Actualités

Dan Gertler blanchi par la justice américaine!

Au tribunal du New Jersey, la juge Susan Wigenton a rejeté l’action des actionnaires américains de Glencore qui accusaient le milliardaire de corruption…

C’est pour la première fois depuis des années que Dan Gertler reçoit une bonne nouvelle en provenance des Etats-Unis, où il vient d’être blanchi dans le dossier où les actionnaires américains du groupe minier suisse Glencore l’ont accusé de corruption.

Les plaignants ont réclamé d’être indemnisés de pertes en bourse qu’ils ont imputées à des soupçons de corruption entre Glencore et Dan Gertler dans les mines en République Démocratique du Congo. Mais leurs espoirs ont été déçus.

Les médias ont annoncé jeudi que la juge Susan Wigenton du tribunal du New Jersey vient de rejeter l’action qui visait à obtenir une compensation pour les pertes boursières qui, selon les défendeurs, étaient le résultat de la corruption entre Glencore et Dan Gertler.

Une aussi excellente nouvelle ne peut que ragaillardir l’homme d’affaires, objet ces dernières années d’un vilain acharnement de la part de certains lobbies et ONG, surtout que le magnat a été sanctionné par l’Administration américaine en 2017 pour corruption présumée, sans avoir reçu la moindre occasion de présenter ses moyens de défense.

Surtout que c’est un tribunal américain, dans l’État du News Jersey, qui vient de le mettre hors de cause. L’opinion, en général, et des ONG zélées ainsi que leurs relais dans les réseaux sociaux, en particulier, devraient avoir la décence de tirer les conclusions qui s’imposent au vu du jugement rendu contre les accusations infondées de ces actionnaires et lavant Dan Gertler, ont estimé jeudi les observateurs.

Les actionnaires américains de Glencore ont saisi le tribunal du News Jersey demandant une indemnisation pour les pertes boursières qui, selon eux, résultaient de soupçons de corruption dans le secteur minier de la République Démocratique du Congo impliquant le groupe commercial et lhomme daffaires Dan Gertler. Ils ont vu leur dossier rejeté par un tribunal américain.

Ces actionnaires ont déposé un recours collectif contre le groupe commercial suisse Glencore devant un tribunal du New Jersey il y a deux ans.

La juge Susan Wigenton a reçu la plainte avant de déclarer, dans son jugement, qu’elle a rejeté l’action, qui visait à obtenir une compensation pour les pertes boursières qui, selon le collectif, résultait de la corruption impliquant des mines en République Démocratique du Congo.

Selon les plaignants, ces paiements concernaient l’entrepreneur israélien Dan Gertler, proche de lancien président Joseph Kabila.

Déboutés, les actionnaires ont cru tenter un baroud dhonneur, estimant que le New Jersey était une juridiction moins appropriée pour traiter l’affaire que la Suisse, où Glencore est basé.

Les allégations concernaient également des décisions prises principalement en Suisse. La juge Wigenton l’a accepté et a décidé que les actionnaires pouvaient faire appel en Suisse dans le plein respect de leurs droits. Cependant, il leur était plus facile de saisir les tribunaux américains, puisque ils vivaient aux Etats-Unis.

Alors que Dan Gertler a toujours considéré comme fantaisistes toutes les attaques visant sa personne et ses investissements en République Démocratique du Congo, les analystes sont d’avis que le rejet du recours collectif de ces actionnaires américains a lavantage de laver son honneur gratuitement écorné et offre à Glencore un maigre répit dans l’enquête plus large sur les accusations de corruption impliquant le groupe minier, Dan Gertler et des actifs miniers en République Démocratique du Congo.

Le département d’État américain a ouvert une enquête sur l’affaire en 2018, suivi lannée suivante par le Serious Fraud Office -SFO-, une agence du gouvernement du Royaume-Uni rattachée aux services de lAttorney general, et le procureur général suisse en juin dernier.

Ces actionnaires sont encore libres d’aller en Suisse porter leur plainte s’ils veulent, ils se sont manifestement adressé au mauvais pays comme le confirme le confrère d’AfriqueIntelligence.fr

Tino MABADA
Avec Agences

Articles similaires

Fermer
Fermer