ActualitésDossier à la UneEcofin

RDC : La DGDA réchauffe la coopération avec la douane zambienne

Renforcer la coopération douanière entre les administrations zambiennes et RD-congolaises, Jean Baptiste Nkongolo Kabila y tient. De retour d’une mission officielle à Lusaka en Zambie où il a pris part à une réunion bipartite de haut niveau, le numéro un de la Direction générale des douanes et accises-DGDA- a fait des propositions pour assainir tous postes frontaliers conformément aux bonnes pratiques internationales. Ce qui amènera la RD Congo et la Zambie à la consécration de la trilogie modernisation et coopération douanière, facilitation du commerce international ainsi que la globalisation des économies de deux pays en appui à la matérialisation de la Zone de libre échange du continent africain-ZLECAF.

Lusaka, capitale de la Zambie, vient d’abriter les travaux d’une réunion bipartite de haut niveau entre la Zambia Revenue Authority et la Direction générale des douanes et accises -DGDA. En sa qualité de DG de l’administration douanière de la RD Congo, Jean Baptise Nkongolo Kabila a pris part à cette rencontre. Il était à la tête d’une importante délégation composée notamment de l’ambassadeur de la RD-Congo en Zambie, de l’assistant principal du Conseil spécial du Chef de l’État en matière de sécurité. Quelques cadres de la Direction générale des migrations-DGM étaient dans la suite. Cette rencontre avait pour objectif, le renforcement de la coopération douanière entre les douanes de Kinshasa et Lusaka.

Conformément à la vision du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, le DG Nkongolo a pris la parole à cette réunion pour rappeler que la coopération douanière entre les deux pays avait commencé formellement par la signature de l’accord d’assistance mutuelle en mai 2006. Dans le même ordre d’idées, les deux gouvernements ont signé le 06 août 2015, un accord commercial bilatéral qui consacre l’importation sans droits de douane, des petits produits sélectionnés et convenus par les deux parties.

Cette coopération, a soutenu le DG Nkongolo, avait produit des fruits depuis plusieurs années mais il se fait malheureusement que depuis un certain temps, une dégradation de la situation est constatée au poste frontalier de Kasumbalesa. Le poste a cessé d’être une zone de non-droit avec une conséquence néfaste pour l’économie de la RD-Congo. C’est ainsi qu’il a sollicité l’implication de son homologue de la Zambie en sa qualité d’organe technique d’application de la loi, pour trouver des réponses idoines aux préoccupations qui perturbent la sécurité de la chaine logistique internationale. Cela, pour le bien-être des populations respectives de deux pays, la mobilisation accrue des recettes du Trésor public et la fluidité du commerce international dans la région COMESA et SADC pour les marchandises à destination de la RD Congo passant par la Zambie.

Jean Baptiste Nkongolo a énuméré les différentes préoccupations parmi lesquelles, la nécessité de mettre un terme aux ruptures des charges et transbordements à la frontière de Kasumbalesa. À cela s’ajoutent, la mise en oeuvre progressive des bureaux douaniers à arrêt unique à Kasumbalesa.

En rapport avec la contrebande favorisée sur le sol zambien à la frontière avec Kasumbalesa, le DG a plaidé pour son  éradication. Il a également insisté sur la démobilisation des dépôts construits le long de la frontière. Ces dépôts continuent à favoriser le stockage des marchandises par les contrebandiers.

Intenses activités à Lubumbashi

Dans la ville de Lubumbashi, chef-lieu de la province, le numéro un de la DGDA a échangé avec le gouverneur Jacques Kyabula sur sa mission à Lusaka. Les deux personnalités entre autres, les dégâts causés à la frontière de Kasumbalesa par le responsable autoproclamé de l’UDPS, Isaac Tshiswaka.

Le patron de la DGDA a profité de son séjour pour visiter les postes douaniers de Tshisenga, Mokambo et Sakania. Il a sensibilisé ses agents et cadres du Haut Katanga au respect des textes. La mobilisation accrue des recettes pour le Trésor public était son mot d’ordre.

J. BABIA


Allocution du Directeur général des Douanes et accises à l’occasion de la réunion bipartite de haut niveau entre la Zambia revenue authority et la DGDA à Lusaka

C’est un réel plaisir pour moi ce jour mémorable du 20 septembre 2020, à l’occasion de la réunion bipartite de haut niveau Zambia Revenue Authority-Direction Générale des Douanes et Accises en vue d’affermir davantage la coopération douanière entre nos deux administrations douanières.

Avant toutes chose, je tiens à exprimer mes remerciements aux autorités de la Zambia Revenue Authority pour l’accueil chaleureux dans cette ville de Lusaka, réservé à moi-même et à toutes la délégation RD-congolaise qui m’accompagne. Qu’elles trouvent ici, l’expression de ma profonde gratitude.

C’est ici l’occasion pour moi, de saluer l’implication de leurs Excellences, Messieurs Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République Démocratique du Congo et Edgar Chagwa Lungu, Président de la République de Zambie, pour avoir affermi nos relations de collaboration en dépit de la pandémie Covid-19 qui terrasse toute la communauté internationale.

Pour rappel, la coopération douanière entre nos deux administrations avait commencé formellement par la signature de l’Accord d’Assistance Mutuelle Administrative en date du 06 mai 2006 en vue de parvenir, déceler, rechercher et réprimer toutes les infractions douanières conformément aux dispositions de nos législations douanières respectives.

Cette coopération permet aux deux administrations de réaliser les missions fiscales, économiques, sécuritaires, et connexe dévolues à toute administration des douanes.

Dans le même ordre d’idées, en date du 06 août 2015, nos deux Gouvernements ont signé un Accord Commercial Bilatéral qui consacre l’importation sans droits de douanes des produits sélectionnés et convenus par les deux parties, qui sont cultivés, produits ou fabriqués dans le territoire de deux parties contractantes.

Cette coopération a produit des fruits depuis plusieurs années, mais il se fait malheureusement que depuis un certain temps, j’ai constaté une dégradation de la situation au poste frontalier de Kasumbalesa qui a cessé d’être une zone de non-droit avec une conséquence néfaste pour l’économie de la République Démocratique de Congo.

Ce désordre a même fait l’objet d’une réflexion lors de travaux de la 10ème Session de la Commission permanente mixte défense et sécurité entre la République Démocratique du Congo -RDC- et la République de Zambie qui s’est tenue à l’Hôtel Karavia Pullman, dans la ville de Lubumbashi, du 10 au 13 août 2020.

A la suite de ces travaux, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a élaboré une Feuille de route visant à éradiquer la contrebande, assurer la sécurité et renforcer l’autorité de l’Etat dans nos postes frontaliers particulièrement à Kasumbalesa, Mokambo, Sakania et autres.

Comme a toujours dit le Secrétaire Général de l’Organisation mondiale des douanes, Mr Kunio Mikuriya, à travers une vision stratégiques des administrations douanières membres je cite, «les frontières séparent mais les administrations douanières unissent».

Dans cette perspective, je compte sur l’implication de mon homologue de la Zambia Revenue Authority, en sa qualité d’organe technique d’application de la loi, pour trouver des réponses idoines aux préoccupations qui perturbent la sécurité de la chaîne logistique internationale pour le bien-être de nos populations respectives, la mobilisation accrue des recettes au Trésor public et la fluidité du commerce international dans le région COMESA et SADC pour les marchandises à destination de la République Démocratique du Congo passant  par la République de Zambie.

Il s’agit notamment de cinq préoccupations ci-dessous :

  1. Mettre un terme aux ruptures des charges et transbordements à la frontière de Kasumbalesa du côté zambien. Il est question de démolir tous les dépôts construits le long de la frontière ;
  2. Prendre des dispositions contraignantes contre les violations du commerce transfrontalier dans le cadre du RECOS ;
  3.  Mettre en œuvre progressivement les Bureaux douaniers à arrêt unique «One stop border post» à Kasumbalesa et dans d’autres postes frontaliers entre la Zambie et la RD-Congo, à l’instar du bureau de Chirundu entre la Zambie et le Zimbabwe ;
  4. Rendre opérationnel l’interfaçage des systèmes informatiques SYDONIAWORLD ou ASYCUDA WORLD de nos deux administrations des douanes ;
  5. Mettre en œuvre le suivi électronique des cargaisons à destination de la République Démocratique du Congo dans le cadre de COMESA.

Je ne saurai pas terminer mon allocution sans toutefois affirmer que je reste convaincu que l’implémentation de cinq bonnes pratiques susvisées conduira à coup sûr, à la naissance des frontières SMART entre la République Démocratique du Congo et la République sœur de Zambie.

J’entends par là, l’assainissement de tous nos postes frontaliers conformément aux bonnes pratiques internationales, qui nous amènera à la consécration de la trilogie : Modernisation et Coopération douanière-Facilitation du commerce international-Globalisation de nos économies en appui à la matérialisation de la Zone de libre-échange du continent africain ZLECA.

Vive la République de Zambie !

Vive la République Démocratique du Congo !

Vive la coopération douanière entre la Zambie et la RD-Congo !

Je vous remercie.

Fait à Lusaka, le 20 septembre 2020

Le Directeur Général des Douanes et accises

J.B NKONGOLO KABILA MUTSHI.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer