le banc syndical: «A chaque problème correspond une solution»

Le gouvernement de la République est résolument déterminé à mettre fin à la grève qui frappe le secteur de l’Enseignement supérieur et universitaire -ESU- en vue de faciliter le démarrage effectif de l’année académique 2021-2022 sur toute l’étendue du territoire national. Voilà pourquoi le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a chargé le vice-Premier ministre en charge de la Fonction publique, Jean-Pierre Lihau, de présider la Commission paritaire Gouvernement-Banc syndical de l’ESU, dont les travaux ont commencé mercredi 26 janvier 2022 pour justement examiner les revendications des professeurs, des corps scientifiques et administratifs dudit secteur.

Outre le vice-Premier ministre en charge de la Fonction publique, la partie gouvernementale est composée du ministre d’État en charge du Budget, Aimé Boji, et le ministre de l’ESU, Muhindo Nzangi. Dans son mot introductif, Jean-Pierre Lihau a indiqué qu’«il n’y a pas d’alternative au dialogue social» et que les problèmes qui se posent dans le secteur de l’ESU comme ceux des autres domaines de la vie ne peuvent trouver des réponses que dans la concertation.

Au banc syndical de l’ESU, il a également signifié la grande importance, mieux l’intérêt qu’accorde le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi aux institutions académiques qui sont les hauts lieux de transmission du savoir en RD-Congo. A cet effet, le VPM Jean-Pierre Lihau a émis le vœu de voir ces échanges se dérouler dans une ambiance conviviale et de respect. «A chaque problème correspond une solution. Et c’est ensemble que nous sommes appelés à trouver des solutions idoines tout en construisant un compromis pragmatique et réaliste qui tient compte de la situation budgétaire du pays», a souligné le VPM en charge de la Fonction publique.

Pour leur part, les délégués des professeurs, des chefs des travaux, des assistants et des administratifs à cette commission paritaire ont salué la volonté du gouvernement d’ouvrir ces échanges qui vont se poursuivre jusqu’à la signature de l’Accord par les deux parties. Il y a lieu de signaler que dans son cahier de charge, le banc syndical de l’ESU exige notamment la hausse des salaires, l’amélioration des conditions de travail, la mécanisation de certains corps scientifiques, etc.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page