RDC – Gestion de l’IPR du secteur public: comment le VPM Mayo a induit le pays entier en erreur

0

«Dans le cadre de la domiciliation, tous les titres de paiement des IPR sont logés au mois le mois à la Banque centrale du Congo lors du transfert de la paie des agents et fonctionnaires de l’État, comme l’attestent les copies en annexe des Ordres de paiement informatisés», réplique poliment l’Ordonnateur délégué du gouvernement Bienvenu Matenda, faisant mentir le vice-Premier ministre du Budget…

Une lettre du vice-premier ministre en charge du Bugdet fait le tour des réseaux sociaux ces derniers jours. Son contenu fait penser à un détournement par le ministère des Finances de l’IPR du secteur public, qui n’est pas enregistré à la Banque centrale du Congo, selon les informations du VPM en charge du Budget, comme recette à partir du compte du Receveur des impôts comme le veulent les dispositions y relatives et font l’objet d’un paiement au profit du Comptable Code 0256 du Ministère de la Justice.

Mayo s’est empressé de demander des explications aux Finances. Les réponses fournies par ces dernières font constater cependant que le VPM en charge du Budget n’avait pas la bonne information et était aller vite en besogne en se fondant sur des aberrations.

Via un courrier signé de la main du Directeur du Trésor et de l’Ordonnancement Bienvenu Matenda, les Finances ont fait mentir Mayo en répondant avec des preuves à l’appui, démontrant que l’IPR du secteur public loge bel et bien à la BCC, dans le respect des dispositions.

Pour éclairer la lanterne du VPM, le Directeur Bienvenu Matenda précise «que dans le cadre de la domiciliation, tous les titres de paiement des IPR sont logés au mois le mois à la Banque centrale du Congo lors du transfert de la paie des agents et fonctionnaires de l’État, comme l’attestent les copies en annexe des Ordres de paiement informatisés à titre illustratif: OPI P5713 du 7 janvier 2019, P5729 du 8 février 2019 et P5745 du 7 mars 2019, respectivement des mois de janvier, février et mars 2019».

Matenda explique qu’en outre, l’instruction pour le débit du Compte Général du Trésor dans le cadre du paiement des IPR que nous adressons à la Banque centrale du Congo se fait sur base d’un relevé de déclaration des IPR venant de la Direction de la Paie du Ministère du Budget. Matenda prie aussi au VPM d’entrer en contact avec ses propres services du Budget pour d’amples détails.

En dehors des explications sans équivoque du responsable de la Direction du Trésor et de l’Ordonnancement, des sources à la Banque centrale du Congo rapportent que le VPM en a même obtenu la confirmation de la part du Gouverneur Deo Mutombo.

De l’avis d’un haut fonctionnaire du ministère du Budget, l’autre argentier national a versé dans le sensationnel. «Techniquement, l’IPR c’est un impôt qui, pour le secteur public, se paye par simple neutralisation des jeux d’écritures comptables. Son détournement ne peut intervenir qu’en cas de circulation des flux financiers; ce qui n’est pas le cas», soutient un expert, suggérant de parler, à cette étape, des réformes sensibles du système éducatif, de la fiscalité, de la justice ou du climat des affaires plutôt que de s’acharner sur une dimension purement temporelle.

À en croire certaines sources, Mayo a reconnu en privé que ses collaborateurs ont abusé de sa bonne foi. Bizarre que des semaines après, le réputé sérieux et méticuleux Mayo ne soit toujours pas revenu sur sa correspondance tendancieuse du 20 janvier 2020 en circulation sur la toile et diversement commentée afin d’éviter de continuer d’induire en erreur le pays entier. Un aveu public de sa part s’impose.

KISUNGU KAS