ActualitésSécurité

Haut-Katanga: la situation sécuritaire appelle à la vigilance

Entre-temps, Jean-Marc Kabund-a-Kabund, premier vice-président de l’Assemblée nationale, propose des sanctions exemplaires contre les insurgés de Bakata Katanga de Gédéon Kyungu pendant que la Société civile exige la révocation des chefs provinciaux de l’ANR et de la DEMIAP

Après un samedi trouble dans le Haut-Katanga où les villes de Lubumbashi, Likasi, Pweto et Kasumbalesa ont été attaquées simultanément par les hommes du seigneur de guerre Gédéon Kyungu, la situation est revenue calme grâce à l’intervention des forces de défense et sécurité qui ont mis hors d’état de nuire ces malfrats. Du coup, des voix se lèvent pour condamner cette énième attaque rebelle, réclamant des sanctions contre les autres présumés et leurs complices. «Les attaques simultanées dans les villes du Haut-Katanga ce matin -samedi 28 mars-, causant des pertes en vies humaines sont inacceptables. Les auteurs de ces actes délibérés doivent être punis et leurs commanditaires sanctionnés et mis hors d’état de nuire pour que l’Etat cesse d’être nargué», a tweeté Jean-Marc Kabund, 1er vice-président de l’Assemblée nationale et président a.i de l’UDPS.Les miliciens Bakata Katanga ont attaqué plusieurs villes de l’ex-Katanga samedi 28 mars, notamment Lubumbashi, Likasi, Kasumbalesa, Pweto et Kakanda. A en croire la Police nationale congolaise -PNC-, Lubumbashi, Likasi et Kasumbalesa, le bilan provisoire est d’une trentaine de morts et de plusieurs blessés parmi les miliciens. A Kakanda, les miliciens qui ont osé de hisser leur drapeau, ont été arrêtés et transférés à Fungurume. Il y a également des victimes dans les rangs des forces de sécurité tant à Lubumbashi qu’à Likasi. En dehors de morts et de nombreux blessés, plusieurs arrestations sont signalées dans le rang des Maï-MaïBakata Katanga. Gédéon Kyungu, lui, est introuvable, il aurait pris la fuite.

Défaillance de services de sécurité

Préoccupée par cette attaque meurtrière visant à déstabiliser les institutions de la République,  l’ASBL Justicia a invité le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi à relever de leurs fonctions, tous les officiers des services de sécurité du Haut-Katanga pour manquement grave dans la gestion du dossier relatif à l’incursion des miliciens Bakata Katanga.«Le Président de la République doit relever de leurs fonctions le directeur provincial de l’Agence nationale de renseignements -ANR/Haut-Katanga, celui de la DEMIAP ainsi que l’auditeur militaire supérieur du Haut-Katanga pour manquement grave, d’initier des enquêtes pour déceler les négligences des autorités politico-administratives et judiciaires nationales et provinciales dans le traitement complaisant du dossier Gédéon Kyunguwa Bafuko Kanonga; d’ordonner la suspension pour besoin d’enquête de toutes les autorités impliquées», a indiqué le communiqué de l’ASBL Justicia, dimanche 29 mars.Cette structure de défense des droits de l’homme a également invité le gouvernement provincial du Haut-Katanga à cesser d’apporter toute assistance à Gédéon Kyungu Mutangawa Bafuko Kanonga et à ses hommes. Selon elle, l’auditorat militaire doit s’activer pour arrêter Gédéon Kyungu et ses hommes. L’ASBL Justicia a, quant à elle, avancé un bilan de près de 32 morts dans toutes les villes où il y a affrontements entre les forces loyalistes et les Bakata Katanga. Jacques KyabulaKatwe, gouverneur du Haut-Katanga, a annoncé le même samedi dans l’après-midi que plusieurs assaillants ont été arrêtés.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer