FCC-CACH: Le cas Kabund ravive la crise

0

Au sein de la coalition FCC-CACH, une nouvelle crise s’éclate. Casus belli: la situation de Jean-Marc Kabund. Le président ad intérim de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS- et premier vice-président de l’Assemblée nationale est visé par une pétition du député Jean-Jacques Mamba, auréolée de 62 signatures. 40 FCC, 21 Opposition et 1 de l’UDPS -attribuée à Paul Tshilumbu, l’un des farouches adversaires de Kabund au sein du parti présidentiel.

La pétition de Mamba, déjà déposée au bureau de la Chambre basse, vise l’éviction de Kabund de la 1ère vice-présidence de la même Chambre. Après avoir largement dépassé le seuil de 50 signatures, exigé par le règlement intérieur, l’élu de Lukunga est donc passé à l’étape suivante. L’opinion attend désormais la fixation de l’affaire à l’Assemblée nationale pour connaitre le sort de Kabund.

Dans l’entre-temps, les jeunes de l’UDPS -LJUDPS- ont publié, jeudi 14 mai 2020, un communiqué pour dénoncer «les manœuvres des forces obscures qui se sont coalisées au sein de l’Assemblée nationale pour décapiter le Chef de l’Etat à travers son lieutenant principal l’honorable 1er vice-président Jean-Marc Kabund».

La juvénile de l’UDPS qualifie le projet de destitution de Kabund de «plan diabolique des forces du mal contre l’élan du développement et de l’état de droit». Elle a ouvertement accusé la speakerine Jeanine Mabunda d’être à l’origine de cette démarche, estimant que le député Jean-Jacques Mamba n’est qu’une manivelle. La LJUDPS a également chargé les bonzes du FCC, indexés comme auteurs de ce «plan diabolique».

Les jeunes UDPS ont ainsi exigé la «rupture» et taxé leurs alliés d’«hypocrites qui ne font que mettre des bâtons dans les roues de la vision du développement de notre pays portée par le Président de la République».

A la suite de la jeunesse de l’UDPS, John Mbaya Ntita, coordonnateur national du regroupement politique Le changement en marche -LCM-, mouvement allié de l’UDPS, n’a pas épargné les députés FCC jusqu’à les considérer comme «traitres».

Au-delà de condamner le dépôt de cette pétition qui menace de déposséder Kabund de son fauteuil de 1er vice-président à l’Assemblée nationale, LCM a fustigé la «duplicité» des élus FCC. Il a estimé que l’appui accordé à la démarche de Jean-Jacques Mamba par les députés FCC est «de nature à porter atteinte à la cohésion et à compromettre dangereusement l’existence de l’accord de la coalition FCC-CACH». Pour LCM, la destitution de Kabund va exhaler le parfum d’une «déclaration de guerre contre l’UDPS et LCM». Ainsi, a-t-il estimé, les élus FCC devront «en tirer toutes les conséquences» pouvant aller jusqu’à la dissolution de l’Assemblée nationale. Dans l’opinion, l’on se demande comment le Président pourrait actionner cette disposition constitutionnelle d’autant plus que la dissolution de l’Assemblée nationale est subséquente à «une crise persistance entre l’Assemblée nationale et le gouvernement».

De son côté, Serge Kadima, président de la Ligue des jeunes du PPRD, parti de Joseph Kabila, s’est montré modéré en mettant en avant un discours de cohésion. Sur les ondes de Top Congo, il a estimé que le cas Kabund relève du jeu de la démocratie, la démarche de Mamba étant règlementaire et légale. «Ce qui se passe, c’est la démocratie. Il ne faut pas réduire l’avenir de la Coalition à une pétition ou à une motion de défiance», a-t-il déclaré. Puis: «Je ne peux pas accepter qu’on réduise la Coalition à des individus. La coalition est gérée par les deux artisans de l’alternance dont Joseph Kabila et Félix Tshisekedi».

Initiateur de la pétition, Jean-Jacques Mamba a expliqué les motivations de son action en ces termes: «notre démarche ne vise ni l’UDPS, encore moins le Chef de l’Etat. Nous isolons le comportement d’une personnalité et ne sommes pas les seuls à s’en plaindre. Si nous voulons un meilleur pays, choisissons mieux nos dirigeants. Je ne suis pas manipulable». Sur Twitter, il a remercié ses 62 collègues «de toutes tendances politiques» qui ont partagé sa «préoccupation en signant la pétition contre le 1er vice-président». L’ancien porte-parole du MLC est convaincu que le progrès et la complaisance ne font pas bon ménage.

Sur la toile, un internaute s’en est allé d’un post moqueur : «En attendant l’improbable nage des ténors du FCC promis par Kabund, l’on risque d’assister à une chute brutale de ce dernier du pouvoir où il était catapulté au perchoir après le cheval de Mbuela Lodge».