ActualitésDossier à la UneNation

Gouvernement: Ilunga dévoile les 15 piliers et les stratégies du développement du pays

Le Premier ministre a présenté, mardi 03 septembre 2019, le programme de son gouvernement à l’Assemblée nationale. Devant une assemblée plénière très électrisée, Sylvestre Ilunga Ilunkamba a pris l’engagement de faire de la RD-Congo un vaste chantier articulé autour de quinze piliers jugés clés pour le redressement du pays à partir de la base. Un Premier ministre convaincant dans la mesure où il a surpris les élus du peuple par la qualité du contenu de l’action qu’il compte mener pour la transformation de la RD-Congo. Du haut de la tribune de l’Assemblée nationale, Sylvestre Ilunga a lancé un appel solennel à tous les RD-Congolais. Un appel de s’unir, de dresser les fronts longtemps courbés et chargés par le poids de leurs divisions, de leurs clivages politiques et de leurs ressentiments de tous genres pour se retourner vers l’avenir. «Les RD-Congolais nous regardent et ont hâte de nous voir à l’œuvre. Ils attendent beaucoup de nous. L’ambition de votre gouvernement  est de hisser à la hauteur des attentes des RD-Congolais afin de mériter de leur confiance», a rassuré le Premier ministre Ilunga Ilunkamba.

Sur le plan politique, défense et sécurité, le Premier pilier est celui relatif à la pacification du pays, à la promotion de la réconciliation, de la cohésion et de l’unité nationale. Sur ce point, il a lancé un appel solennel à tous les RD-congolais en ces termes: «je lance du haut de cette tribune, un appel à tous les RD-Congolais, jeunes et vieux, hommes et femmes ainsi qu’à toutes les forces vives de la nation, de nous unir, de dresser nos fronts longtemps courbés et chargés par le poids de nos divisions, de nos clivages politiques et de nos ressentiments de tous genres pour nous tourner résolument vers l’avenir». Et d’ajouter: «pour matérialiser cette vision, votre gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, projette l’organisation d’un forum national de réconciliation, la conclusion d’un pacte de paix avec les autorités coutumières représentatives des ethnies et tribus de la RD-Congo ainsi que le rapatriement des corps du feu Président Mobutu et du feu Moïse Tshombe». Dans son discours-programme, le Premier ministre a reconnu que beaucoup a été fait au chapitre de la consolidation de la paix et de l’unité nationale, bien que la tâche demeure encore immense. Sur ce point, il a fait savoir que le gouvernement envisage d’éradiquer les groupes armés opérant sur le territoire national, d’assurer la réinsertion socioéconomique des jeunes démobilisés à travers une série de formations professionnelles et de créer des brigades d’élites bien formées et bien équipées. Pour ce qui est du 2ème pilier afférant au renforcement de l’autorité de l’Etat, à la promotion de l’Etat de droit et de la démocratie, il a préconisé de grandes actions: «mon gouvernement envisage de garantir la liberté de la presse conformément à la Constitution, de revisiter la loi sur la liberté de la presse, la liberté d’information et d’émission et de rendre l’accès à tous aux médias publics et privés». S’agissant du 3ème pilier du programme gouvernemental, celui relatif à la redynamisation de la diplomatie et à la réhabilitation de l’image de marque du pays, Ilunga Ilunkamba a été très précis. «La RD-Congo affiche son ambition de réoccuper la place qui lui revient dans le concert des nations. Cette ambition passe, entre autres, par le réchauffement de nos relations avec nos partenaires traditionnels mais aussi par la consolidation des liens avec de nouveaux partenaires», a promis le Premier ministre Ilunga. Sur le plan économique et des finances, le chef du gouvernement a une vision. Le 4ème pilier du programme gouvernemental se rapporte à la lutte contre la corruption et les crimes économiques. «Ma conviction la plus profonde est que la modicité de nos ressources publiques est le fait, entre autres, de l’inefficacité de notre dispositif de lutte contre la fraude et la corruption résultant d’un système désuet et non informatisé ainsi que de l’absence d’une culture fiscale», a-t-il déploré. En ce qui concerne le 5ème pilier axé sur l’amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, des entreprises du portefeuille et des finances de l’Etat, il a clairement indiqué que le secteur extractif en particulier n’a pas encore donné la mesure de tout son potentiel. Il a préconisé un train des mesures. Il s’agit de lutter contre le coulage des recettes, l’évasion et la fraude fiscale, de veiller à la mise en circulation des imprimés de valeur sécurisés, de limiter strictement l’octroi des exonérations dérogatoires et d’informatiser le système fiscal en matière de déclaration et de perception des impôts. Quant au 6ème pilier se rapportant à l’amélioration du climat des affaires et de la promotion de l’entrepreneuriat et de la classe moyenne, il a indiqué que le gouvernement s’engage à finaliser le processus de mise en œuvre du Traité et des Actes uniformes de l’OHADA, de mettre en place une -Charte d’investissement- qui va activer un système fiscal relatif aux nouvelles sociétés industrielles. Le gouvernement, a-t-il indiqué, envisage de susciter la culture entrepreneuriale pour permettre l’émergence d’une classe moyenne RD-congolaise. Pour ce qui est du 7ème pilier qui se rapporte à la diversification de l’économie et à la création des conditions d’une croissance inclusive, Ilunga Ilunkamba projette quelques actions. Il s’agit de la redynamisation de l’agriculture vivrière, industrielle et pérenne, la pêche et l’élevage, la consolidation de la base industrielle en favorisant une plus large transformation locale des produits agricoles et miniers, l’implantation des parcs-agro-industriels et des zones économiques spéciales. Il a encore proposé le développement et la rentabilisation du tourisme et l’accroissement de l’implication économique des acteurs nationaux par l’élargissement de la classe moyenne nationale, à travers des contrats de sous-traitance en faveur des PME et PMI.

Au plan de la reconstruction, Ilunga Ilunkamba a martelé sur trois piliers. Il s’agit de la modernisation des infrastructures et de l’aménagement du territoire national, la promotion et le développement des technologiques de l’information et de la communication et la création des conditions d’un développement durable et contribution à la lutte contre le changement climatique. Sur le plan social et culturel, le gouvernement met le cap sur le pilier se rapportant à l’amélioration des conditions sociales. Sur ce point, il évoque deux axes phares à savoir l’éducation comme clé du changement et principal ascenseur social, et de l’accès aux soins de santé pour tous ainsi que l’assurance d’une couverture de santé universelle.

DK

Articles similaires

Fermer
Fermer