ActualitésDossier à la UneNation

RDC : Badibanga n’a rien à voir avec le dossier Goya-ATM, le bureau du Sénat travaille dans la quiétude

Depuis la crise intervenu au Sénat suite à l’altercation verbale entre le président Alexis Thambwe Mwamba et la sénatrice Bijoux Goya, certains esprits particulièrement féconds laissent libre cours à leur infinie inspiration, propageant des faux bruits sur une hypothétique crise au sein du bureau de la Chambre haute. Certains vont jusqu’à citer le premier vice-président du Sénat Samy Badibanga comme ayant manipulé la sénatrice du Haut-Katanga dans sa croisade contre le président de la Chambre haute. Après enquête et recoupement d’informations, les rédacteurs d’AfricaNews peuvent attester qu’il n’en est rien.

Il n’existe, du reste, aucun brouillard entre les membres du bureau du Sénat de la République démocratique du Congo consécutif à l’affaire Bijoux Goya. Thambwe Mwamba et ses collègues du bureau travaillent dans une harmonie parfaite pour le bien de la Chambre haute. Issus majoritairement de la coalition FCC-CACH avec une représentante de l’Opposition, ils ont à cœur l’unité de leur coalition engagée ensemble au gouvernement pour une réussite commune. Contrairement à ce que répandent les diseurs de bonne nouvelle, l’affaire Bijoux Goya n’est pas du tout un coup tordu ourdi par le groupe UDPS et alliés contre le speaker du Sénat. Goya ayant agit seule conformément à ses prérogatives de sénatrice. «En plus, traiter Mme Bijoux Goya de manipulée revient justement à manquer d’égards à cette sénatrice expérimentée qui totalise près de 14 ans de mandat à la Chambre haute du Parlement», estime une autre sénatrice. Ensuite, un bon journaliste doit toujours se poser la question du pourquoi des choses qui fait partie des questions de référence qui guident les chevaliers de la plume dans leur métier. En effet, quel serait l’intérêt de Samy Badibanga de chercher à nuire à Alexis Thambwe Mwamba, étant donné que même si, à l’impossible, ce dernier quittait ses fonctions de président du Sénat pour une raison ou une autre, ce n’est pas lui qui le remplacera: le poste reviendra forcément à un autre sénateur FCC choisi par l’autorité morale de cette famille politique? En outre, évoquer la polémique sur l’impératif de convoquer ou non un Congrès afin de proroger l’état d’urgence sanitaire ne tient pas la route étant donné que la question a été tranchée par la Cour constitutionnelle, du reste en faveur du Président de la République. Ce qui ne peut laisser à ses partisans du CACH aucun sentiment de rancune.

Selon les observateurs avertis, cet incident ne remet nullement en cause ni la solidarité des membres du bureau du Sénat, ni, et encore moins, la solidité de la coalition FCC-CACH. En cette période d’état d’urgence sanitaire, les RD-Congolais veulent voir leurs dirigeants travailler dans l’unité pour sortir le pays de ce mauvais pas.

Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer