Actualités

Dossier des retraités: la Gécamines invitée à se mettre en ordre avec la CNSS

Les retraités de la Gécamines donnent de la voix. Ils demandent à leur ancien employeur de se mettre en ordre avec la Caisse nationale de sécurité sociale -CNSS.
“Les retraités de la Gécamines vivent une situation peu enviable. Si les choses ont légèrement évolué pour le groupe de Lubumbashi, ceux de Kinshasa, particulièrement, ne perçoivent rien de la CNSS parce que la Gécamines traîne un passif douloureux vis-à-vis de l’opérateur public en charge de la sécurité sociale, bien que les cotisations des agents aient toujours été déduites à la source”, se lamente un ancien syndicaliste.

Concerné directement par ce dossier, il indique que le non paiement de la pension de retraite concerne tout le monde. “Notre ancien employeur ne versait pas l’argent à la CNSS. La situation date de longtemps”, précise-t-il en demandant au Premier ministre Sama Lukonde, fraîchement sorti de la Direction générale de la Gécamines, en mission à Lubumbashi depuis vendredi, de s’impliquer pour soulager la misère des pensionnés.

Des sources renseignent que des réclamations ont été faites auprès la CNSS et les deux sociétés étaient réunies l’année dernière pour trouver une solution. La Gécamines a dû payer un montant à la CNSS, qui a servi uniquement au début du paiement en faveur des agents de Lubumbashi.
Le groupe de Kinshasa avait constitué une délégation reçue par la sous directrice de la CNSS et le représentant Tshongo. Le mémo leur transmis indiquait que les retraités de Lubumbashi et de Kinshasa l’avaient été presque à la même période, de 2015 à 2016.

Il faut préciser qu’il ya deux catégories de retraités. La première est celle constituée des partants volontaires sortis sous la garantie de l’État et la Banque mondiale en 2003-2004. À ce jour, la créance déterminée n’est toujours pas payée.

La deuxième catégorie est celle des pensionnés sortis par la Gécamines elle-meme. Elle a payé pour 1315 ex-agents sortis en 2014, 2015 et 2016 dont la CNSS a commencé à assurer la prise en charge progressive depuis 2018. Les dossiers de ceux de Kinshasa est en cours de traitement et ils le seront dans les jours à venir.

Cette opération obligatoire au regard de la législation sociale en vigueur aurait pu constituer, à tout le moins, une source substantielle de survie pour ces ex-agents vieux et vieillissant, rappelle ce compatriote du groupe représentatif du personnel supérieur retraité de la Gécamines.

YA KAKESA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer