ActualitésNationSociété

Exetat: le député Bolio somme Tony  Mwaba de s’expliquer sur la «double publication» des résultats

Le député national Willy Bolio a interpellé à l’Assemblée nationale le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique -EPST-, Tony Mwaba, au sujet des résultats de l’Examen d’État. Il a déposé, ce mardi au bureau de l’Assemblée nationale, une question écrite adressée au ministre de l’EPST. Depuis la semaine dernière, des mouvements de célébration de réussite au bac ont été observés à travers le territoire national. Pour les uns, il s’agit des résultats publiés après recours des élèves ayant échoué lors de la publication initiale, faite à travers les sociétés de téléphonie mobile. Pour le ministère, il s’est agi de la publication des résultats des écoles hors frontières et des filières du cycle court ainsi que du palmarès des lauréats.

Malgré les explications du ministère, la confusion est restée totale dans l’opinion. De quoi conforter le député Willy Bolio dans sa démarche visant le ministre de l’EPST, Tony Mwaba. «Le ministre ne doit pas se dédouaner dans les réseaux sociaux où dans les chaînes de télévision. Il doit plutôt venir expliquer à la représentation nationale. Ce qu’il vient de faire là, c’est un suicide contre l’intelligence congolaise», a dit Bolio. Et de faire remarquer: «Nous avons déjà suivi à l’avance le collectif des inspecteurs qui ont corrigé l’Examen d’Etat. Ils avaient dénoncé en son temps, selon leur propres termes, que le cabinet du ministre avait caporalisé la correction de l’Examen d’Etat. Et, nous sommes en train de vivre les conséquences».

Par ailleurs, le député Willy Bolio a accusé le ministre Tony Mwaba d’avoir «obligé aux parents de payer les frais de participation aux Examens d’État et à la dissertation avant le 25 octobre». Il soupçonne cette démarche d’être une stratégie pour Tony Mwaba de renflouer ses poches pour pouvoir financer sa campagne électorale. Le ministre de l’EPST est candidat député national à Lukunga. A travers la RDC, de nouvelles célébrations de réussite à l’Examen d’État ont suscité des controverses dans l’opinion. Selon l’abbé Bruno Kabambu, curé de la paroisse Saint Gabriel, située dans la commune de Kalamu à Kinshasa, il s’est agi de la réponse au recours introduit pour les élèves du lycée Boyokani. Il a de ce fait «remercié Dieu pour avoir accordé la réussite aux élèves du lycée Boyokani», situé à un jet de sa paroisse. Un autre son de cloche a retenti du côté de Jean-Paul Lumbulumbu, député provincial du Nord-Kivu. Via Twitter, il a dit avoir «demandé et obtenu la reprise de la correction» des copies des candidats à cette épreuve nationale. Une demande qui a eu pour conséquence la révision à la hausse du taux de réussite, passé de 33% à 87% pour la province du Nord-Kivu, selon les chiffres avancés par le député Lumbulumbu.

Sur la toile, des langues se sont déliées pour fustiger le système de «deuxième session» qui serait initié par le ministère de l’EPST. Ce dernier, en réaction à cette «vive polémique», a émis le vendredi dernier, un communiqué soutenant qu’il «n’y a pas eu traitement des recours». «La publication de l’édition 2023 se faisait avec les fenêtres de 2022 ouvertes chez les compagnies de téléphonie cellulaire chargées de rendre publics les résultats en premier temps avant le palmarès. C’est de cette manière qu’il y avait des réclamations et de confusion. Certains tombaient sur les mauvais résultats de 202 », a expliqué le ministère de l’EPST dans son communiqué. Et de poursuivre: «La fenêtre de 2022 a été fermée par la suite. Mais, les gens avaient tantôt les bons ou les mauvais résultats. Le palmarès clarifie et confirme les résultats de l’Examen d’Etat». Après la publication du palmarès officiel, a-t-il reconnu, plusieurs écoles sont passées de néant à 100%. C’est le cas notamment du lycée Boyokani dans la section pédagogie générale.

Ya KAKESA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page