ActualitésDossier à la UneEcofinNation

RDC – Bilenge manque des salaires pour avril: Covid-19 confirme l'agonie de la RVA

Redoutée par le gouvernement, la bombe sociale du Covid-19 commence à produire ses effets dans les entreprises publiques. Les agents de la Régie des voies aériennes -RVA- ne seront pas payés en ce mois d’avril 2020. C’est le banc syndical qui annoncé cette nouvelle venant de la Direction générale de son entreprise. Cette information est tombée comme une foudre dans les oreilles des syndicats surpris qu’une grande société viable comme la RVA dont les indicateurs sont censés être au vert avec le matelas des devises générées par le go-pass, se retrouve dans pareille situation à moins d’un mois à peine de service minimum juste au motif de la nullité de la production. Déterminée à faire le saint Thomas, l’Intersyndicale appelle à auditer le Directeur général Abdallah Bilenge, plongé en cessation de paiement.
Dans une correspondance écrite mardi 14 avril 2020 au Directeur général de la RVA avec ampliation au Président de la République, au Premier ministre et aux ministres de tutelle, l’Intersyndicale dénonce cette situation et invite le Président de la République et le Premier ministre à s’impliquer activement dans ce dossier étant donné que les salariés de la RVA n’ont d’autres moyens de subsistance que leurs salaires. «En effet, ce lundi 13 avril courant, la Délégation syndicale nationale nous a approché pour nous faire part de la communication de la Direction générale relative à son incapacité à garantir les salaires du mois d’avril», écrit l’Intersyndicale au DG de la RVA. Et de poursuivre: «pour notre part, nous sommes surpris qu’une grande société viable comme la RVA dont les indicateurs étaient pourtant au vert, se retrouve dans cette situation à moins d’un mois à peine de service minimum juste au motif de la nullité de la production». Dans cette correspondance, le banc syndical demande au DG Bilenge si durant les huit ans de règne il a navigué à vue et a géré la société sans qu’elle ne dispose de la moindre réserve prévue pour faire face à pareille circonstance au point de la plonger aujourd’hui dans ce qui s’apparente à une carrément à une banqueroute, une agonie. L’heure est grave à la Régie des voies aériennes. Très grave même au point que les syndicats demandent au Chef de l’Etat et au Premier ministre de s’impliquer pour que les agents soient payés en ce mois d’avril, celui au cours duquel la population, contrainte à l’état d’urgence, broie déjà du noir. «Ce faisant et à toute fins utiles en vue de lever toute opacité et ainsi mettre fin au tabou financier de la RVA, nous demandons au gouvernement de la République, à travers les autorités concernées qui nous lisent en ampliation de prendre toutes les mesures conservatoires idoines aux fins de diligenter sans délai un extérieur pour s’enquérir de la santé exacte de la société et de la manière dont ses finances ont été globalement gérées».

Au DG de la RVA, le banc syndical est très clair dans sa correspondance. «Nous vous informons aussi que faute pour vous de ne pas satisfaire à cette obligation, nous vous tiendrons pour seul responsable des dérapages qui en découleraient. Car nous nous verrions alors à la suite de votre attitude, dans l’obligation de braver l’interdiction de rassemblement de plus de 20 personnes en mobilisant tous les travailleurs de la RVA pour venir vous réclamer nos salaires», a précisé l’Intersyndicale dans cette correspondance. Dans sa démarché le banc syndical invite le gouvernement à diligenter un audit externe à la RVA. Covid-19 est-il devenu une occasion pour la plupart des responsables des entreprises publique et privées de commencer à flouer leurs agents? La RVA semble en donner déjà le ton. Dossier à suivre.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer