ActualitésDossier à la UneEducationSociété

La vente d’uniformes et journaux de classe interdite dans les écoles publiques

A moins d’une semaine de la rentrée scolaire 2019-2020, les bases de la gratuité de l’enseignement sont en train d’être posées. Débattue lors de deux tables rondes tenues récemment à Kinshasa, la gratuité de l’enseignement sera effective dès la rentrée prochaine, telle que consacrée par la Constitution en son article 43, dernier alinéa: «L’enseignement primaire est obligatoire et gratuit dans les établissements publics». Dans une lettre adressée aux directeurs provinciaux des provinces éducationnelles -PROVED-, le Secrétaire général à l’EPSP a édicté quelques principes de base devant encadrer l’effectivité de la gratuité de l’éducation de base, comme voulue par la circulaire n°MINEPSP/CABMIN/0523/2019 du ministre de l’EPSP. Dans sa missive, le patron de l’administration de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnelle édicte en tout 5 mesures d’accompagnement. En plus de la suppression de tous les frais de scolarité dans les établissements publics budgétisés, le SG de l’EPSP a instruit la cessation de la transformation des écoles en «maison d’approvisionnement et de vente des fournitures et articles scolaires». Parmi les fournitures ciblées, il y a notamment les uniformes, les écussons, les journaux de classe, … Les parents ont désormais la latitude de se procurer les uniformes et autres fournitures scolaires sur le marché. De son côté, le gouvernement s’engage à payer le premier pallier des salaires réajustés des enseignants en plus des indemnités de logement et de transport, et à supporter les frais de participation au TENAFEP. Cependant, ces mesures ne concernent pas toutes les écoles publiques de la RD-Congo. Seules 30.773 établissements dits budgétisés verront les élèves étudier gratuitement. A ces écoles, le gouvernement a décidé une prise en charge à hauteur d’USD 28 millions mensuels. Pour les 20.801 établissements restants, il faudra encore patienter pour être enfin inscrits sur la chaine des dépenses. Une situation qui ne satisfait pas tout le monde d’autant plus que la 2ème table ronde sur l’éducation avait recommandé l’effectivité de la gratuité de l’éducation de base dans toutes les écoles publiques. A défaut de la gratuité totale, les parents se contenteront donc d’une gratuité partielle, dans 60% des écoles publiques de la RD-Congo.

Dandjes LUYILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer