ActualitésNation

Assemblée provinciale de Kinshasa : Junior Nembalemba et Godé Mpoyi à couteaux tirés

Ça sent du rififi au sein du Bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa -APK. A un jour de la rentrée de la Session parlementaire de septembre, le président Godé Mpoyi et le rapporteur Junior Nembalemba sont en désaccord total. À l’origine, le procès-verbal ayant sanctionné la Conférence des présidents tenue le 15 septembre dernier, sur laquelle s’appuie le président Godé Mpoyi pour exiger la révocation pour incompétence, par le gouverneur de la ville Gentiny Ngobila, de quelques membres du gouvernement provincial de Kinshasa et deux responsables des régies. Notamment le ministre provincial de l’Intérieur, le ministre provincial des Finances, la Commissaire générale en charge de l’Environnement de Kinshasa, le Directeur général de la Direction générale des recettes de Kinshasa -DGRK- et le Directeur général de la Direction générale de la publicité extérieure de Kinshasa -DGPEK.

Dans sa lettre du jeudi 28 septembre adressée au président de l’Assemblée provinciale, le rapporteur Junior Nembalemba a signifié son refus de signer un procès-verbal non rédigé par lui, alors qu’il est le seul à devoir le faire comme le souligne le Règlement intérieur de l’APK, et dénonce une tentative malicieuse d’usurpation de ses pouvoirs par Godé Mpoyi.

«Le contenu et la forme du prétendu procès-verbal que vous affirmez avoir été élaboré par le président de la PAJ, suscite chez moi une profonde inquiétude et une vive indignation. J’estime que vous semblez cautionner délibérément pour des raisons obscures, une énième violation de notre Règlement intérieur ainsi que des us et coutumes qui guident notre prestigieuse institution», a dénoncé Junior Nembalemba dans sa  lettre à Godé Mpoyi. Il a poursuivi en confirmant ses propos par des faits précis qui, selon lui, témoignent de mauvaises intentions du président Godé Mpoyi.

D’abord: «dans votre correspondance n°1032/PRES/APK/GMK/09/2023, vous affirmez énergétiquement que ce document a été rédigé par le collègue Samy Kalonji, président de la PAJ, avec le concours du collègue Ruffin Bayambudila. Or, je me dois de rectifier cette assertion, car les deux collègues susmentionnés avec lesquels j’ai personnellement échangé, nient catégoriquement avoir rédigé le moindre procès-verbal de la Conférence des présidents et reconnaissent par ailleurs ne pas en avoir qualité. Vraisemblablement, une tentative malicieuse d’usurpation de mes pouvoirs par vous».

Puis: «Imaginons un instant que votre affirmation soit exacte. Vous semblez néanmoins méconnaître les dispositions pertinentes de l’article 33 de notre Règlement intérieur, qui octroient au rapporteur la supervision exclusive de tous les procès-verbaux».

Une situation qui amène Junior Nembalemba à poser un certain nombre de questions à l’honorable président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa en ces termes: «Pourquoi, durant quatre années de législature, le président de la PAJ n’a-t-il jamais entrepris la rédaction d’un procès-verbal, ne serait-ce qu’une seule fois? Et s’il disposait de cette compétence, pourquoi ne l’a-t-il pas contresigné avec vous? S’il n’en avait pas qualité, pourquoi vous êtes-vous autorisé à empiéter sur les prérogatives du rapporteur?». L’élu de Tshangu a aussi condamné Godé Mpoyi de lui avoir transmis un document administratif à son domicile à 22 heures, tout en passant par son épouse.

«C’est déconcertant», a déploré Junior Nembalemba, mettant en garde Gode Mpoyi pour les nombreuses menaces subies de sa part, en vue d’obtenir sa signature sur «un faux procès-verbal» dont le contenu lui est étranger et ne reflétant pas les conclusions de la réunion de cette Conférence des présidents. «Inacceptable! C’est ici l’occasion de vous avertir que si malheur m’arrivait ou à un membre de ma famille, vous serez tenu pour seul et unique responsable», a conclu le rapporteur de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page