ActualitésDossier à la UnePolitique

Kokonyangi convoite les millions de Bahati

Une nouvelle bavure signée Joseph Kokonyangi Witanene, ministre de l’Urbanisme et habitat, qui réclame 6 millions de dollars à Modeste Bahati pour «tant d’efforts et sacrifices consentis pour l’implantation» de l’Alliance des forces démocratiques du Congo -AFDC- à travers la RD-Congo. Cette colossale somme, Kokonyangi l’a réclamée au travers d’une courte correspondance, truffée de monumentales fautes de français impardonnables pour un professeur d’université.
Dans l’opinion, la requête de Kokonyangi, qui a instruit ses avocats à ce propos, sonne comme un acte d’enrichissement illicite sur le dos de Modeste Bahati et d’ingratitude sans pareille du poulain vis-à-vis de son mentor. En ce moment où les enjeux électoraux imposent à différents partis la mobilisation d’importants fonds pour financer les candidatures et la propagande, Kokonyangi veut se servir de Bahati pour tenir les rênes avec son parti, API, créé il y a près de trois mois avec l’appui de Noël Botakile, vice-ministre de l’Agriculture transfuge du PALU.
Dans une correspondance du 6 juin 2018 adressée au VPM de l’Intérieur, Henri Mova Sakanyi, Modeste Bahati avait pris acte de l’auto-exclusion de Joseph Kokonyangi tout en lui retirant les fonctions de 3ème vice-président national de l’AFDC.
Plusieurs faits ont conduit l’Autorité morale de l’AFDC, Modeste Bahati Lukwebo, a levé cette option, notamment la non-participation aux activités du parti, l’organisation de son indisponibilité prolongée au détriment du parti par la mise sur pied d’un mécanisme d’inaccessibilité même à l’endroit de l’initiateur et autorité morale du parti.
Kokonyangi a été également accusé de s’impliquer directement et activement dans la démobilisation des militants et cadres de l’AFDC. De l’avis d’un cadre de l’AFDC, «Kokonyangi s’est mis à convoiter publiquement les millions de l’autorité morale après avoir tenté en vain de lui arracher le parti».
Avec la mort dans l’âme, cet ex-cadre de l’AFDC a dit prendre acte de son auto-exclusion de l’AFDC dans cette même correspondance qu’«AfricaNews» vous propose de découvrir en illustration.
LOI

Articles similaires

Fermer
Fermer