ActualitésDossier à la UneNation

RDC: «Hôpital 2030», le plan de réforme hospitalière de Lihau

Le fils de feu Marcel Lihau soutient que la réforme profonde de tout notre exécrable système de santé s’impose non plus comme une priorité mais comme une urgence. Ses principaux axes sont entre autres la révision de l’organisation interne de l’hôpital, la redéfinition des rapports entre soignants et malades, la revalorisation du statut des soignants, la réhabilitation du parc immobilier hospitalier en état de vétusté très avancé, la modernisation technologique de nos hôpitaux.

Jean-Pierre Lihau, député national, appelle de tous les vœux à la réforme profonde du système de santé en RD-Congo, qu’il qualifie d’exécrable. Cette réforme, soutient-il, s’impose non plus comme une priorité mais comme une urgence. D’où le concept «Hôpital 2030», son plan de réforme. Ce plan vise à conduire progressivement la RD-Congo vers un nouvel hôpital endéans 10 ans. Ses piliers sont notamment une nouvelle gouvernance hospitalière, la révision de l’organisation interne de l’hôpital, la redéfinition des rapports entre soignants et malades, la revalorisation du statut des soignants. Ce plan prévoit également la réhabilitation du parc immobilier hospitalier en état de vétusté très avancé ainsi que la modernisation technologique des hôpitaux. Le concept «Hôpital 2030» préconise en plus de doter la RD-Congo d’une carte géo-sanitaire digne de ce nom, élaborée à partir d’indices populationnels actualisés, destinée à corriger l’existant et à permettre une bonne adaptation de l’offre de santé à des besoins concrets et évolutifs. La proposition du fils de Marcel Lihau fait suite à sa sidération face à l’explosion du taux de mortalité en RD-Congo. «Les gens meurent en cascade et c’est tout simplement sidérant!», s’exclame-t-il, non sans afficher son inquiétude. «Tu rencontres un ami, une amie, un frère ou une sœur aujourd’hui, en parfaite santé, et deux jours après tu apprends qu’il s’en est allé, il est mort… pathétique!», raconte l’initiateur du mouvement de réflexion «Ensemble». Et de s’interroger: «Est-ce un ravage non cerné de la Covid-19 résultant d’une gestion ratée par l’équipe de la riposte? Est-ce la montée en puissance d’autres pathologies, tout autant dangereuses, mais qui ont été totalement oubliées au profit du Coronavirus? Malaria, typhoïde, hypertension artérielle, diabète… Tout est possible». Pour l’élu de Bumba, certain, notre hôpital va mal et même très mal. «Il lui faut un grand coup de balai. Vite! Il faut réformer l’hôpital dans notre pays», affirme-t-il. Et de déplorer: «aujourd’hui, l’hôpital fait peur, la sécurité sanitaire n’y est pas garantie et l’accès aux soins de qualité demeure sujet à caution. Les inégalités criantes subsistent entre Kinshasa, certaines grandes villes et le reste des territoires abandonnés à leur triste sort».

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer