Actualités

Sur base d’un faux titre, Kembi Balu tente de spolier une parcelle à Cristie SARL par voie de justice

La société Cristie Sarl est victime d’une tentative de spoliation, par voie de justice, de sa parcelle numéro 16.998, enregistrée sous vol AMA 119 folio 190 à la circonscription foncière de Mont-Amba depuis le 28 aout 2012. A la manœuvre, Joséphine Kembi Balu. Elle a réussi à obtenir, en 2018, grâce à son avocat Fice Kitenge, alors conseiller du ministre des Affaires foncières Lumeya-Dhu-Malegi, un contrat de concession perpétuelle avec un certificat d’enregistrement sur cette parcelle qui appartient pourtant à Cristie Sarl.

Dans son mémo parvenu à AfricaNews, cette société révèle que son bourreau a bénéficié de la complicité du chef de division du cadastre de Limete, Robert Kalombo wa Kalombo, qui, après une mission sur le terrain, a approuvé que cette parcelle est couverte par le contrat de location n°41356 du 28 juillet 1964 établi au nom de la société Sprl JAFKO, en liquidation et dont le représentant Koka Pangou a cédé à titre gratuit la parcelle à son épouse Joséphine Kembi.

Soutenue par ses complices, Kembi a pu avoir le certificat d’enregistrement Vol.ALN9 folio 154 mais avec des mesures erronées, sur base duquel elle va tour à tour poursuivre en justice la société Cristie jusqu’à arracher son déguerpissement à plusieurs reprises. Refusant de courber l’échine, Cristie Sarl a écrit au Chef de l’Etat en octobre 2019 pour dénoncer ce réseau mafieux des faussaires et spoliateurs, afin de garantir son droit de propriété légalement établi par un titre inattaquable.

D’ailleurs, soutient Cristie Sarl par sa lettre n°0258/CAB/MIN/AFF.FONC/ASM/GKN/aoy/2019 du 04/11/2019, le ministre des Affaires foncières avait même enjoint au Conservateur des titres immobiliers de Limete de réhabiliter la société Cristie Sarl dans ses droits en procédant à l’annulation du certificat d’enregistrement Vol. ALN9 folio 154 du 16/10/2018 qui ne bénéficie pas du principe d’intangibilité fixé par l’article 227 al.3 de la loi dite foncière, eu égard «aux irrégularités, manœuvres et artifices frauduleux». Contre toute attente et parce que parente au ministre des Affaires foncières de l’époque, le conservateur Antho Muvuma refuse d’obtempérer et va organiser la disparition des archives et du classement des documents de la société Cristie.

Bien qu’à ce jour, Joséphine Kembi Balu et son réseau continuent d’avoir la peau dure, la société Cristie devrait se voir rétablie dans ses droits par la lettre du ministre des Affaires foncières qui met en lumière la superposition du certificat d’enregistrement de Kembi sur celui de la société Cristie, tout en portant en faux les rapports administratifs n°317/218 du 27 décembre 2018 et 159/2019 du 22 juin 2019 fournis par Robert Kalombo.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer