ActualitésSociété

Les éboulements de terrain font 56 morts à Watsa et Bukavu

Le week-end dernier a eu une saveur funéraire dans le Haut-Uele. Dans le territoire de Watsa, l’éboulement d’une carrière d’or, intervenu vers 18heures, a causé la mort de 25 personnes, selon le bilan provisoire des autorités provinciales. Au moment de l’accident, de nombreux exploitants artisanaux de cette carrière de Ndiyo étaient en activité. Un motif qui, selon les mêmes autorités, peut rendre le bilan plus lourd, étant donné que lors de l’accident plusieurs exploitants se trouvaient «dans le puits sans matériels de protection. Dans l’optique d’apporter un soutien aux familles éplorées, le vice-gouverneur de Haut-Uele, Christian Pitanga, est annoncé dans le territoire de Watsa. En plus du soutien, Christian Pitanga va se rendre sur le site de l’accident pour se rendre compte de la situation et pouvoir prendre des mesures qui s’imposent. Des mesures qui vont devoir s’inscrire dans la vision du gouverneur Christophe Baseane Nangaa, dont la volonté de mettre de l’ordre dans le secteur d’exploitation aurifère a maintes fois été manifestée. Selon le gouv’ de Haut-Uele, il est d’une grande nécessité d’organiser l’activité des orpailleurs clandestins.

L’éboulement du sol a aussi été à l’origine du décès d’une trentaine de personnes à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu. Selon les chiffres avancés par Julien Namegabe, président de la société civile de Nkafu, 31 personnes ont trouvé la mort à cause des glissements de terrain entre le 7 et le 14 décembre 2019. Julien Namegabe a lancé un appel aux autorités provinciales afin qu’elles puissent apporter une solution efficace et éviter à la population des événements tragiques qui la plongent dans des deuils interminables. «La justice et l’Assemblée provinciale se doivent d’interpeller toutes personnes des services techniques ayant la gestion de l’urbanisation en leur charge pour prendre leurs responsabilités et des mesures qui s’imposent», a-t-il lancé.

LOI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer